Vous êtes sur :

28 décembre 2017

0

Les conseils d’un pompier propriétaire de 5 appartements

Venez découvrir comment André, ce pompier de profession, à fait pour investir dans 5 appartements sur Paris

 

Goulwenn : Bonjour à tous, je vous souhaite la bienvenue aujourd’hui pour cette nouvelle vidéo, pour ce nouveau témoignage des gens qui passent à l’action, des gens qui investissent. Aujourd’hui, je suis en présence d’un ancien collègue de travail, André. André salut, merci de me recevoir pour cette interview, pour cet échange, je vais te laisser te présenter à la caméra, comment tu t’appelles, d’où tu viens, quelle profession exerces-tu ? À toi.
André : Alors moi je m’appelle André, je suis pompier depuis bientôt 14 ans, je viens du 93 et j’habite actuellement dans le 78.
Goulwenn : Alors aujourd’hui, je t’ai convié à cette interview pour que tu puisses partager auprès des internautes ton parcours dans l’immobilier parce que tu as un parcours qui est quand même, tu fais ça petit à petit mais tu as un parcours qui est, tu montes bien crescendo et tu as un parcours qui commence à être impressionnant dans l’investissement immobilier, donc est-ce que tu peux raconter comment, quelle a été ta philosophie de vie, ton état d’esprit pour te lancer dans l’immobilier, qu’est-ce qui a fait que tu t’es lancé dans l’immobilier ?
André : Moi c’est tout simple, j’ai toujours aimé les chiffres, j’ai toujours été bon en maths et surtout que bon en maths.
Goulwenn : Un peu comme moi.
André : Et il y a 14 ans de ça bientôt donc je venais à peine de rentrer chez les pompiers, je vivais encore chez ma mère et j’ai eu l’opportunité de pouvoir acheter un bien immobilier par le biais d’une connaissance de ma mère et j’ai sauté sur l’occasion et j’ai toujours adoré l’immobilier, j’ai toujours, j’ai loupé un peu ma vocation à la base déjà et donc j’ai sauté sur l’occasion, j’ai acheté mon premier bien immobilier il y a environ 12 ans, j’ai attendu deux ans après que je sois rentré chez les pompiers.
Goulwenn : Une fois que tu as eu une situation qui était stable financièrement parlant.
André : Une situation stable.
Goulwenn : Un salaire qui rentrait tous les mois, une bonne situation, après tu t’es dit voilà je me lance dans l’investissement.
André : Exactement.
Goulwenn : Tu as eu la même philosophie que moi, pour ceux qui me connaissent moi aussi j’ai eu mon concours et après le concours je me suis mis à investir, donc toi tu as fait ça il y a 14 ans, c’est ça ?
André : Il y a 12 ans.
Goulwenn : Et ça a été ton premier investissement, ça a été pour toi ? Ça a été de l’investissement locatif, tu t’es orienté, quelle direction pour ton investissement ?
André : Alors moi je voulais acheter pour investir, donc je vivais chez ma mère donc j’en ai profité, j’ai acheté pour louer, donc j’ai acheté mon premier bien sur Paris dans le onzième, c’est une petite surface de 14 mètres carrés que je loue tous les ans à un étudiant.
Goulwenn : Un bien que tu as encore actuellement ?
André : Que j’ai encore actuellement.
Goulwenn : D’accord, donc ça fait 14 ans, 12 ans, 14 ans que tu as ce bien ?
André : Voilà, ça fait 12 ans que j’ai ce bien, ça fait 12 ans que je le loue, j’ai pas un seul mois où il est pas loué.
Goulwenn : T’as jamais eu de carence ?
André : J’ai jamais eu de carence, une fois j’ai voulu faire confiance à quelqu’un qui travaillait, qui m’a fait en fait un faux contrat de travail, j’ai réussi à m’en séparer très rapidement mais j’ai réussi à avoir les loyers payés parce que j’avais pris une assurance à cette époque-là, loyer impayé, du coup j’ai réussi à m’en séparer et puis à la suite de ça j’ai pris que des étudiants et j’ai jamais eu un mois de carence.
Goulwenn : Donc, c’est le seul souci que tu as eu avec ce premier bien à tes débuts, depuis le début.
André : Le seul souci, oui c’est le seul souci.
Goulwenn : Et tu en as été content, ça a été rentable ?
André : J’ai toujours été content, très très rentable même j’ai envie de dire parce que à l’époque je l’ai pas payé cher.
Goulwenn : Tu l’avais payé combien à peu près à l’époque ?
André : À l’époque, en tout et pour tout je l’ai payé 69.000 euros.
Goulwenn : Pour une superficie de ?
André : De 14 mètres carrés, alors pour donner un ordre d’idée à l’heure actuelle il en vaut on va dire 130.000.
Goulwenn : Ah oui, tu as fait le double.
André : Il a doublé.
Goulwenn : Il a doublé et tu en sors un loyer de combien actuellement ?
André : Je le loue 650 euros charges comprises.
Goulwenn : 650 euros, donc une rentabilité brute à 12 % à peu près, une excellente rentabilité, en plus une rentabilité sur Paris donc là on parle de 12 % sur Paris et non en région, en province.
André : Tout à fait, donc sur Paris les charges déjà sont pas élevées surtout la taxe foncière n’est pas élevée, donc c’est une bonne rentabilité.
Goulwenn : Et du coup donc ce premier bien il t’a mis en confiance, tu as été content et ça t’a peut-être ouvert l’esprit à te dire pourquoi pas un deuxième, un troisième, non ?
André : J’ai mis du temps, j’ai attendu de finir de le payer pour me relancer dans un.
Goulwenn : Là il est payé actuellement ?
André : Là il est payé actuellement.
Goulwenn : Et tu as fini de le payer il y a combien de temps ?
André : J’ai fini il y a à peu près 6 mois.
Goulwenn : Tu avais fait un prêt sur un peu moins de 15 ans ?
André : Sur 12 ans.
Goulwenn : Sur 12 ans, donc tu as attendu 12 ans.
André : J’ai attendu malheureusement 12 ans.
Goulwenn : Pour réinvestir.
André : Exactement, j’étais trop, trop comment dire ?
Goulwenn : Tu recherchais à être mis en confiance, tu recherchais la sécurité.
André : Voilà, trop, trop de sécurité, je cherchais trop la sécurité, je me suis dit je vais attendre de finir de le payer pour réinvestir et ainsi de suite et si j’avais su.
Goulwenn : Rappelle-nous ton âge.
André : J’ai 33 ans
Goulwenn : 33 ans, tu as commencé il y a 12 ans donc tu avais 21 ans.
André : Oui, c’est ça.
Goulwenn : 21 ans, donc 33 ans fini de le payer et après donc l’étape supérieure après ?
André : Donc je me suis dit ça y est j’ai fini, bon entre-temps je suis pacsé avec trois enfants.
Goulwenn : Donc des responsabilités supplémentaires.
André : Des responsabilités, voilà.
Goulwenn : Pas le droit à l’erreur.
André : Ce qui a fait aussi que j’ai attendu, j’aurais peut-être été célibataire sans enfant je me serais peut-être engagé avant mais c’est vrai que j’ai attendu la sécurité. Du coup, je me suis dit allez c’est bon il est payé, j’ai aucun crédit sur le dos, pourquoi pas réinvestir ? Donc à savoir que je suis logé par mon employeur, ce qui me permet de.
Goulwenn : Donc un bel avantage, beaucoup de fonctionnaires sont logés par l’employeur mais parmi toutes les personnes qui ont cette occasion d’être logées par leur employeur tout le monde ne met pas à profit cet avantage, voilà tous ceux qui ont cette occasion d’être logés pas l’employeur, mettez cet atout à votre avantage en faisant de l’investissement locatif, encore trop de personnes, je côtoie encore trop de personnes qui sont logées par leur employeur et qui n’ont jamais encore investi dans l’immobilier, voilà faites comme André si vous avez cette opportunité-là, mettez-là à profit pour vous lancer dans l’investissement immobilier.
André : Je t’appuie totalement et en ayant fait mon parcours moi je comprends pas comme tu dis il y en a qui ne font pas le pas, il n’y a rien de plus simple et franchement c’est pas du tout compliqué, moi j’ai toujours géré mes biens personnellement, je l’avais mis en agence et les petites surfaces comme ça on a pas de souci quoi et puis surtout comme tu dis quand on est logé par l’employeur et qu’on a aucune charge à côté, faut pas hésiter.
Goulwenn : Voilà, il faut faire travailler son argent, il faut en profiter.
André : C’est de l’argent qui travaille tout seul, surtout c’est notre argent qui travaille tout seul parce que on met quasiment rien de notre poche.
Goulwenn : Il y a 12 ans de ça, tu as investi 70.000 euros, aujourd’hui tu en récupérerais 140.000 si tu le vendais ?
André : Oui et puis je l’ai pas payé 70.000 euros, il a toujours été loué, le crédit couvrait le loyer.
Goulwenn : Oui, donc ça t’a strictement rien coûté.
André : On va dire il m’a coûté 20.000 euros.
Goulwenn : Donc voilà 120.000 euros, il a gagné 120.000 euros sur 12 ans, quand vous faites le calcul, combien ça lui a rapporté, le ratio combien ça peut lui apporter chaque année, voilà 120.000 euros en 12 ans, donc après ce premier bien il est fini on n’en parle plus et là tu te dis allez maintenant je veux réinvestir, tu as réinvesti à quelle époque, dernièrement ?
André : On a réinvesti avec ma femme en fait il y a 6, il y a 6 ans de ça sur Poitiers parce qu’à l’époque on regardait surtout la rentabilité et à l’époque niveau prix d’achat et le prix auquel on pouvait le louer c’était une bonne rentabilité, donc on s’est lancés dans la recherche là-bas et on a trouvé deux petits studios à 40.000 euros chacun, des petits studios de 20 mètres carrés pour des étudiants, toujours pareil, donc on a acheté ces deux petits studios qu’on loue depuis 6 ans à des étudiants.
Goulwenn : Dans quelle ville ?
André : À Poitiers.
Goulwenn : Poitiers d’accord, Poitiers même ?
André : En centre ville, donc pareil 6 ans, il reste encore 4 ans de crédit, on a pris des crédits sur 10 ans.
Goulwenn : Sur 10 ans oui, à quel taux, tu as eu un crédit sur 10 ans ? Il y a 6 ans de ça.
André : Alors à l’époque sur 10 ans, c’était un crédit à 2.90.
Goulwenn : D’accord, ce qui reste correct, même si on peut avoir un crédit beaucoup mieux aujourd’hui sur 10 ans à l’heure actuelle.
André : Moi, c’est plus intéressant de faire racheter mon crédit, ce qui reste ne serait plus intéressant.
Goulwenn : Donc toujours deux studios à Poitiers.
André : Deux studios à Poitiers.
Goulwenn : Donc tu es toujours resté fidèle aux petites surfaces.
André : Oui.
Goulwenn : Pourquoi ? Explique-nous pourquoi enfin ton état d’esprit, pourquoi un studio et pas un F2 ou un F3, qu’est-ce qui t’a amené à prendre des studios et pas autre chose finalement ?
André : F2, F3, c’est plus destiné à des couples, F3 couple avec enfant avec un enfant, studio c’est vraiment pour l’étudiant parce que moi je cherche de l’étudiant, pourquoi ? Parce que les parents se portent garants et j’ai pas de problème, souvent les parents, alors le cas de Paris c’est encore mieux parce qu’à Paris les étudiants souvent ils viennent de province, ils viennent faire leurs études sur Paris, c’est les parents qui se portent garants, qui sont eux en province, donc ils vont pas se permettre de laisser leur enfant sans loyer, ils vont pas payer le loyer et risquer d’avoir des ennuis avec le propriétaire.
Goulwenn : Tout à fait.
André : C’est leur enfant de 18, 20 ans, donc j’ai jamais aucun problème avec les étudiants.
Goulwenn : D’accord, t’as jamais pris d’assurance loyer impayé ?
André : J’en ai pris une il y a au tout début sur Paris.
Goulwenn : Pour ton premier bien ?
André : Mon premier bien, ce qui m’a servi d’ailleurs à l’époque, après j’ai entendu dire qu’elle avait été supprimée cette assurance-là, du coup j’ai pas pu la reprendre et depuis en fait je loue qu’à des étudiants et j’ai jamais aucun souci, j’ai toujours pas repris.
Goulwenn : Tu reprends plus, c’est fini avec.
André : J’ai pas repris d’assurance.
GOulwenn : D’accord.
André : J’ai jamais eu aucun souci avec les étudiants, j’ai fait l’erreur une fois de prendre un travailleur, enfin pseudo travailleur.
Goulwenn : Tu es davantage satisfait par les étudiants que par ceux qui sont dans le monde du travail.
André : C’est un peu entre guillemets discriminatoire.
Goulwenn : Oui, c’est ton business aussi, c’est à toi de le gérer comme tu veux le gérer aussi, mais bon après il y a l’offre et la demande aussi.
André : Exactement.
Goulwenn : Et du coup tes deux investissements à Poitiers donc deux studios, tu les achètes combien à Poitiers, tu fais une seule opération, tu les achètes d’un coup les deux à Poitiers ?
André : D’un coup les deux, 40.000 euros chacun qui sont donc crédit de 300 euros par mois.
Goulwenn : D’accord, par studio ?
André : Par studio et on les loue 330 euros charges comprises chaque studio.
Goulwenn : Donc une opération quasi.
André : Une opération quasiment blanche, on paye les charges, taxe foncière.
Goulwenn : Et aujourd’hui ces studios, si tu devais les revendre, ils ont pris un peu de valeur ou ils sont toujours cotés 40.000 euros.
André : Poitiers c’est pas comme Paris, ça prend pas de valeur, peut-être en espérer 40, 42.000 euros, on les a pas payés 40.000 euros, on les a payés 38, 38 et 36 un truc comme ça, donc là à l’heure actuelle ils en valent 40, je n’ai pas gagné grand-chose au niveau argent.
Goulwenn : Tu as récupéré les charges que tu payes quotidiennement, tous les trimestres, donc ce sera vraiment une opération blanche à la fin.
André : Voilà, c’est un bien qui se paye tout seul encore une fois.
Goulwenn : Et qui se finit dans 4 ans, c’est ça ?
André : Et sur 40.000 euros, j’aurais peut-être versé 7.000 de charges, donc ce sera un bénéfice net de 36.000 euros chacun.
Goulwenn : Chacun et ça se finit quand là, dans 4 ans ?
André : 4 ans.
Goulween : Donc 4 ans, 36.000 fois deux donc 72.000 euros en plus, 72.000 euros en plus ça vient des 140.000 euros, donc on est déjà à près de 220.000 euros, donc 220.000 euros en 14 ans, 12 ans.
André : Pour l’instant.
Goulwenn : Pour l’instant et donc la suite de ton aventure s’est arrêtée là ou tu as ?
André : Non, j’ai réinvesti là récemment.
Goulwenn : Tu as encore réinvesti.
André : J’ai réinvesti récemment.
Goulwenn : Donc c’est ta femme qui t’a remotivé ?
André : Non, ma femme, alors ma femme c’est moi qui lui ait donné le goût d’investir.
Goulwenn : Parce que souvent voilà c’est la problématique dans le couple, parfois il y en a un qui est chaud, qui est chaud bouillant pour investir après, mais parfois il y en a un à qui l’argent ça fait peur, voilà ça peut se comprendre aussi, mais voilà si vous voulez faire un bon investissement quand vous êtes en couple, il faut que les deux soient sur la même longueur d’onde, si il y en a un qui veut investir mais que l’autre veut pas investir, après ça peut vite tourner à des clashs, ça peut vite avoir des problèmes dans le couple, même des problèmes pour l’investissement parce que comme je vous l’ai déjà dit investir ça veut pas dire gagner, investir c’est aussi prendre les emmerdes qui vont avec, il y aura toujours des problèmes à gérer dans l’investissement et quand les problèmes arrivent, tant que tout se passe bien même si le couple n’est pas forcément d’accord, tant que tout se passe bien tout va fonctionner dans le couple, tout va très bien fonctionner, mais le jour où il y aura des problèmes la personne qui n’aura pas été forcément d’accord au début pour investir, voilà c’est là que ça va faire des problèmes supplémentaires à gérer, donc c’est pour ça faut vraiment que dans un couple les deux personnes soient vraiment, aillent dans la même direction quand on parle d’argent, quand on parle d’investissement. Donc toi, c’est comment tu as géré ?
André : Moi déjà perso, moi ma femme a toujours voulu investir.
Goulwenn : Donc c’est déjà un bon point.
André : Mais pas forcément dans l’immobilier, moi je lui ai donné le goût de l’immobilier, donc je lui ai dit tiens moi j’ai toujours un crédit sur le dos, donc il a 6 ans de ça, donc j’avais toujours mon crédit de Paris, donc pourquoi pas toi investir ? On investit ensemble mais on met ton salaire en avant et voilà et moi je m’occupe de toute la gestion, je m’occupe de trouver les locataires, etc. et elle elle est pas très paperasse tout ça, c’est moi qui gère tout, elle a juste servi à mettre l’argent, à signer chez le banquier.
Goulwenn : À apporter les papiers, ses fiches de paye, le dossier.
André : Donc voilà, maintenant ça se passe très bien, moi je gère les studios et ça se passe très bien, d’ailleurs j’ai encore envie d’investir, donc j’ai réinvesti très récemment.
Goulwenn : Récemment, c’est quoi ton investissement dernièrement ?
André : J’ai racheté là il y a peut-être 6 mois de ça.
Goulwenn : Avec ta femme ?
André : Elle non, j’ai racheté à mon nom.
Goulwenn : Tout seul ? Donc avec juste en présentant ton salaire à toi ?
André : Voilà.
Goulwenn : Où en présentant.
André : Voilà, mon salaire à moi.
Goulwenn : Donc à aucun moment, tu as présenté le salaire de ta femme ?
André : Alors, j’ai présenté le salaire de ma femme, mais juste sur papier comme ça, elle est pas mise dans le contrat d’achat.
Goulwenn : D’accord, tu as montré au banquier que c’était une sécurité.
André : Voilà, ma femme en fait donc actuellement elle est au chômage et voilà j’ai juste dit ma femme est au chômage, elle perçoit un chômage de tant mais je veux acheter en mon nom propre pour éviter justement de devoir fournir x papiers sachant que j’avais déjà un bien immobilier de payé, il n’y avait aucune raison que ça ne passe pas.
Goulwenn : Oui, ils le prennent, oui bien sûr c’est une grosse garantie pour la banque, ils savent que tu as un bien sur Paris.
André : Entre les couples comme tu dis, il faut faire attention parce que effectivement des fois il y a des femmes ou des maris si on achète à son nom propre c’est pas forcément bien vu, on est un couple, on achète à deux.
Goulwenn : Oui bien sûr, la règle du jeu c’est à vous de la faire dès le début, de vous entendre sur le business que vous voulez monter ensemble ou non, quelle direction vous voulez donner à votre investissement, si vous voulez être tous les deux parfois aussi ça va être une stratégie si vous êtes pas mariés ou mariés je sais pas, mais voilà que chacun fasse ça en nom propre ou monter une SCI, enfin voilà il y a plein de solutions pour investir, après c’est à vous de vous mettre d’accord par rapport à ça, d’aller voir les bonnes personnes pour vous conseiller sur votre montage financier, voilà tout est possible, c’est ce qui est le plus important à retenir, à être sur la même longueur d’onde et d’avancer dans la même direction.
André : Tout à fait, donc moi il y a 6 mois de ça, j’ai voulu réinvestir et donc je cherchais un bien immobilier sur Paris parce que Paris pour moi c’est une valeur sûre.
Goulwenn : Tu travailles sur Paris donc c’est plus facile aussi pour toi.
André : Je travaille en région parisienne voilà et donc j’ai commencé à chercher un bien immobilier, j’en ai vite trouvé un qui me plaisait, alors moi contrairement à toi je cherche surtout la sécurité, la sécurité parce que bon j’ai 3 enfants, je suis marié, je veux, je regarde pas trop le prix d’achat à la limite j’ai envie de dire moi ce que je veux c’est qu’il se paye tout seul.
Goulwenn : Oui, tu cherches pas à avoir une rentabilité à 12, à 10, 12, 15 % ou même 8 %, tu cherches ta sécurité.
André : Ce que je veux.
Goulwenn : Un truc qui va se louer tout le temps, où t’auras pas d’emmerdes.
André : Exactement, qu’il se paye tout seul, en gros que le loyer vient couvrir le crédit.
Goulwenn : Tu cherches pas à te dégager du cash flow.
André : Non, je cherche pas à faire une grosse, à revendre dans 3 ans pour refaire un bénéfice non, faire x travaux pour l’embellir et faire.
Goulwenn : C’est un investissement sur du long terme pour ta retraite, un complément de revenus dans 10, 15 ans ou 20 ans, oui bien sûr chacun sa philosophie, chacun son état d’esprit, comme je vous dis dans l’immobilier il y a plusieurs directions à prendre, il y a plusieurs chemins à prendre, c’est à vous de prendre le vôtre par rapport à vos compétences, à ce que vous savez faire ou non, vous embarquez pas dans des biens où il y aura peut-être une rentabilité à 12, 15, 20 % en province, mais si vous avez pas le temps de gérer votre bien ou si vous trouverez peut-être aussi un bien que vous paierez une misère pour faire une plus-value par rapport à des travaux tout ça, mais si vous êtes pas bricoleur, vous vous embarquez dans un chantier que vous n’arrivez pas à maîtriser, voilà il faut investir dans ce que vous savez faire, c’est à vous de choisir votre direction, toi tu as choisi la direction des petites surfaces par rapport à tes capacités tout simplement.
André : Tout simplement, en fait par rapport à la vie familiale aussi.
Goulwenn : Tout à fait.
André : On peut pas investir dans le Sud sachant que je dois gérer tout seul, comme tu dis on n’est pas à l’abri, au moindre problème il faut se déplacer, il faut être libre, il faut être disponible, tout dépend de sa situation familiale, personnelle, après chacun voit son avantage.
Goulwenn : Donc pour en revenir à ton quatrième bien, c’est ça ? Donc quatrième bien sur Paris.
André : Oui, alors en fait je cherchais un quatrième bien et donc j’ai trouvé un bien immobilier sur Paris dans le 16ème et le propriétaire de ce bien m’en a présenté un deuxième qui lui appartenait aussi et il me dit voilà je l’ai toujours pas mis en vente.
Goulwenn : Est-ce que ça vous intéresse ?
André : Ça peut vous intéresser, si vous voulez je vous le fais visiter, j’ai dit pourquoi pas, je le visite, il me plaît, du coup je lui dis écoutez le premier je vous le prends sûr, le deuxième je vais voir avec ma banque, j’appelle ma banque, elle me dit ça peut se faire, du coup quelques mois plus tard j’achète les deux biens immobiliers d’un seul coup.
Goulwenn : Paris même, combien les tarifs ?
André : Paris 16ème les deux, alors il y en a un à 118.000 et l’autre à 125.000 je crois.
Goulwenn : À peu près 240.000, 250.000 euros les deux, des studios toujours ?
André : Toujours, alors c’est même pas des studios c’est des studettes.
Goulwenn : 10 mètres carrés, 12 ?
André : C’est ça 10 mètres carrés, donc ils étaient déjà loués, je les ai achetés loués avec un locataire à l’intérieur.
Goulwenn : Avec un loyer de combien quand tu les as achetés ?
André : Le premier il se loue 750 euros et le deuxième 650 euros
Goulwenn : Oui c’est correct, la rentabilité est correcte, c’est une opération blanche encore une fois.
André : Opération quasi blanche, j’ai un crédit de 770 pour l’un et l’autre 680, donc il y a 50 euros pour les deux qui sortent de ma poche tous les mois voilà, sachant que j’ai une taxe foncière ridicule, des charges ridicules dessus et que j’avais aucun travaux à faire dedans, ils étaient entièrement meublés, je les ai achetés meublés et refaits à neuf, donc prêts à l’emploi j’ai envie de dire.
Goulwenn : Donc ça c’est le quatrième et cinquième appartement.
André : Le quatrième et le cinquième voilà, donc là j’en suis là.
Goulwenn : Donc au jour d’aujourd’hui, 5 appartements, content de ton parcours, content de ce que tu as fait.
André : Content, après content, très content avec des regrets, si j’avais su j’aurais investi bien plus tôt, si je devais revenir en arrière il y a 14 ans de ça.
Goulwenn : Tu aurais réinvesti un peu plus tôt.
André : J’aurais réinvesti bien plus tôt, j’aurais attendu allez peut-être deux ans entre mon premier et mon deuxième, histoire de rassurer les banques, que tout se passe bien.
Goulwenn : Donc tu as fait 5 investissements.
André : Là, j’ai pas à me plaindre.
Goulwenn : Voilà, ça s’est bien passé, tu auras un bon capital, un bon revenu complémentaire pour la suite, tes projets, le futur comment tu le vois par rapport à l’immobilier ?
André : Alors, j’ai l’objectif en 2017 de réinvestir encore.
Goulwenn : Donc cette année.
André : Cette année.
Goulwenn : Avec ta femme, tout seul ?
André : Alors c’est compliqué, je vais devoir le faire tout seul, ma femme est comme je t’ai dit au chômage et là ça va devenir compliqué au niveau des banques, je vais devoir donner des justificatifs avec ma femme, je vais gérer tout seul, je vais acheter à moi tout seul.
Goulwenn : Tes 5 premiers biens, t’es passé par le même organisme bancaire ou t’es allé voir la concurrence ? Ton banquier t’a fait confiance du premier jusqu’au cinquième, comment ça s’est passé ?
André : Les trois premiers j’ai pris la même banque, enfin mes trois premiers, le premier et mes deux derniers j’ai pris la même banque.
Goulwenn : Donc trois dans la même banque.
André : Et les deux de Poitiers, on a pris la banque de ma femme et alors sachant que j’ai pris la même banque mais pas la même entité, pas la même région, mais j’ai pris la même banque, donc là je compte aller voir une autre banque pour racheter, j’ai l’objectif en 2017 d’en acheter au moins 2 voire 4 si possible.
Goulwenn : Bel objectif.
André : Voilà, au moins 2 sûr, mais j’aimerais 4.
Goulwenn : Donc pour monter de 5 à 7 ou de 5 à 9 quoi.
André : 7 voire 9.
Goulwenn : Et pourquoi 2 d’un coup maintenant, pourquoi 4 d’un coup ? Tu as vraiment pris, tes 5 premiers investissements t’ont vraiment donné une confiance supplémentaire, pourquoi maintenant tu as envie d’en acheter 2 et 4 d’un coup ? Tu es serein, tu es confiant, l’immobilier maintenant tu maîtrises.
André : Alors déjà oui je suis confiant, mes deux achats m’ont encore plus donné confiance en moi, donc ça fait 12 ans que je fais ça, 12 ans où on va dire il n’y a rien de sorcier franchement il n’y a rien de sorcier et les deux que je viens d’acheter, j’ai déjà fait depuis que je les ai achetés deux changements de locataire, ça se loue comme du petit pain, j’ai entièrement confiance.
Goulwenn : Tu as énormément de demandes.
André : J’ai énormément de demandes, je me fais aucun souci, pour être franc je pourrais en acheter 10 demain et j’aurais autant confiance, donc maintenant il faut pouvoir le faire.
Goulwenn : Pour avoir cette confiance que tu as eue, tu es passé à l’action.
André : Exactement.
Goulwenn : Tu ne serais jamais passé à l’action, t’aurais jamais su que c’était faisable, t’aurais jamais vu que c’était possible, t’aurais jamais ce gain de confiance supplémentaire. Par rapport aux internautes, qu’est-ce que tu pourrais leur dire à ceux qui hésitent encore à investir, ceux qui regardent cette interview qui se disent tiens qui se reconnaissent en toi, qui se disent tiens moi aussi j’ai envie de faire ça, c’est mon objectif, je rêve de faire ça, il y en a peut-être encore qui sont malheureusement encore bloqués, alors qu’est-ce que tu pourrais leur dire toi, le message que tu pourrais leur passer par rapport à ton expérience ?
André : J’ai envie de leur dire déjà de pas hésiter une seule seconde, alors les célibataires il ne faudrait même pas hésiter une seule seconde, à l’heure actuelle la pierre c’est ce qu’il y a de plus sûr, après suivant la situation familiale on a peur, on a des craintes, on se dit oui mais ceci, si ceci si cela, on prend pas énormément de risques, au pire des cas dans une petite surface comme ça qu’est-ce qu’il peut se passer ? Un dégât des eaux, un tuyau à changer, une peinture à refaire, une cuisine, une kitchenette à refaire ?
Goulwenn : C’est des bricoles quoi.
André : C’est des bricoles, si vous êtes à côté, franchement ne pas hésiter une seule seconde, après les banques en ce moment c’est le moment.
Goulwenn : Les taux sont très très bas.
André : Les banques prêtent, si vous avez pas de crédit sur le dos, si vous avez une situation stable, il y aucune raison d’hésiter, de perdre du temps, moi j’ai jamais changé mon train de vie, pour être franc je mets pas d’argent de côté, je profite, j’ai mon salaire, je le dépense, j’ai de l’argent qui se met de côté tout seul, voilà tous les mois j’ai de l’argent qui se met de côté tout seul, mon crédit se paye tout seul par les loyers et je mets rien d’autre de côté, je profite de la vie, je fais des cadeaux.
Goulwenn : Ça a jamais été un frein pour toi.
André : Non, non et je tape pas entre guillemets dans mon salaire pour me priver, pour payer mes apparts, je dépense mon salaire en sorties, en faisant plaisir à mes enfants, en faisant des restos, enfin voilà j’ai pas un seul euro de côté sur mes livrets pour être franc, j’ai mes appartements qui se payent tout seuls.
Goulwenn : Très bien, super témoignage, voilà j’espère que ceux qui hésitent encore à investir, j’espère que ce témoignage vous aura motivés à passer à l’action, à investir, si cette interview vous a plu, partagez-la au maximum parce qu’il y en a sûrement d’autres qui sont dans la même situation que vous, qui hésitent encore à investir, justement partagez-la au maximum pour que les gens puissent s’en inspirer, puissent s’inspirer du parcours d’André. Pour te remercier André je vais t’offrir mon livre, donc mon livre, si vous ne le connaissez pas c’est « Comment je me suis constitué un patrimoine de plusieurs millions d’euros avec un salaire de 1.750 euros », donc voilà j’ai appris beaucoup de choses, j’ai appris à te connaître, à connaître ton état d’esprit, ta philosophe de vie dans les investissements immobiliers, on a presque le même parcours, moi aussi j’investis que dans les petites surfaces, voilà ça a été mon état d’esprit aussi, donc voilà cadeau pour toi.
André : Ça me fait très plaisir, pour ne rien te cacher ton livre je l’ai déjà lu, je l’ai dévoré en 3 jours parce que j’ai été obligé de m’arrêter pour m’occuper de mes gosses, sinon je l’aurais fini en un jour.
Goulwenn : Merci, ce sera l’occasion si tu veux l’offrir à un proche justement qui hésite à investir dans l’immobilier ou qui sait pas comment s’y prendre ou quelqu’un de ta famille, voilà si tu veux l’offrir tu feras je pense un heureux.
André : Je vais le garder, je compte peut-être même le relire.
Goulwenn : Relis-le alors.
André : Merci à toi en tout cas.
Goulwenn : Merci André, merci à vous qui nous avez suivis, n’hésitez pas à liker, à partager et je vous dis à bientôt pour de nouveaux témoignages, bye bye.
André : Au revoir.

Écrit par : Goulwenn Tristant

N'hésitez pas à réagir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

commentaires
Vous avez déjà vécu cette expérience ? Comment avez-vous procédé ? Quelle leçon en tirez-vous ?

Contactez-moi afin de partager votre expérience avec tous les internautes !

Retrouvez aussi Goulwenn

champion du monde d'ultra triathlon 2016

Sur son autre blog

Et sur sa chaine youtube

Glossaire immobilier

Trouvez la définition d'un mot technique cité sur ce site