Vous êtes sur :

6 février 2018

0

Elle prépare se retraite en investissant dans les box

Venez retrouver Hélène, jeune maman, qui à décider d’investir dans les box pour préparer sa futur retraite.

 

Goulwenn : Bonjour à tous, je vous souhaite la bienvenue pour ce nouveau témoignage, cette nouvelle interview des gens qui osent, des gens qui passent à l’action. Aujourd’hui, je suis en présence d’Hélène, Hélène enchanté.
Hélène : Bonjour.
Goulwenn : Je vais te laisser te présenter à la caméra, deux trois petits mots, comment t’appelles-tu, qui es-tu, que fais-tu dans la vie ? Voilà, pour que les internautes apprennent à te connaître, apprennent à qui ils ont affaire.
Hélène : D’accord.
Goulwenn : C’est à toi.
Hélène : Donc je regarde là, donc je m’appelle Hélène Pasco, j’ai 33 ans, je vis sur Antony dans le 92 et je suis depuis 3 ans conseillère en immobilier dans un réseau d’indépendants, IAD France pour ne pas les citer.
Goulwenn : Très bien, t’as raison de faire de la pub, donc voilà, j’ai déjà interviewé dans une précédente vidéo une autre personne de IAD, IAD une grande entreprise dans l’immobilier et aujourd’hui ce qui m’amène à interviewer Hélène, c’est que voilà Hélène elle est un peu multifonction dans l’investissement, elle a commencé, tu as commencé par de l’investissement immobilier et après tu t’es orientée vers des box. Alors, raconte-nous un peu ton état d’esprit, ta philosophie de vie, pourquoi, enfin comment t’en es venue à investir dans l’immobilier, comment s’est passé tes premiers investissements dans l’immobilier, raconte-nous un peu où tu as investi, qu’est-ce qui t’a poussé à faire ça, est-ce que t’en as été contente.
Hélène : D’accord.
Goulwenn : Comment s’est passé ton premier investissement ?
Hélène : Alors, mon premier investissement j’étais toute jeune, j’avais 19 ans.
Goulwenn : 19 ans.
Hélène : Oui.
Goulwenn : T’étais encore étudiante, t’avais fini les études ?
Hélène : Oui, j’étais en alternance, je faisais des études de coiffure.
Goulwenn : Et tu gagnais combien à l’époque ?
Hélène : J’étais en contrat d’apprentissage, je gagnais 900 et quelques euros et j’avais un taux d’endettement de 54 %. Aujourd’hui, c’est compliqué de le faire mais mes parents étaient caution de mon crédit et c’est comme ça que j’ai pu acheter mon premier appart.
Goulwenn : C’est ce qui a fait que le banquier a.
Hélène : Oui.
Goulwenn : T’étais passée par quel organisme bancaire ?
Hélène : À l’époque c’était LCL, c’était la banque de la famille.
Goulwenn : D’accord, pas de difficultés ?
Hélène : Non.
Goulwenn : Et combien t’as emprunté ?
Hélène : J’avais emprunté 100 % du prix, je l’ai acheté 100.000 euros, mes parents m’avaient donné l’équivalent des frais de notaire, ils m’avaient fait une donation et j’ai emprunté 100 % et ils avaient demandé quand même une attestation d’embauche puisque quelques mois après je passais d’apprentie à salariée, voilà, c’était la seule.
Goulwenn : T’as commencé avec un statut d’alternance.
Hélène : Oui, c’est ça.
Goulwenn : Voilà, si ça peut vous inspirer, que ce soit en alternance pour ceux qu’ont pas encore leur job, voilà une première solution dont parlait Hélène c’est de demander à ses parents s’ils peuvent se porter caution dans le prêt, donc voilà ça peut être une solution parmi tant d’autres pour accéder à la propriété, pour accéder à un prêt bancaire. De là, tu fais ton premier investissement, donc t’achètes combien, 100.000 euros c’est ça ?
Hélène : J’achète 100.000 euros, à l’époque c’était à une marchande de biens, elle avait acheté 4 appartements dans l’immeuble, elle les avait tout refaits et elle les revendait.
Goulwenn : Elle les revendait par lot, à l’unité.
Hélène : Oui, elle avait acheté un lot et elle elle revendait à l’unité.
Goulwenn : Donc 100.000 euros tu l’achètes, ce bien tu l’as pas gardé ?
Hélène : Non.
Goulwenn : C’était pour toi, c’était pas pour louer, faire de l’investissement ?
Hélène : Non, c’était pour voilà.
Goulwenn : Pour y vivre.
Hélène : Je voulais partir de chez mes parents, en location j’avais pas trop les moyens, on nous demandait trois fois le montant du loyer, donc j’avais pas les moyens. J’ai commencé à dire à mes parents je vais prendre une coloc avec une copine, donc là ils m’ont dit non c’est pas une bonne idée et c’est pour ça qu’ils m’ont aidée en fait.
Goulwenn : Fais travailler ton argent.
Hélène : Voilà, donc le premier appartement je l’ai acheté toute seule.
Goulwenn : Donc tu achètes à 19 ans.
Hélène : Oui.
Goulwenn : Et tu le revends à quel âge ?
Hélène : 21 ans.
Goulwenn : Tu le gardes que deux ans.
Hélène : Deux ans et demi.
Goulwenn : Deux ans et demi et tu le vends combien ?
Hélène : 147.000.
Goulwenn : 147.000 euros, voilà 19 ans elle a osé, elle a acheté son premier bien 100.000 euros, elle le revend 147.000, 47.000 euros de plus-value.
Hélène : Sans avoir fait de travaux.
Goulwenn : Voilà bénef, gratos, 47.000 euros comme ça.
Hélène : C’était une bonne période.
Goulwenn : Un apprentissage, ça te permet aussi de te former, d’apprendre l’immobilier, d’apprendre à te prendre en main, à payer des factures, à te responsabiliser, c’est une formation que tu t’es fait payer 47.000 euros.
Hélène : Au final, mes parents n’ont jamais eu besoin de m’aider, bon par contre je faisais un peu attention, mais oui je m’en suis sortie toute seule.
Goulwenn : Bravo pour ce premier bien, d’être passée à l’action et tu t’es dit on va peut-être renouveler cette opération.
Hélène : En fait c’est surtout que j’étais enceinte.
Goulwenn : D’accord.
Hélène : Donc, il fallait une chambre de plus, c’était un deux pièces.
Goulwenn : Là il te fallait un trois pièces.
Hélène : Entre-temps j’avais rencontré mon conjoint, donc on a cherché un trois pièces, donc là j’ai fait, j’ai même pas fait de prêt relais à l’époque, on avait fait une vente en chaîne, je me souviens plus trop comment ça c’était goupillé.
Goulwenn : Tout c’était bien goupillé.
Hélène : Oui, ça c’était bien goupillé et du coup j’avais acheté un trois pièces à l’époque 160.000 euros que j’ai pas gardé longtemps, que j’ai gardé trois ans.
Goulwenn : Toujours en dessous de moins de cinq ans.
Hélène : Oui, parce qu’entre-temps j’avais eu ma deuxième fille.
Goulwenn : Il te fallait une autre chambre.
Hélène : Voilà c’est ça, elles sont restées un an toutes les deux dans la même chambre, c’était un peu compliqué, c’étaient des petites chambres.
Goulwenn : Et là, ce deuxième bien donc tu l’achètes combien ?
Hélène : Donc, le deuxième je l’ai acheté 160.000 et je l’ai revendu 190.000.
Goulwenn : 160, 190, 30.000 euros encore de plus-value.
Hélène : Oui.
Goulwenn : On ajoute ça aux 47.000, ça fait 77.000.
Hélène : Oui voilà, il y avait quand même les frais de notaire, tout ça, mais je m’en sors bien.
Goulwenn : Oui les frais de notaire, en gros, tu es à 75.000 euros de plus-value en cinq ans sur deux achats.
Hélène : Oui.
Goulwenn : Donc là après tu rachètes un autre bien pour avoir une chambre supplémentaire.
Hélène : Voilà, donc là je change de secteur puisque là je recherchais une bonne carte scolaire, donc je l’avais mis sur Antony.
Goulwenn : D’accord.
Hélène : Et là, donc on achète un quatre-cinq pièces 300.000 euros, donc là déjà c’était un crédit un peu plus important, moi je gagnais un peu mieux ma vie mais c’était pas non plus et celui-ci on l’a gardé trois ans.
Goulwenn : Trois ans.
Hélène : Voilà, donc là on a vendu parce qu’on s’est séparés.
Goulwenn : D’accord, c’est des choses qui arrivent, c’est la vie.
Hélène : Tout à fait.
Goulwenn : Et tu le revends combien celui-ci ?
Hélène : Alors celui-ci je le revends, donc là je suis passée par une agence, je le revends 320.000 frais d’agence inclus, donc je le revends 310.000 net vendeur, donc je gagne que 10.000 euros.
Goulwenn : D’accord.
Hélène : Sur un bien où là par contre j’avais fait un peu de travaux.
Goulwenn : C’est un bien où t’as rien gagné au final.
Hélène : J’ai rien gagné et j’ai perdu même un peu les frais de notaire.
Goulwenn : Les frais de notaire.
Hélène : Voilà, par contre je suis restée trois ans dans un appart au top.
Goulwenn : On peut pas toujours gagner mais au moins.
Hélène : On peut pas gagner à tous les coups.
Goulwenn : Au moins, t’as pas perdu d’argent.
Hélène : Non, j’ai pas perdu d’argent et c’est ce qui m’a permis de rencontrer celui qui m’a intégrée dans le réseau dans lequel je suis aujourd’hui, c’est comme ça que j’ai fait de l’immobilier derrière, là j’étais encore coiffeuse à ce moment-là.
Goulwenn : D’accord, et donc tu es passée de coiffeuse à chez IAD France.
Hélène : Exactement.
Goulwenn : Donc voilà, Hélène s’autorise tout, elle s’autorise, diversifie ses investissements, diversifie ses métiers parce que voilà je pense que dans ta vie t’as pas forcément de limites, t’as envie de faire un truc tu le fais, coiffeuse, agent immobilier, je vais acheter un premier bien, pourquoi pas un deuxième ? Pourquoi pas un troisième ? Et après donc tu le revends mais là tu prends après une location.
Hélène : Oui c’est ça.
Goulwenn : T’as une belle opportunité donc qui s’ouvre à toi, tu prends une location et …, donc pendant plus de cinq ans t’as fait des achats-ventes, t’as appris plein de choses, mais après tu orientes tes futurs investissements vers autre chose, vers les box.
Hélène : C’est ça, c’est qu’en fait jusque là j’étais salariée et là je passe dans un premier temps auto-entrepreneur, donc avec des salaires variables.
Goulwenn : Oui, t’avais pas trois ans de bilan.
Hélène : J’avais pas trois ans de bilan voilà, donc c’est pour ça que je suis partie en location, c’est que acheter toute seule et sans revenus fixes c’est compliqué.
Goulwenn : T’as pris le système D, la location.
Hélène : La location sauf que du coup j’avais plein de sous sur mon compte qui ne travaillaient pas.
Goulwenn : Tes plus-values, tout ça, au lieu que ça s’endort tout ça.
Hélène : Livret A ou développement durable.
Goulwenn : Ça rapporte rien.
Hélène : Ça rapporte rien, donc j’ai acheté un premier box.
Goulwenn : D’accord, alors pourquoi le box ? Oui, pourquoi ?
Hélène : Pourquoi ? Parce que j’ai acheté comptant, j’ai pas pris de crédit, donc je prenais pas vraiment de risque, un box ça perd pas de valeur, ça ne bouge pas de trop, je pense qu’on a rarement de problèmes d’impayés, en tout cas moi j’en ai jamais eu, il y a pas de problème d’expulsion si mauvais payeurs puisque c’est pas de l’habitat.
Goulwenn : C’est beaucoup plus facile à gérer.
Hélène : Il y a aucune gestion.
Goulwenn : Donc t’achètes un premier box, tu le payes combien ton box ?
Hélène : 15.500 euros.
Goulwenn : 15.500 euros et au jour d’aujourd’hui ça se loue combien ?
Hélène : 110 euros.
Goulwenn : 110 euros, donc t’es satisfaite, t’es contente de ton premier box, tu mets combien de temps avant d’en racheter un deuxième ?
Hélène : Écoute le premier, je …
Goulwenn : T’as fait toute une comptabilité, une super comptabilité pour s’y retrouver dans les chiffres.
Hélène : Donc le premier, je l’ai acheté.
Goulwenn : 15.500 euros.
Hélène : En décembre 2014, le premier décembre.
Goulwenn : Et t’en tires un loyer de 110 euros, donc une très belle rentabilité, tu as à peu près du … % brut et donc voilà, pour ceux qui voudraient investir dans des box, donc parle-nous un peu des charges trimestrielles, donc je vois que c’est très variable, ça va de 31 euros, ça va de 27, 31 jusqu’à 67 euros par trimestre.
Hélène : Oui c’est ça, selon les copropriétés.
Goulwenn : Donc c’est vraiment des charges qui sont dérisoires, quand vous prenez à 27 euros, ça fait même pas 10 euros par mois, donc c’est vrai qu’à côté c’est un box mais c’est très peu d’entretien, très peu de prêt et parle-nous par rapport aux box pour ceux qui voudraient se lancer donc pareil dans les box, il faut prévoir quoi ? Est-ce qu’il y a une taxe foncière ? Est-ce qu’il y a une taxe d’habitation ?
Hélène : Donc il y a une taxe foncière, à partir du moment où on est propriétaire il y a une taxe foncière, donc sur un box c’est entre 70 et 110 euros, 100 euros.
Goulwenn : D’accord, à l’année ?
Hélène : À l’année.
Goulwenn : Dérisoire.
Hélène : Tout à fait, il y a une taxe d’habitation uniquement si on est.
Goulwenn : Ça c’est intéressant, écoutez bien la petite astuce d’Hélène.
Hélène : Uniquement si on a notre résidence principale à moins d’un kilomètre du box piéton, trajet piéton, donc moi j’ai toujours acheté à plus d’un kilomètre, j’en ai deux à 1,1 kilomètre parce que je me dis le jour où il y a plus de locataire, on ne sait jamais, et le jour où c’est moi qui fais ma déclaration je veux pas payer de taxe d’habitation.
Goulwenn : Voilà, pour ceux, bon ça reste encore une dépense qui est dérisoire, une taxe d’habitation c’est combien, 70 euros aussi pareil ?
Hélène : Oui, peut-être une centaine d’euros, enfin c’est l’équivalent d’un mois de loyer peut-être.
Goulwenn : Voilà, un mois de loyer, donc pour ceux qui voudraient économiser un mois de loyer, c’est toujours mieux d’avoir le mois de loyer dans sa poche que dans les poches, que dans les caisses de l’État, voilà il suffit quand vous achetez un box comme vient de vous le dire Hélène, il faut de préférence l’acheter à un kilomètre de votre résidence principale, si vous l’achetez à moins d’un kilomètre, donc comme tu me l’as dit tu as été aux impôts et c’est un kilomètre piéton, donc ça veut dire … de sens interdit.
Hélène : Allez faire le calcul avec nous sur … je te dis je suis à 1,1 kilomètre.
Goulwenn : C’est ce qui a fait que Hélène a été exonérée de cette taxe.
Hélène : De taxe d’habitation.
Goulwenn : Voilà, une petite astuce, si vous hésitez entre deux box, il y en a un qui est à 800 mètres et l’autre qui est à 1,1 kilomètre, prenez celui qui est à 1,1 kilomètre, ça vous fera économiser une centaine d’euros.
Hélène : Alors, la taxe d’habitation si on le met en location, c’est le locataire qui la paye comme pour de l’habitation traditionnelle, donc mes locataires je leur donne l’astuce aussi, moi c’est des box qui sont utilisés uniquement pour du stockage et pas pour du stationnement, donc juste les trois premiers c’est des gens qui de toute façon habitaient à plus d’un kilomètre, la dernière qui m’a louée le dernier box mercredi, elle habite à 150 mètres, donc elle forcément elle doit payer la taxe d’habitation, mais elle a une autre adresse à Arcueil, donc à 6 kilomètres et du coup on a fait le bail à son autre adresse.
Goulwenn : Pour lui faire économiser.
Hélène : Pour lui faire économiser la taxe d’habitation, moi ça ne me change rien du moment qu’elle me paye tous les mois.
Goulwenn : Donc c’est valable en fait pour le propriétaire et pour le locataire.
Hélène : Pour le locataire aussi.
Goulwenn : D’accord, c’est très intéressant.
Hélène : Le propriétaire, si c’est en location, il paye pas de taxe d’habitation, mais par contre c’est le locataire qui doit payer.
Goulwenn : D’accord, donc si vous êtes locataire d’un box et que vous payez 150 euros de taxe d’habitation, renseignez-vous justement avec cette petite astuce pour voir si vous n’avez pas une autre adresse fiscale ou alors ça peut être une astuce pour économiser une centaine d’euros, donc c’est bon à savoir. Et du coup, t’es partie sur un deuxième, un troisième.
Hélène : Donc le deuxième rapidement, 15 jours après.
Goulwenn : Ah oui, tu t’es pas laissé le temps de savoir.
Hélène : En fait, il y en a très peu.
Goulwenn : Comment ça allait fonctionner, si ça allait être un bon investissement, si t’allais être contente du box, donc 15 jours après.
Hélène : C’était dans la même résidence, en fait j’avais deux appartements moi à la vente dans cette résidence-là et c’étaient des box qui allaient avec les appartements et en fait il s’est trouvé que mes acheteurs n’étaient pas intéressés par les box, donc en fait j’ai vendu les deux appartements la même semaine et j’ai acheté moi les box, c’est comme ça aussi que j’ai pu les avoir aussi facilement puisqu’il y en a pas énormément sur mon secteur.
Goulwenn : D’accord, et ensuite un troisième qui intervient.
Hélène : Le troisième.
Goulwenn : Deux ans plus tard.
Hélène : Oui, un an et demi plus tard il y en avait pas, donc je me suis mis des petites alertes sur des sites, je suis à l’affût mais il y en avait pas jusque là et encore celui-ci je l’ai su par bouche à oreilles qu’il allait être mis en vente.
Goulwenn : D’accord, en fait c’est un secteur un peu de niches les box, c’est un secteur qui est très recherché, il y a beaucoup de demandes pour peu de produits.
Hélène : C’est ça, c’est pour ça systématiquement ils sont loués le jour de la signature de l’acte authentique, je sors de chez le notaire avec les clés, j’ai mon locataire.
Goulwenn : Justement, raconte-nous cette anecdote du quatrième achat qui vient d’intervenir.
Hélène : Voilà, mon quatrième achat j’ai signé mercredi, j’ai mis une annonce vendredi.
Goulwenn : T’as mis une annonce en fait deux jours avant.
Hélène : Oui c’est ça, le week-end juste avant parce que je partais en week-end en fait, donc juste avant de partir en week-end.
Goulwenn : En te disant que t’allais acquérir un nouveau box, tout ça.
Hélène : Voilà, j’ai mis l’adresse, j’ai précisé que c’était avec un bail puisqu’il y en a beaucoup qui veulent faire ça de la main à la main, donc voilà j’ai précisé que c’était avec un bail de minimum un an.
Goulwenn : Que je sortais de chez le notaire à 14 heures et qu’il serait disponible à 16 heures.
Hélène : C’est ça.
Goulwenn : Et à 16 heures, il y avait le locataire qui était là, qui t’attendait.
Hélène : J’avais plusieurs personnes qui m’attendaient et en fait c’est le premier on a signé le bail sur le capot de la voiture, voilà premier arrivé, premier servi.
Goulwenn : D’accord, pour récapituler tout ça, donc les box ont très peu de charges.
Hélène : Très peu de charges.
Goulwenn : T’as des charges de copro, donc comme elle vient de vous le dire c’est à peu près entre 10 et 30 euros par mois on va dire pour les charges, enfin les 20 euros par mois pour les charges de copro, ta taxe foncière une centaine d’euros, pas d’entretien à faire, pas de réparation, pas de prise de tête avec un locataire.
Hélène : Il faut l’assurer, donc il faut assurer les murs, donc là une petite astuce aussi, j’ai le droit de citer les assurances ou pas ?
Goulwenn : Tu peux dire tout ce que tu veux, c’est à toi.
Hélène : Donc pour mon assurance habitation j’étais à la MACIF et en fait la MACIF me demandait 90 euros par an et par box, donc j’ai été avec eux jusqu’à enfin pour mes deux premiers box, sauf que 90 euros je me dis c’est presque un mois de loyer, quand même il y a peut-être moyen de trouver autre chose, donc j’ai changé d’assurance, je suis allée à la MAIF parce qu’à la MAIF, j’ai payé 50 euros de plus pour mon habitation sauf qu’on a droit jusqu’à 300 mètres carrés d’annexes quelles que soient les adresses, donc je peux acheter quelques box encore avant de payer plus cher, ça me coûte 50 euros de plus.
Goulwenn : Ils regroupent tout.
Hélène : Oui, tous mes box, comme si c’était une seule adresse, ils sont tous déclarés avec des adresses différentes et j’ai le droit jusqu’à 300 mètres carrés.
Goulwenn : D’accord, c’est une astuce aussi tu fais bien d’en parler, c’est une astuce aussi, on va parler comme t’as lancé le sujet sur les assurances, je vais continuer de développer ce sujet, en fait moi je suis au Crédit Agricole pour les assurances de mes biens et en fait il s’avère que dans une résidence où j’ai cinq lots à Noisy-le-Grand, en fait je paye pas cinq assurances, je paye pas l’assurance, le Crédit Agricole ne considère pas que j’ai cinq studios, il considère que j’ai un lot qui correspond à un F5 et en fait ils me font payer l’assurance pour un F5.
Hélène : Qui est beaucoup plus intéressant.
Goulwenn : Qui est beaucoup plus intéressant que de payer cinq assurances, alors au final tous les biens sont bien assurés, mais dans le tarif, dans la fourchette tarifaire, je paye pour un F5 et non pas pour cinq studios, voilà c’est mon assurance qui est au Crédit Agricole, voilà c’est très, enfin j’ai pas trouvé d’assurance plus compétitive que ça et j’en suis très très satisfait.
Hélène : Oui parce que ça peut jouer, voilà il y a la taxe foncière, il y a les charges, il y a l’assurance, c’est à prendre en compte.
Goulwenn : C’est une très bonne astuce, entre l’assurance et la taxe d’habitation qui aurait pu te faire perdre deux mois de loyers sur douze, donc c’est pas.
Hélène : Ça change la rentabilité.
Goulwenn : Ça change complètement la rentabilité, c’est pas négligeable, si vous avez la fibre de vouloir investir mais que l’immobilier vous fait peut-être un peu peur, voilà comme Hélène vous avez pas envie de vous prendre la tête avec des locataires, avec les problématiques d’expulsion, les lois hivernales et compagnie, tout simplement au lieu de laisser votre capital sur des comptes qui dorment et qui rapportent strictement rien, faites comme Hélène, faites-le travailler en achetant des box, voilà ça travaillera, ça vous rapportera de l’argent en minimisant les prises de tête, les problématiques, donc pour ceux qui seraient dans cet état d’esprit, les box ça peut être comme les places de parkings, ça peut être une très très bonne solution.
Hélène : Je prépare ma retraite.
Goulwenn : Tu prépares ta retraite, on est à 4, au jour d’aujourd’hui.
Hélène : C’est pas pour tout de suite.
Goulwenn : À ce rythme-là, un box tous les ans, 100 euros en plus tous les ans.
Hélène : C’est ça.
Goulwenn : Ça peut aller vite et justement quel est ton objectif maintenant que tu en as 4, tu vas en acheter un cinquième, un sixième ?
Hélène : Oui, là j’en ai un cinquième en vue, j’aimerai bien pouvoir continuer en acheter un tous les ans.
Goulwenn : D’accord, très bel objectif.
Hélène : 110 euros par mois multipliés par le nombre de box.
Goulwenn : Ce qui fait que tous les ans ton salaire augmentera de 110 euros par mois.
Hélène : Oui c’est ça.
Goulwenn : Merci Hélène pour cette interview.
Hélène : Merci.
Goulwenn : Pour ton témoignage, pour avoir véhiculé ton expérience de l’immobilier et des box, si cette vidéo vous a plu, n’hésitez pas à la partager à un maximum de personnes pour qu’il y ait un maximum de gens qui puissent s’enrichir de ce témoignage et de ton histoire. Moi j’ai appris beaucoup de choses sur ton histoire, sur ton état d’esprit, ta philosophie de vie, sur le domaine des box, donc à mon tour, je sais que tu l’as déjà lu, je vais t’offrir mon livre « Comment je me suis constitué un patrimoine de plusieurs millions d’euros avec un salaire de 1.750 euros », voilà si tu veux ce sera l’occasion de l’offrir à quelqu’un, si dans ton entourage il y a quelqu’un qui veut se lancer dans l’immobilier, qui hésite, qui sait pas comment faire, qui manque un peu de motivation ou de compétences là-dessus, ceci, cela, je pense qu’il y a tout là-dedans et je pense que tu pourras faire un heureux.
Hélène : Merci beaucoup.
Goulwenn : Merci Hélène.
Hélène : Merci à toi.
Goulwenn : Bonne continuation dans tes box, dans l’entreprenariat, dans tes investissements et à la prochaine.
Hélène : À la prochaine.
Goulwenn : Merci de m’avoir suivi, merci de nous avoir suivis et je vous dis à bientôt, bye bye.
Hélène : Bye.

Écrit par : Goulwenn Tristant

N'hésitez pas à réagir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

commentaires
Vous avez déjà vécu cette expérience ? Comment avez-vous procédé ? Quelle leçon en tirez-vous ?

Contactez-moi afin de partager votre expérience avec tous les internautes !

Retrouvez aussi Goulwenn

champion du monde d'ultra triathlon 2016

Sur son autre blog

Et sur sa chaine youtube

la chaine 100% positive et inspirante

Glossaire immobilier

Trouvez la définition d'un mot technique cité sur ce site