Vous êtes sur :

13 août 2018

0

Comment emprunter 1.5 millions d’euros en couple

Venez découvrir dans cette vidéo comment emprunter plus d’un million d’euros en couple…

 

Vous souhaitez comme Sacha et Seb, investir dans une colocation qui cartonne et être accompagné dans vos investissements immobiliers, alors retrouvez-les avec le lien ci-dessous:

HTTPS://SACHAETSEB.BUSINESSMALIN.FR/COLLOCQUICARTONNE?AFFILIATE_ID=1273818

Goulwenn : Salut les investisseurs, c’est Goulwenn Tristant du livre « Comment je me suis constitué un patrimoine de plusieurs millions d’euros avec un salaire de 1.750 euros ». Aujourd’hui, je suis content de vous retrouver pour un nouvel interview, pour un nouveau témoignage des gens qui passent à l’action, des gens qui sortent de leur zone de confort, et aujourd’hui on va parler de comment investir, comment emprunter 1,5 million d’euros en couple, en présence de Sacha et Seb. Mais avant toute chose, si ce n’est pas encore fait, je t’invite à télécharger mon dernier livre « Trouver, acquérir une bonne affaire avant tout le monde » dans le lien ci-dessus ou dans le lien ci-dessous, et sans plus perdre de temps, sans perdre de temps on va commencer cet interview. Sacha, Seb.
Seb : Salut Goulwenn.
Sacha : Salut Goulwenn, merci de nous faire cet interview.
Goulwenn : Merci à vous de l’avoir accepté, d’avoir accepté cet interview dans une splendide demeure. Donc justement aujourd’hui, on va parler de l’investissement en couple, parce que c’est vrai qu’investir à deux, ben c’est pas souvent évident. Moi pour mon cas personnel, ben tous mes investissements je les ai faits tout seul, et ça a même été un choix de ma part à un moment donné de ma vie où je voulais vraiment rencontrer personne parce que je savais que je débordais d’énergie, je débordais de projets. En fait, moi ce que j’ai eu peur, ben c’était en fait de rencontrer quelqu’un qui allait pas être dans, qui allait pas voir la vie.
Seb : De la même manière.
Goulwenn : De la même manière que moi. Donc c’est pour ça qu’à une période de ma vie où moi je suis resté seul pour pouvoir faire tous mes investissements, en tout cas pour en faire un maximum. Et vous justement, vous avez entre guillemets ben vous avez eu l’intelligence de faire ça. Donc comment ça se passe quand on investit à deux, faut avancer de la même manière, faut avoir les mêmes idées, faut avoir le même caractère, comment vous vous organisez, vous, par rapport aux investissements ? parce que 1,5 million d’euros, alors on parle pas de centaines d’euros ni de milliers d’euros.
Seb : Oui, c’est beaucoup.
Goulwenn : Là on parle de million d’euros, et comment dans un couple on peut investir 1,5 million d’euros ? Vous étiez tous les deux destinés à de l’investissement immobilier ? Comment ça s’est passé un peu ?
Sacha : Ben alors déjà dans un couple, quand tu dis il faut avoir la même vision, les mêmes ambitions, etc., il faut savoir que dans un couple c’est deux personnes différentes, donc tu peux pas être au même niveau, tu peux pas être à la même vitesse que ton conjoint, et du coup c’est une question de compromis, c’est-à-dire que si il y en a un qui avance trop vite par rapport à l’autre, eh ben celui qui avance trop vite va ralentir et celui qui ralentit va accélérer légèrement, mais tu peux jamais vraiment être toujours d’accord, toujours sur la même vision.
Goulwenn : Avoir une bonne stabilité entre vous deux.
Seb : Ben je pense que c’est la philosophie globale déjà qui doit être la même parce qu’on rencontre des couples qui rencontrent beaucoup, beaucoup de problèmes.
Goulwenn : Oui, bien sûr.
Seb : S’il y a par exemple l’homme ou la femme, imaginons l’homme est très, très motivé, il veut acheter, ben tiens comme toi, plusieurs millions d’euros d’immeubles, et la femme et on en a rencontré a peur, ça va être un frein. Comment faire ?
Sacha : Oui, et déjà.
Goulwenn : Alors justement par rapport aux internautes qui nous regardent, s’il y a une personne qui a envie d’investir, mais par exemple sa femme ben est réticente ou sa femme a peur, ben justement.
Seb : Ou l’inverse, ça peut arriver.
Goulwenn : Ou l’inverse bien sûr, quels conseils vous leur donneriez ?
Sacha : Déjà alors le plus gros conseil qu’on peut donner, c’est communiquer.
Seb : Oui communiquer, et je dirais parce qu’il y a même une petite maxime qui existe qui dit « la peur, c’est l’ignorance », ça veut dire que déjà on réduit la peur si on s’éduque.
Goulwenn : D’accord.
Seb : Et nous on s’éduque énormément, tout le temps, on lit beaucoup, on se forme beaucoup ensemble, ce qui fait que on peut même discuter de nos peurs, ça c’est super important, parce qu’il y a une espèce de honte aussi qui existe de ne pas parler de ses peurs.
Sacha : On va prendre un exemple, sur notre premier investissement il y avait quand même beaucoup de travaux, 150.000 euros de travaux, et c’est vrai que toi t’étais pas très rassuré.
Seb : Oui, c’était un premier investissement. Pour un premier investissement, 155.000 euros de travaux, et moi ça me posait problème émotionnellement, je me disais le projet est intéressant, c’est là qu’il faut investir, ce sera hyper rentable, mais là faut que je fasse tout de suite un appel de fonds à l’artisan de 50.000 euros, enfin peu importe le, enfin dans tous les cas c’était 150.000 euros à donner à l’artisan en plusieurs fois, mais je me dis mais si jamais il quitte le chantier, si jamais il fait faillite.
Goulwenn : Oui, bien sûr.
Seb : Et ça, ça me stressait.
Goulwenn : Choses qui peuvent arriver.
Seb : Et ça c’était un frein pour moi, je me disais c’était le truc qui m’embêtait dans ce projet.
Sacha : Et là tu vois il m’en parle de ça, et moi je lui dis écoute ok j’entends ta peur, je comprends ta peur et aucun jugement là-dessus, on a tous nos peurs et on a le droit d’avoir peur, et là la question c’est comment faire pour te débloquer cette peur ? Et donc lui, il me répond naturellement ben moi j’ai besoin d’avoir un extrait, enfin j’ai besoin d’avoir l’assurance décennale, j’ai besoin d’avoir sur société.com un gros capital et puis tout ça on l’emmagasine et puis on le fait.
Seb : Je dirais que c’est de l’honnêteté avec soi-même, limite prendre un papier, ok je suis honnête, ça me fait peur, ce truc-là ça me fait peur.
Goulwenn : Oui très bien, très, très bien, apprendre à se connaître.
Seb : Et ensuite pourquoi ça me fait peur ? Ben ce qui me fait peur c’est capital, il faut qu’il ait un bon capital social, parce qu’en cas de problème on peut aller chercher plus par exemple, ou l’assurance décennale, voir toutes les assurances sur papier, enfin il faut noter tout ce qui rassure et ça peut aider.
Sacha : Oui, ça débloque les peurs.
Goulwenn : D’accord, justement pour parler de votre couple, donc dans votre couple c’est qui qu’a peur, c’est qui qu’a envie de foncer, c’est qui qui ralentit l’autre ? Justement, parlez-nous un peu de votre couple, de toutes les problématiques que vous avez pu rencontrer.
Sacha : Alors au départ, on a commencé à investir, enfin notre premier investissement on était tous les deux moteur parce qu’en fait on bossait tous les deux comme des chiens clairement.
Seb : Oui, il y avait une réelle volonté de changer de vie.
Sacha : Et tous les deux là par contre.
Seb : On n’avait pas de temps pour nous, ça n’allait pas, on travaillait beaucoup, beaucoup, obtenir des augmentations on sait comment ça marche, c’est compliqué pour avoir très peu d’augmentation.
Goulwenn : Bien sûr, oui.
Seb : Et nous on adore être maître de notre destin. Je dis souvent devenir architecte de notre vie, ben moi je suis, je réfléchis aussi beaucoup à l’avenir financier et je veux être maître de mon destin et maître de mes finances, donc il fallait faire des actions, notamment l’immobilier, c’est très, très vite arrivé sur la table parce que ça nous paraît logique.
Goulwenn : Rapidement, enfin une petite parenthèse, vous faisiez quoi justement avant l’immobilier ?
Seb : On était commerciaux, tous les deux on avait un job de commercial. Sacha a fait beaucoup de jobs.
Sacha : Moi j’ai un peu tout fait, employée libre-service, je mettais en rayon des tampons, des serviettes hygiéniques de 5 heures du mat’ à 5 heures du soir du lundi au samedi. Clairement, c’était plus de vie, on se voyait pas, ben clairement on faisait jamais l’amour hein je veux dire, allez si à la limite là c’est.
Sacha : J’adore.
Seb : Mais tu vois, faut être honnête.
Goulwenn : De l’authentique, de l’authenticité.
Seb : Il faut être honnête.
Sacha : Il faut être honnête, c’était limite.
Seb : Donc tu écris comment résoudre ce problème, donc il faut plus de temps.
Sacha : C’était limite ah ben là c’est mon anniversaire ou c’est son anniversaire il faut faire l’amour, tu vois, et c’est pas ça la vie.
Seb : C’était à l’époque où oui tu travaillais en grande distribution. C’est vrai que la grande distribution c’est très exigeant en termes d’horaires et, en tout cas, on voulait vraiment passer à l’action. Moi je suis un petit peu la tête chercheuse, je me renseigne énormément sur les nouveaux concepts, sur comment réussir dans l’immobilier.
Goulwenn : Donc le déclic pour changer, pour passer de commerciaux à votre projet d’immobilier, c’est quoi, ça a été, vous vous êtes formés, quel a été le déclic ?
Seb : Alors on a lu des livres, notamment le tien, et puis d’autres aussi.
Goulwenn : Merci.
Sacha : Non mais c’est vrai.
Seb : Et là, moi j’ai vu, j’avais une croyance un petit peu comme tout le monde, l’ancienne génération il fallait attendre quinze, vingt ans, tout payer, et seulement après on avait des loyers pleins.
Goulwenn : Acheter ta résidence principale.
Seb : Voilà, et là je vois ok, si tu fais les choses correctement avec des niches qui rapportent un maximum comme la colocation et tu peux avoir du cash flow tout de suite avec des longs crédits alors qu’on nous a toujours appris il faut des petits crédits pour rembourser plus vite.
Goulwenn : Bien sûr, bien sûr.
Seb : Et j’avais pas pensé à faire de l’argent tout de suite. Et là, ça s’est enchaîné parce qu’après j’ai rencontré plusieurs personnes qui l’ont fait. Tu parles souvent de l’épigénétique donc voilà.
Goulwenn : La moyenne des cinq personnes, on est la moyenne de cinq personnes qu’on côtoie.
Seb : Donc du coup voilà, en réseautant et tout on voit plein de personnes qui l’ont fait. Donc après ça a été très vite parce que, nous, on a une particularité, c’est qu’on passe très, très vite à l’action.
Sacha : Oui, on implémente très vite.
Seb : On implémente très vite.
Sacha : En fait, comment on fonctionne ? Seb s’intéresse à beaucoup de choses.
Seb : Oui, moi je m’intéresse à énormément de choses.
Sacha : Et puis franchement, des fois il vient me voir mais dix fois par jour en me disant t’as vu ça chérie, faudrait qu’on fasse ça, faudrait qu’on fasse ça, faudrait qu’on fasse ça. Et moi en fait, après je fais le tri, ça non, oui, non, oui, non, non, non, oui.
Seb : Et du coup, quand on a vu tout ça, ça a été très vite. On s’est dit ok, on se lance, on y va. Ensuite, comment on se lance ? En colocation, donc nous on a un modèle d’investissement colocation vraiment.
Goulwenn : Voilà, vous avez déterminé, identifié le chemin que vous alliez prendre par rapport à ce que vous étiez capables ou non de faire, par rapport à ce qui vous animait ou non.
Seb : Voilà, et du coup le premier investissement s’est passé avec succès.
Goulwenn : Donc première expérience, donc tous les deux on va dire au même niveau, on a envie d’investir, on a envie de changer notre vie, on fait cet investissement à deux. Et ensuite, comment s’est passé ben le deuxième, troisième investissement ?
Seb : On a enchaîné, enchaîné, on a tout enchaîné.
Goulwenn : C’est qui qui a voulu enchaîner ?
Sacha : C’est moi.
Goulwenn : C’est qui qui a voulu aller plus vite que l’autre, c’est qui qui a freiné l’autre ?
Seb : C’est vrai que Sacha elle adore l’aventure, et du coup c’est vrai c’est toi qui nous a poussés à enchaîner très vite. Moi, je voulais enchaîner, mais peut-être pas aussi vite.
Sacha : En fait dans un couple, t’en as toujours un qui va être la locomotive et l’autre qui va être le support, c’est-à-dire qu’il y en a un il va tirer le support, sauf que quand celui qui est en haut il se dégringole, t’as le support qui le retient. Et donc, c’est très important dans un couple d’avoir une locomotive et un support et l’un va pas sans l’autre et d’ailleurs, nous, on est support et locomotive en fonction des domaines de compétence. Par exemple, moi sur les travaux je vais être locomotive, lui va être.
Seb : Fiscalité.
Sacha : Support, lui c’est fiscalité, il va être locomotive moi je vais être support.
Goulwenn : Toi c’est les travaux, toi c’est la fiscalité.
Seb : Négociation aussi.
Sacha : Négociation et d’ailleurs.
Goulwenn : Toi, négociation, ça te fait peur, Sacha ?
Sacha : C’est pas que ça me fait peur.
Goulwenn : C’est que t’es pas à l’aise.
Sacha : Moi j’ai un petit cœur en fait, alors des fois les personnes elles me font mal au cœur, j’ai du mal alors que lui il en a rien à faire hein.
Goulwenn : T’es dans l’émotionnel.
Sacha : Oui voilà, beaucoup.
Seb : Moi je suis beaucoup moins dans l’émotionnel, donc j’ai plus de facilité à négocier beaucoup.
Sacha : Et d’ailleurs, c’est très pratique aussi de négocier en couple si jamais tu veux faire des grosses plus-values.
Seb : Oui, ça on l’utilise beaucoup, ça c’est génial.
Goulwenn : Alors un exemple, c’est-à-dire c’est plus facile de négocier en couple ?
Seb : Ben en fait, Sacha va vraiment jouer son côté émotionnel.
Sacha : Moi par exemple, je vais dire, je remarque vite les détails, donc je vais lui dire ah ben vous aimez bien le foot, ben moi aussi, voilà je vais être sympa. Et lui, il va pas parler, il va pas parler, il va faire le tour et à la fin il me dit bon, ça m’intéresse mais par contre pas à ce prix-là parce qu’il y a ça, ça, ça qui va pas. Et moi par contre, comme j’ai joué sur le relationnel.
Goulwenn : Tu te le mets dans la poche.
Sacha : Voilà, et je vais lui dire oh chéri, elle est quand même bien la maison, tu vois.
Goulwenn : D’où business malin.
Seb : Et puis après, tu peux toujours envoyer la balle vers l’autre, si en négo il te donne pas suffisamment par rapport à ce que toi tu espères, tu peux dire ah il faut que j’en parle à mon conjoint.
Sacha : Il faut que j’en parle à mon conjoint.
Seb : Être deux c’est génial pour ça, en négo il y a des techniques que nous on a mis en œuvre qui sont vraiment super.
Sacha : Par exemple sur les négos, en général Seb commence, donc c’est lui qui fait la plus grosse remise et moi je termine. Donc moi, je vais chercher encore en-dessous sur la finition.
Goulwenn : D’accord, toi tu profites de l’émotionnel que t’as eu, le fait de te le mettre, de te l’avoir mis dans la poche.
Sacha : C’est ça.
Goulwenn : Le vendeur ou la vendeuse et tu termines comme ça. Et ça marche bien ? En négociation, vous avez, c’est quoi, vous négociez combien à peu près à chaque fois par rapport à vos investissements ?
Seb : Pas mal parce qu’on a fait six opérations immobilières et il y a pas longtemps je me suis amusé à additionner le total des négos, on a négocié sur six opérations 274.000 euros.
Goulwenn : 274.000 euros ! le prix d’un bien, le prix d’un immeuble.
Seb : Oui, donc faut vraiment négocier, négocier, négocier parce que.
Goulwenn : Oui, la négociation voilà c’est vraiment très, très important de négocier, voilà 274.000 euros en combien de temps ?
Seb : En six négociations, en trente mois.
Goulwenn : Donc 274.000 euros sur six immeubles de rapport, donc en fait le prix d’un.
Seb : Sur six biens immobiliers.
Goulwenn : Sur six biens immobiliers, donc en fait ça représente le prix d’un immeuble de rapport.
Seb : Oui, bah le dernier il était affiché à 495.000, donc nous fatalement à chaque fois à la baisse, donc ça c’est moi qui m’y colle. Moi je suis le méchant entre guillemets, donc j’appelle, je dis bon ben voilà, compte tenu de l’aménagement c’est compliqué. En plus, c’est vrai que c’était un bien, je comprends qu’on ait pu négocier parce que c’était en gros tout l’immeuble, donc R+1, R+2, R+3 sans le rez-de-chaussée commercial, mais il était vendu en résidence principale, donc ça n’a pas vraiment de valeur. Qui veut habiter dans un truc mal foutu comme ça ? R+1, R+2, R+3, alors que nous on a une idée derrière, c’est qu’on investit avec notre méthode en colocation, donc en gros on réaménage tout ça en colocation, donc nous ça intéresse, mais en gros on n’avait pas de concurrence à cause de ça.
Sacha : Mais aussi pourquoi on a été aussi vite et qu’on a négocié énormément et que aujourd’hui on a un parc de plus d’un million d’euros, c’est aussi parce qu’on a une grande capacité à préserver le couple et à bien déléguer.
Goulwenn : D’accord, justement parce que vous faites beaucoup de travaux, un premier investissement combien ? 150.000 euros de travaux, non ?
Sacha : Oui, c’est ça.
Seb : Oui, en gros c’était 330.000 tout inclus, mais il y avait la moitié de travaux le premier investissement.
Goulwenn : Donc comment s’organisent les travaux dans un couple ? Parce que vous investissez tous les deux, vous faites tous les deux la même chose, plus les travaux, enfin vous êtes toujours ensemble l’un sur l’autre, les travaux on sait que c’est quand même compliqué, c’est vraiment une charge de travail qui peut être énorme selon la nature des travaux, donc comment vous vous organisez, vous, pour ne pas travailler sept jours sur sept, pour ne pas être tout le temps la tête dans le guidon immobilier, immobilier, travaux, travaux, comment vous vous organisez justement pour que votre couple ne parte pas en éclats tout simplement ?
Sacha : Ben déjà on délègue énormément, c’est-à-dire que moi je vais pas être radine dans la délégation, les travaux on passe par des artisans, on passe par.
Seb : Aujourd’hui, on a vraiment un réseau d’artisans qui s’est mis en place au fur et à mesure des investissements, mais on n’arrête pas de dire il y a certaines personnes qui veulent faire des travaux elles-mêmes, on dit mais ça n’a pas de sens, ça n’a pas de sens puisque plusieurs raisons : la première raison c’est le délai ça vaut de l’argent, ça vaut beaucoup d’argent le délai. C’est-à-dire que si tu fais tes travaux toi-même les week-ends imaginons, tu as faire tes travaux en deux ans au lieu de six mois par exemple.
Sacha : Et puis même.
Goulwenn : Et tu peux pas faire autre chose à la place.
Sacha : Bah oui, va faire l’amour à ta femme plutôt qu’aller poser ta cloison.
Seb : En fait, en plus nous c’est des colocations, par exemple c’est 3.000 euros de loyers pour notre premier investissement, là il y a même une colocation on sera encore au-dessus, ça veut dire que, imagine, 3.000 euros par mois et tu mets douze mois de plus pour faire tes travaux, 3.000 x 12 ça fait 36.000. Le délai ça vaut de l’argent, donc il faut finir plut tôt.
Sacha : Donc en gros, t’es perdant sur l’argent, t’es perdant sur la fiscalité.
Goulwenn : Sur le temps.
Sacha : T’es perdant pour ta vie de couple.
Seb : Oui, t’es perdant sur tout. La fiscalité, il faut que tu aies des choses à déduire.
Sacha : En fait, c’est rigolo parce que toi tu parles beaucoup fiscalité, machin.
Goulwenn : Sacha, c’est travaux.
Sacha : C’est très, moi je suis très gardienne de la vie de famille aussi, enfin chacun sa spécialité mais des fois Seb il part dans des trucs, par exemple il y a deux ans il m’a dit ouah chérie, j’ai envie de monter un xxx je lui dis mais on va jamais se voir si on monte un xxx
Seb : C’est vrai qu’on est câblés un petit peu différemment, c’est-à-dire que moi je.
Goulwenn : Toi, tu fonces, tu fonces, tu fonces.
Seb : Je fonce.
Sacha : Non mais lui.
Goulwenn : Et Sacha elle analyse.
Sacha : Lui clairement, il veut la thune, moi je veux.
Goulwenn : Toi tu recherches plus de temps pour la famille.
Sacha : C’est ça.
Seb : Et du coup, on est complémentaires.
Goulwenn : C’est très bien, c’est ce qu’il faut.
Seb : Mais c’est vrai que moi des fois j’imagine des projets. Et d’ailleurs, il y a un projet qui n’a pas abouti.
Sacha : T’en as eu plein. Ouvrir une grande surface, après il a voulu ouvrir un hôtel, l’hôtellerie.
Seb : C’est pour ça d’ailleurs que.
Goulwenn : Et c’est pas des petits projets que t’as.
Sacha : Ah ben non.
Seb : Oui, mais c’est projets c’est vrai qui rapportent un maximum. Il y a certes, enfin je vais pas citer de nom, il y a certaines grandes surfaces où on peut devenir adhérent, ça rapporte énormément d’argent au prix de la vie. Aujourd’hui, je sais que je ne voudrais pas faire ça même si ça rapporte énormément.
Sacha : Et ça, c’est du travail xxx
Seb : Parce qu’on l’a vécu et c’est pour ça que Sacha à l’époque travaillait en grande surface, c’était pour acheter un hypermarché quoi en gros, mais c’est au prix de ta vie.
Goulwenn : Donc en fait, pour résumer un peu ce que t’es en train de dire, en fait par rapport, je pense par rapport à toutes celles et ceux qui nous regardent qui auraient des problèmes de couple ou qui auraient connu des divorces justement par rapport à l’entreprenariat, enfin en tout cas par rapport à de gros projets, c’est la complémentarité qui va faire que vous allez réussir à avancer, parce que je prends l’exemple si demain il y a deux Seb, t’aurais été comme Sébastien, donc vous auriez tous les deux foncé, foncé, foncé.
Sacha : Non, ça aurait pas été.
Goulwenn : Soit vous explosez dans le bon sens ou soit vous vous prenez un gros mur parce que vous prenez pas le temps d’analyser les choses, vous prenez pas le temps de réfléchir, et surtout vous êtes pas complémentaires. Donc je pense que voilà il y a beaucoup de couples pour lesquels ça ne fonctionne plus parce que tous les deux ne sont pas assez complémentaires.
Seb : Complémentarité, même vision et on a une philosophie, c’est que nous on investit tout à 50/50.
Goulwenn : Oui, c’est important ça.
Sacha : Parce que pas de jaloux.
Seb : Et surtout on considère que la réussite du projet immobilier c’est grâce à nos deux cerveaux.
Goulwenn : Alors c’est pas une personne qui achète un bien, l’autre personne qui achète un bien, vous avez un compte commun, vous faites ça via une société, vous faites 50/50 et voilà.
Seb : En fait, on a quand même prévu le divorce, des fois ça choque, on se dit ben là on a tout prévu si on se sépare. Avec le notaire, on est en séparation de biens, on a signé tout un tas de choses qui dit en cas de divorce on prévoit les choses quoi, et ça il faut le faire quand tout va bien parce qu’après c’est trop tard.
Goulwenn : Oui, quand tout va mal, c’est pas là où on serait à même à réfléchir à savoir comment le faire, non mais c’est très intéressant de parler de ça, de parler d’un futur divorce, d’une future séparation, de le mettre dans les contrats justement par rapport à votre société.
Seb : C’est plus sain aujourd’hui, parce qu’on s’est dit bah si ça va mal, de toute façon on sait comment ça se passe, et sur chaque projet immobilier on a tous les deux eu beaucoup d’idées et je pense que si on a réussi chaque projet immobilier c’est vraiment parce qu’on était deux, deux cerveaux
Sacha : Et là du coup, je vais revenir sur la complémentarité. En fait ce qui est important, c’est chacun, vraiment chacun sa spécialité parce que sinon tu te marches dessus et t’es toujours en compète, genre si t’es performant tous les deux dans les travaux tu vas être en compète constamment.
Goulwenn : Oui, moi je veux faire ci, ben moi je verrais plutôt ça.
Seb : Oui, il faut être meilleur, nous on a pas de concurrence comme ça, enfin des fois on est pas d’accord et il faut accepter d’être souple et de laisser de la latitude à l’autre.
Goulwenn : Oui bien sûr, tout à fait.
Sacha : Tu délègues en fait, lui il me délègue des travaux, moi je lui délègue la fiscalité.
Goulwenn : Donc pour résumer, pour résumer un peu, donc vous avez emprunté 1,5 million d’euros en couple tous les deux, est-ce que tu peux répéter Sacha ou Seb les différents points ben justement qui ont fait votre force ou les différents points qui feront qu’un couple sera amené à se mettre en danger et à se séparer, quels sont les points vraiment sur lesquels il faut revenir pour la pérennité du couple quand on fait de l’entreprenariat, quand on fait de l’investissement ?
Sacha : Alors le premier point, ça va être la communication, le dialogue, l’écoute. Deuxième point, je dirais.
Seb : La philosophie.
Sacha : La philosophie.
Seb : La même vision.
Goulwenn : Avouer ses peurs aussi c’est très important, c’est ce que j’ai retenu, avouer ses peurs.
Sacha : Avouer ses peurs.
Goulwenn : C’est très important ça.
Sacha : Avoir aussi des projets communs, c’est-à-dire que même si t’en as pas, il faut trouver des projets communs parce que sinon t’as aucun but, t’avances pas ensemble, c’est chacun de son côté, limite si t’étais colocataire ce serait pareil. Et autre chose, c’est la complémentarité, ne pas se marcher dessus, laisser, faire confiance à l’autre.
Seb : Et laisser l’addition des deux cerveaux faire des projets. Nous vraiment, enfin hop dès que Sacha a une bonne idée, je lui dis ben super.
Sacha : Et puis fêter les victoires ensemble.
Goulwenn : Oui, c’est très important.
Sacha : Et allez, conseil bonus parce qu’on t’aime bien, il faut savoir couper aussi, c’est-à-dire que.
Goulwenn : Prendre du temps pour le couple.
Sacha : Voilà.

Seb : Du bon temps.
Goulwenn : Faire l’amour, on l’aura compris Sacha.
Sacha : Beaucoup.
Seb : Prendre du bon temps.
Sacha : Beaucoup faire l’amour, mais faire l’amour sans te dire mince, là quel parquet on choisit, tu vois c’est important de, parce que t’imagines à droite, à gauche, le parquet tiens ma chérie.
Goulwenn : Quand tu fais, quand vous faites une pause, c’est une pause quoi.
Sacha : C’est une pause.
Goulwenn : C’est une semaine, deux semaines, un mois, mais on parle plus immobilier, on parle plus investissement.
Seb : C’est important, oui.
Goulwenn : C’est vraiment on parle du couple, on se ressource, on se régénère et on se vide la tête et on fait autre chose.
Seb : Parce que c’est assez compliqué oui de mélanger ben les projets professionnels.
Sacha : Ben toi t’as du mal, en général c’est moi qui lui dis écoute t’arrêtes, stop.
Seb : Oui, c’est vrai.
Sacha : Stop, là on est en train de manger le sushi, stop.
Seb : Moi j’ai du mal, des fois je suis focalisé.
Goulwenn : C’est très bien, en tout cas c’est très bien votre état d’esprit, votre philosophie de vie. Pour ceux qui voudraient aller plus loin, pour ceux qui voudraient vous retrouver, pour ceux qui se sont reconnus dans cet interview, dans ce témoignage à travers vous, des gens qui sont en couple ou qui ne le sont pas mais qui sont à même à le devenir, et justement qui vont peut-être affronter justement tout ce que vous avez affronté, est-ce que vous pouvez, est-ce que vous avez un lien, une formation qui pourraient justement aller encore plus loin avec vous ?
Seb : Oui, donc on a, on propose une heure de formation offerte.
Goulwenn : Donc qui sera dans le lien juste en dessous.
Sacha : Yes, en dessous.
Seb : Donc en fait, on explique pas mal de choses, voilà comment on est passés de 0 à plus d’1,5 million d’euros de parc immobilier.
Goulwenn : Et tout ça, c’est gratuit ?
Seb : Ça c’est gratuit, c’est une heure de formation offerte.
Sacha : C’est offert.
Seb : Et pour ceux qui veulent encore aller plus loin, on a un club privé dans lequel on partage toutes nos astuces, étape par étape comment on a fait, parce que nous on a, notamment c’est la colocation, on a une méthode vraiment très précise pour performer, ça nous a vraiment aidés d’ailleurs justement à atteindre ces résultats-là en trente mois.
Sacha : Et on met vraiment une dimension couple dans chacune de nos formations parce que l’investissement, au-delà de faire de l’argent, etc., il y a une part de psychologie et une part de couple parce que c’est des choses qu’on fait ensemble.
Seb : Donc voilà.
Goulwenn : En tout cas, merci bien pour toutes ces pépites, pour tout, pour ce témoignage. Si cette vidéo vous a plu, et j’espère qu’elle vous a plu, je vous invite à mettre un gros pouce vers le haut, à la partager à vos proches, à vos amis, à tous les entrepreneurs investisseurs que vous connaissez pour impacter, pour inspirer un maximum de personnes, et moi je vous retrouve ben prochainement pour un nouvel interview et un nouveau témoignage. Bye, bye.

Écrit par : Goulwenn Tristant

N'hésitez pas à réagir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

commentaires
Vous avez déjà vécu cette expérience ? Comment avez-vous procédé ? Quelle leçon en tirez-vous ?

Contactez-moi afin de partager votre expérience avec tous les internautes !

Retrouvez aussi Goulwenn

champion du monde d'ultra triathlon 2016

Sur son autre blog

Et sur sa chaine youtube

Glossaire immobilier

Trouvez la définition d'un mot technique cité sur ce site