Vous êtes sur :

actualites

Découvrez les témoignages de personnes qui ont franchis le pas. Des conseils pour arriver à votre objectif d'achat, des informations sur différentes méthodes d'approche

Conseils pour devenir riche avec Nathalie Cariou !

Venez découvrir comment atteindre l’indépendance financière avec une bonne intelligence envers vos finances…

⭐️ Vous souhaitez vous réconcilier avec l’argent ou alors atteindre votre indépendance financière ? Les enseignements de Nathalie Cariou sur l’intelligence financière sont multiples. Selon votre situation et vos priorités :

🚀 Vous voulez devenir plus libre et indépendant ? Vous voulez sécuriser votre avenir et celui de vos proches, vous libérer du temps, travailler moins pour gagner plus ?
Découvrez Richesse & Liberté

http://richesseetliberte.com/ever-facebook/?a_aid=AMB000119

🚀 Vous êtes dans le rouge chaque mois ou bien vous arrivez juste à gérer le quotidien, sans pouvoir réaliser vos envies ni vous projeter dans l’avenir ?
Apprenez à reprendre le contrôle de vos finances et Sortez de l’impasse !

Webinaire Capture

🚀 Vous êtes Entrepreneur, profession libérale, artisan, commerçant, indépendant ou dirigeant d’une TPE et vous aimeriez gagner plus tout en pouvant travailler moins ?
Apprenez les leviers et stratégies à gérer votre entreprise de façon optimale

replay webinaire

🚀 Vous êtes membre d’un marketing de réseau et vous peinez à obtenir les résultats à la hauteur de vos attentes et de votre implication ?
Découvrez les clés de succès d’un business relationnel rentable

go

 

Goulwenn : Bonjour à tous, c’est Goulwenn Tristant du livre « Comment je me suis constitué un patrimoine de plusieurs millions d’euros avec un salaire de 1.750 euros ». Aujourd’hui, je suis content de vous retrouver pour une nouvelle interview, pour un nouveau témoignage des gens qui passent à l’action, des gens que sortent de leur zone de confort et aujourd’hui, je suis vraiment content et j’ai l’honneur de vous présenter Nathalie Cariou.
Nathalie : Bonjour.
Goulwenn : Nathalie, je suis content que tu me reçoives ici même à Paris dans tes bureaux.
Nathalie : Je suis ravie également de te recevoir.
Goulwenn : Pour parler de ta réussite, de ton état d’esprit, de ta philosophie de vie, pour que tu puisses expliquer et véhiculer aux internautes bah ta réussite, comment t’en es venue aujourd’hui à faire tout ce que tu fais, à réussir tout ce que tu as entrepris. Alors parle-nous avant de commencer, donc présente-toi en deux, trois mots, qui est Nathalie Cariou, que fais-tu dans la vie ? d’où viens-tu ?
Nathalie : Ok, alors je suis effectivement Nathalie Cariou, aujourd’hui, si vous voulez me retrouver, vous me retrouvez sur un blog qui s’appelle « clefsdelareussite.fr » parce que ma société s’appelle « Les clefs de la réussite », donc en fait je fais quoi ? ben j’aide les gens à réussir.
Goulwenn : C’est bon.
Nathalie : C’est pas mal.
Goulwenn : C’est bien.
Nathalie : Alors de réussir comment ? réussir professionnellement, réussir financièrement, en réalité j’ai découvert et tu vas probablement me demander comment ? pourquoi ? etc.
Goulwenn : Oui, bien sûr.
Nathalie : Sur le tard que l’argent était une limite et qui était une limite, j’allais dire une fausse limite, et que parmi toutes les limites qu’on peut avoir dans la vie, franchement celle-là on peut la dépasser assez facilement, donc j’ai décidé de m’investir à aider les gens à savoir faire financièrement, savoir faire avec l’argent, ça s’appelle coach en intelligence financière, ça part de se réconcilier avec l’argent, savoir gérer ses finances, s’en occuper et puis bien sûr aussi savoir investir, savoir en gagner. Alors savoir en gagner quand on a, quand on est un particulier, ça s’appelle plutôt investir, et savoir en gagner quand on est un entrepreneur, et là ça peut être en investissant mais c’est surtout en gagnant de l’argent avec son activité professionnelle puisque généralement les entrepreneurs qui ont créé leur entreprise ont envie de faire ce qu’ils savent faire et ont envie de mettre leur talent, leur savoir-faire, leur compétence à disposition des autres, mais encore faut-il pouvoir gagner de l’argent avec.
Goulwenn : Justement par rapport à ton blog « Les clés de la réussite », par rapport à ta success story, comment t’en est venue justement à créer ce blog, comment t’en es venue à, peux-tu nous parler en deux, trois mots qui était Nathalie Cariou justement avant le blogging, avant l’indépendance financière, avant tout ce que tu peux véhiculer aujourd’hui sur la toile aux internautes ? comment t’as commencé ? depuis quand t’as commencé ? voilà, parle-nous un peu de tout ça, de ton parcours.
Nathalie : Alors déjà avant le blogging, il y a eu des investissements, puisqu’effectivement j’ai tendance à faire ce que je dis qu’il faut faire, et pour ça ben avant d’apprendre comment faire, j’ai commencé par les faire pour moi-même.
Goulwenn : D’accord.
Nathalie : Donc par investir moi-même, par travailler sur mon rapport à l’argent, je dirais plutôt d’abord travailler sur mon rapport à l’argent et ensuite investir puisque, et peut-être à la différence de toi, moi je suis pas, j’ai pas découvert à 20 ans ou 25 ans qu’il fallait que j’investisse. Je l’ai découvert plutôt post-quarantaine.
Goulwenn : Tardivement
Nathalie : Oui, une vieille.
Goulwenn : Et comment à 40 ans tu t’es dit je vais tout changer, je vais me lancer là-dedans ? comment ? pour les internautes qui nous regardent, qui pensent beaucoup, qui pensent qu’à 30 ans, 35 ans c’est trop tard.
Nathalie : C’est plié, c’est fini.
Goulwenn : Ils ont raté le train, ils ont raté leur vie.
Nathalie : Ils ont raté leur vie.
Goulwenn : Toi à 40 ans, tu as eu cette
Nathalie : Non, non, moi j’ai décidé effectivement à 40 ans, pourquoi ? parce que jusque là, alors j’ai un parcours de vie, un parcours professionnel où je n’ai jamais été salariée. Donc j’ai été salariée cinq ans, histoire de me rassurer, de me dire en fait ce que t’as envie de faire dans la vie c’est créer ta boîte, donc j’ai assez vite lâché le salariat, et même dans l’entreprise dans laquelle j’étais, c’était une toute petite entreprise, quand je suis arrivée ils étaient trois, quand je suis partie ils étaient quinze.
Goulwenn : T’as été salariée pendant cinq ans.
Nathalie : Et je devais y être pour quelque chose quand même, donc j’avais déjà pas tout à fait une mentalité de salariée, et puis après cinq ans je suis allée créer ma propre entreprise et j’ai créé.
Goulwenn : D’accord, cinq ans pour voir que c’était pas ça que tu voulais.
Nathalie : Oui, pour voir que c’était pas ça que je voulais, pour aussi prendre confiance parce que je pense que je savais que c’était pas mon truc, mais d’abord c’était la voie qu’on m’avait tracée xxx était censée travailler dans une entreprise, j’avais déjà évité la grosse entreprise, j’étais passée dans la petite, c’est déjà pas mal, ça me correspondait mieux, mais au fond je savais que j’avais envie de créer une boîte, mais j’avais pas suffisamment confiance pour y aller. Donc il a fallu que j’aie cette première expérience et puis que je rencontre quelqu’un avec qui je me suis associée à l’époque. Donc ça c’était première, première chose, première période de ma vie, donc j’ai été indépendante assez vite, donc j’ai crée une entreprise de xxx, après j’ai lâché les entreprises, je suis devenue psychothérapeute et profession libérale, donc ça fait 30 ans que je travaille à mon compte.
Goulwenn : D’accord.
Nathalie : Et dans ces trente ans, j’ai dû disons grosso modo créer trois activités en partant de zéro. Donc ce qui fait que j’ai eu des finances qui ressemblaient à ça, donc forcément
Goulwenn : Les montagnes russes.
Nathalie : Montagnes russes parfaites, pourquoi ? parce que mon truc dans la vie c’était de faire des choses que j’aimais faire, c’était de m’amuser, des trucs qui avaient du sens, c’était certainement pas m’occuper des finances.
Goulwenn : D’accord.
Nathalie : Et si à l’époque tu m’avais dit ah ben oui mais quand même l’argent machin, je t’aurais dit non en fait moi je suis pas matérialiste, moi d’ailleurs je le suis probablement toujours pas d’ailleurs, mais après c’est pas grave, donc moi je suis pas matérialiste, l’argent ça m’intéresse pas, je fais des trucs beaucoup plus intéressants, puis d’ailleurs l’argent je sais pas faire, ça au moins c’était bouclé, c’est sûr. Alors il se trouve que les hauts et les bas ça fatigue, ça permet pas d’envisager les dix ans ou 20 ans retraite et compagnie dans des temps très tranquilles, et puis j’allais dire la vie s’en est mêlée un peu, parce qu’en réalité les hauts et les bas ça m’avait pas empêchée de continuer de vivre avec l’idée que quand j’avais pas d’argent ça allait bien, je faisais avec, et quand j’en avais ça allait bien aussi, je savais le dépenser. Donc tout allait bien et je m’accommodais assez vite même de pas en avoir, donc ça ça a été un grand plus dans ma vie c’est d’avoir eu cette capacité d’adaptation y compris dans des moments où je n’avais pas d’argent.
Goulwenn : Justement par rapport à cette faculté d’adaptation et surtout cette motivation que tu n’avais pas avant, quel a été l’élément déclencheur qui t’a motivée justement à te prendre en main, à peut-être enlever toutes tes croyances limitantes.
Nathalie : Tout à fait.
Goulwenn : À sortir peut-être à un moment donné de ta zone de confort, de faire autre chose, comment est venue, comment est arrivée cette motivation, cette confiance en toi ?
Nathalie : Et puis à investir, alors cette confiance, enfin cette confiance c’est pas forcément de la confiance, mais c’était vraiment la motivation, elle est venue parce que la vie donne toujours les coups qu’il faut au moment où il faut, et que en plus d’avoir une situation un peu chaotique au niveau professionnel, il se trouve qu’à un moment de ma vie je me suis séparée, et donc je me suis retrouvée avec une fille en bas âge, avec forcément des revenus diminués parce que quand on passe d’une situation de couple à une situation individuelle, ça devient beaucoup plus difficile, et c’est là où tout d’un coup, je me suis rendu compte que en réalité j’avais passé les dix dernières années à m’appauvrir et pas à m’enrichir, et que si je voulais un appartement dans Paris à cette époque-là, c’était pas cet appartement-là, c’était un sixième sans ascenseur, de dix mètres carrés où on allait vivre à deux avec ma fille. Et je trouvais que c’était pas top quand même, et donc à ce moment-là ça m’a vraiment mis une grande claque.
Goulwenn : T’as ouvert les yeux.
Nathalie : Ça m’a ouvert les yeux et surtout ça m’a amenée à m’intéresser à cette chose un peu particulière, un peu bizarre que j’avais sinon dédaigner du moins j’allais dire utiliser avant mais sans reprendre la vitrine à savoir l’argent, parce qu’en réalité tout le monde utilise l’argent parce qu’on est obligés de payer des trucs tous les jours, mais peu de gens se posent la question de maîtriser cette énergie, et donc on est plutôt dominés par elle que en situation de maîtrise, et donc à un moment donné je me suis dit ben il va falloir faire quelque chose, et donc j’ai commencé à travailler sur mon état d’esprit justement, à travailler sur mes croyances, d’abord en chassant la croyance que je ne sais pas faire donc j’y arriverai jamais.
Goulwenn : Tu sais pas faire, c’est impossible.
Nathalie : Voilà, alors le c’est impossible je l’avais pas vraiment, mais j’étais vraiment convaincue quelque part que il doit y avoir un gène de l’argent, alors soit dit en passant j’ai pris une école de commerce, donc l’école de commerce c’est quand même un endroit où on est censés.
Goulwenn : On parle d’argent.
Nathalie : S’occuper d’argent, on en parle pas beaucoup en fait hein, on parle de clients, de marketing, de ventes, d’argent assez peu, je pense que c’est un terme que personne utilise jamais, parce que c’est quand même un gros mot. Donc on utilise pas le gros mot argent, on parle de plein d’autres choses, et puis surtout quand on parle de finance, c’est plus joli finance qu’argent, c’est bien connu, donc quand on parle de finance, on parle de finance d’entreprise, on parle pas de finance personnelle. J’ai un jour quelqu’un qui m’a dit mais je comprends pas, vous dites que il y a quelques années vous gagniez à peine 1.000 euros, ce qui était vrai, quand j’ai investi la première fois, je crois que mon revenu annuel était de moins de 4.000 euros, annuel.
Goulwenn : Moins de 4.000 euros par an ?
Nathalie : Oui.
Goulwenn : D’accord, donc 350 euros par mois.
Nathalie : Voilà, donc quand même intéressant, et donc effectivement le type qui me dit mais comment c’est possible ? vous avez fait une école de commerce, qui plus est Sup de Co Paris, donc pas forcément la dernière des écoles, donc vous avez fait une école de commerce, vous avez forcément appris.
Goulwenn : Des méthodes.
Nathalie : Des méthodes voilà sur les finances, et puis tout le monde sait que quand on sort d’une école de commerce, qui plus est quand elle est bonne, on est embauchés par des grandes boîtes, etc.
Goulwenn : On a une bonne situation, on gagne bien sa vie.
Nathalie : On a une bonne situation, on gagne bien sa vie, etc.
Goulwenn : On gagne pas le RSA.
Nathalie : Non, on est pas censés gagner le RSA, et effectivement j’ai répondu à cette personne, ce que je pourrais tout à fait répondre aujourd’hui, c’est que effectivement on apprend les finances d’entreprise, mais personne nous dit que il y a aussi un truc qui s’appelle les finances perso, personne n’en parle, on nous apprend des stratégies compliquées mais pas forcément à se réconcilier avec l’argent, c’est pas parce qu’on sait faire au niveau d’une entreprise qu’on aime l’argent ou qu’on sait le manipuler et qu’on sait le faire pour soi. Investir ça ça marche encore une fois dans le cadre d’une entreprise mais jamais dans le cadre individuel, tout ce qui est revenu automatique, revenu passif, liberté financière, je pense que c’est des mots que j’ai découverts après 40 ans.
Goulwenn : Après 40.
Nathalie : Ah oui, là j’avais jamais entendu parler, bon investir forcément je l’avais lu quelque part dans un journal, mais ça ne me concernait pas. Donc vraiment et tout ce qui était indépendance financière, liberté financière, rien du tout, donc ça je ne savais pas, je ne savais même pas que ça existait, et puis même avec une école de commerce, en réalité quand vous, quand on suit la voie tracée à savoir la grande entreprise, c’est vrai qu’on gagne de l’argent, voire beaucoup, sauf qu’il se trouve que ça je savais que c’était pas ma voie à moi, c’est-à-dire que moi la loi de la grande l’entreprise c’est pas mon truc puisque j’avais décidé que j’allais donner du sens et de m’amuser dans ce que je faisais. Donc c’était beaucoup plus important de m’amuser que de gagner de l’argent, donc j’avais tourné le dos à la grande boîte qui m’a aussi tourné le dos tranquille.
Goulwenn : Donc là t’as 40 ans, t’es seule avec ta fille.
Nathalie : Donc là j’ai 40 ans, je suis seule avec ma fille.
Goulwenn : T’as plus de finance.
Nathalie : Exactement.
Goulwenn : T’es au plus bas du trou, de toute façon tu te dis je peux pas aller plus bas, donc là ta seule direction c’est de remonter de toute façon, c’est presque ça.
Nathalie : On pourrait dire ça comme ça.
Goulwenn : Et justement, quelle est ta stratégie pour passer de ton salaire de 4.000 euros par an à ce que tu es aujourd’hui ? quelles ont été les étapes, étape par étape ?
Nathalie : Alors en réalité, je pense que j’aurais pu continuer un petit moment à dire je vais travailler très, très dur, et en travaillant très, très dur ben je vais finir par regagner de l’argent, donc à l’époque j’étais psychothérapeute, ça veut dire quoi ? ça veut dire rester parfois tard dans un, dans mon cabinet, et probablement que ça et l’âge et ma fille m’ont beaucoup aidée parce qu’effectivement je l’avais au moins la moitié du temps à temps plein, enfin à ma charge, et donc je ne pouvais pas dire je vais rentrer à dix heures ou onze heures le soir. J’avais un peu cette porte qui était fermée.
Goulwenn : Les impératifs par rapport à elle.
Nathalie : Donc j’ai fini par me dire bon il faut que tu trouves autre chose, et à ce moment-là première étape, je me suis formée, donc je suis arrivée dans un stage, tout d’un coup j’ai découvert un truc qui s’appelle l’argent, attends bouge pas, c’est quoi ça ?
Goulwenn : Lecture, conférences.
Nathalie : Et puis ensuite, j’ai enchaîné avec lecture, conférences, séminaires, relecture, re-séminaires, re-conférences, re-formation.
Goulwenn : T’as commencé à appliquer ce que te véhiculais ce que t’avais appris dans ces conférences.
Nathalie : Oui.
Goulwenn : T’as commencé à l’appliquer sur toi-même, t’es passée à l’action.
Nathalie : Absolument, donc j’ai commencé par moi, donc travail intérieur ça c’est certain, et puis j’ai choisi, parce que c’est là où il y avait l’effet de levier le plus important, l’immobilier pour investir en numéro un. Donc j’ai commencé par l’immobilier, en plus je pense que ça correspond assez bien à ma personnalité, j’aime bien les choses concrètes, donc ça me va bien. Ensuite, ensuite j’ai consulté Internet donc qui est une autre, mais qui là est plutôt j’allais dire une manière de créer de l’argent. Alors l’immobilier, c’est pas réellement une manière de créer de l’argent.
Goulwenn : T’as investi pour faire de l’investissement locatif ? pour toi ?
Nathalie : De toute façon, j’ai fait du locatif, non j’ai pas investi pour moi, j’ai fait du locatif avec une particularité, c’était un peu ma particularité, c’est que j’allais dire je suis madame grand projet, c’est-à-dire que a priori je dirais on peut réussir et même j’aurais tendance à conseiller à mes clients dans des formations, formations en ligne que j’ai aujourd’hui qui s’appellent « Richesse et liberté », mais aussi une formation « Sortez de l’impasse » pour ceux qui sont dans la merde financière, c’est ça l’idée, et donc « Richesse et liberté » c’est pour apprendre la liberté financière, c’est pour apprendre l’indépendance financière, et j’allais dire, je pourrais presque te citer comme exemple en me disant ben une manière de faire, c’est d’avoir un investissement pas trop important et de le reproduire, de refaire une fois, deux fois, trois fois, dix fois.
Goulwenn : On reproduit ce qu’on a su faire, de l’investissement locatif qui nous a mis en confiance.
Nathalie : Qu’on a su faire une fois exactement, et ça c’est une bonne manière de faire. Bon maintenant, peut-être parce que j’avais pas le temps, j’avais pas tellement envie de faire ça, puis je m’ennuie vite, alors faire deux fois la même chose moi c’est un peu compliqué chez moi.
Goulwenn : xxx
Nathalie : Donc en fait non, j’ai juste joué très grand, c’est-à-dire j’ai fait l’investissement le plus gros possible compte tenu de, alors j’avais un peu, je gagnais pas d’argent mais j’avais un peu des réserves, des vieilles réserves grâce à mon papa qui savait qu’il fallait avoir un PEL, c’était bien, mais néanmoins, mon premier investissement, alors c’était.
Goulwenn : xxx
Nathalie : C’est cet appartement dans lequel on est.
Goulwenn : D’accord.
Nathalie : Donc mon premier investissement, il faisait un million deux cents mille euros.
Goulwenn : Un million deux cents mille euros, rien que ça.
Nathalie : Oui.
Goulwenn : Comment t’es passée, enfin comment t’as pu faire financer ce bien par rapport à ta situation qui était précaire quelques années auparavant ?
Nathalie : J’étais toujours précaire, c’est-à-dire c’est l’année où j’ai acheté ce bien, j’allais gagner 4.000 euros, ma déclaration d’impôt disait 4.000 euros.
Goulwenn : Alors comment tu fais avec 4.000 euros comme ça pour emprunter ?
Nathalie : En fait, j’aurais du mal à te dire. Alors bon, j’ai quand même utilisé quelques techniques, donc j’avais effectivement un bout d’apport, donc on peut pas dire que j’étais à zéro, mais enfin d’un autre côté il faut quand même emprunter plus de 800.000 euros.
Goulwenn : C’est énorme.
Nathalie : Certes, il y avait un bout de quelque chose qui traînait, je me suis associée.
Goulwenn : D’accord.
Nathalie : Et ça l’association effectivement vraiment une méthode importante quand on veut démarrer, et ça ça a beaucoup, beaucoup joué, et puis après, alors j’ai créé une SCI mais est-ce que c’est la SCI qui a été décisionnaire ou pas ? j’en suis pas sûre, même si depuis je suis devenue assez experte des SCI.
Goulwenn : Toi, ce qu’il faut retenir.
Nathalie : En tout cas, il faut trouver les moyens pour que ça marche.
Goulwenn : Voilà, t’as trouvé la solution, tu t’es pas laissée abattre par les excuses.
Nathalie : Absolument.
Goulwenn : Ta volonté a été plus forte que les excuses, et peu importe la situation, c’est l’association qui t’a peut-être permis de soulever autant d’argent, c’est une solution que t’as trouvée, tu t’es creusé la tête.
Nathalie : Alors il y a d’une part se creuser la tête pour trouver la réponse, et puis d’autre part l’idée quand même d’être convaincue que le banquier va dire oui.
Goulwenn : Oui.
Nathalie : En l’occurrence, alors quand je dis convaincue que le banquier il va dire oui, il faut quand même imaginer quand on refait le film que donc je suis allée visiter des appartements qui faisaient tous plus d’un million d’euros, alors qu’effectivement a priori j’avais pas un sou sur mon compte et encore moins.
Goulwenn : C’est vrai que c’est fort.
Nathalie : J’avais quelques sous en réserve, mais encore une fois une déclaration de revenus qui était juste calamiteuse, mais voilà.
Goulwenn : Ton esprit, tu l’as mis focus.
Nathalie : Ça m’a pas dérangé.
Goulwenn : Ton focus, tu l’as mis, tu l’as mis focus sur des appartements à un million d’euros.
Nathalie : Voilà.
Goulwenn : Et tu t’es dit j’emprunterai un million d’euros, c’est possible.
Nathalie : Exactement, alors après c’était assez amusant parce que je dis quand on se remet dans le contexte, bon le vendeur en face il est pas au courant de notre situation, donc le vendeur en face il s’en fout complètement.
Goulwenn : Oui, c’est sûr.
Nathalie : Vous avez pas dit ce que vous gagnez ou pas, donc lui il s’en fiche et il suffit de ben a priori, en plus c’est ça qui est assez drôle, c’est si vous voulez acheter un appartement de un ou deux, trois, quatre, dix millions d’euros, il suffit juste d’aller le visiter, le simple fait d’être dans l’appartement vous donne la légitimité pour l’acheter.
Goulwenn : Tout à fait.
Nathalie : Et personne va chercher qu’est-ce qui se passe au niveau du compte bancaire. Alors là où c’était un petit peu plus intéressant, c’était au niveau de l’agence, c’est-à-dire que l’agence elle était quand même, parce qu’elle avait un peu plus d’informations, elle était oui très stressée on va dire même, pas plus que sceptique en me disant mais vous croyez que ça va passer ? je répondais oui, ok, d’accord. Donc j’ai pris une courtière aussi, bon effectivement j’ai pris un courtier, c’était important, enfin bon c’était important parce que c’était plus facile et puis que pour le coup je conseille toujours quand vous allez, quand vous êtes un mouton à cinq pattes, je conseille toujours d’avoir un courtier.
Goulwenn : Dans la poche.
Nathalie : Dans la poche. C’est plus compliqué quand vous êtes un mouton à deux pattes, ça va, quatre pattes, le mouton c’est quatre pattes.
Goulwenn : Le courtier saura le chercher directement.
Nathalie : Voilà.
Goulwenn : Par rapport à ses connaissances, par rapport à son carnet d’adresses bien sûr.
Nathalie : Il va aider et puis ensuite, ben ensuite effectivement ben convaincue, alors il y a pas 25 banques qui m’ont dit oui, il y en a une, peut-être il y en aura une deuxième, peut-être tout compte fait j’aurais peut-être pu avoir deux crédits tout compte fait, mais il suffit d’une.
Goulwenn : Voilà, toi t’as été chercher un oui, t’as pas été chercher un non, t’as été chercher le oui de la banque. C’est xxx
Nathalie : Quelque chose comme ça, oui tout à fait voilà, donc il fallait que ça passe. Bon après, ça serait pas passé, ben ça serait pas passé j’aurais fait autre chose, c’est-à-dire qu’il y a ça aussi, c’est-à-dire que si ce bien n’était pas passé, j’aurais probablement été choisir un autre type d’investissement, voilà. Donc là ça a été le premier, après j’ai complété avec une méthode que j’aime bien qui est celle de pas être propriétaire mais simplement locataire et relouer derrière, sur à peu près la même surface, le même type d’appartement, voilà. Donc j’allais dire déjà j’avais un crédit un peu élevé et là j’ai doublé le crédit avec un loyer, c’est un peu la même chose en fait, et puis là sur les investissements, après j’ai refait un investissement pareil là sur du saisonnier, où c’est à peu près la même chose, c’est-à-dire qu’effectivement chaque fois je dois avoir 300 mètres carrés de location, donc ça veut dire que assez vite j’arrive sur un chiffre d’affaires qui est de 80 ou 100.000 euros, voilà assez vite j’aime mieux les trucs où quand on compte, on compte, et puis le prochain investissement, alors je sais pas s’il va arriver ou pas parce que c’est un petit peu compliqué de trouver.
Goulwenn : Toi t’es pas rassasiée, enfin là tu continues d’investir ?
Nathalie : Alors je continue d’investir oui tout à fait, donc là j’ai trois assez jolis projets qui sont effectivement trois projets différents. J’ai trois assez jolis projets sous le coude.
Goulwenn : De grosse envergure, je suppose ?
Nathalie : De grosse envergure, il y en a un qui va être de très grosse envergure puisque c’est un projet sur Paris où je vais là aussi être en location, mais grosso modo il va être probablement plus et quand je dis plus, ça peut être beaucoup plus de 30.000 euros de loyer par mois, donc ça fait une certaine somme, mais bon il faut vivre dangereusement.
Goulwenn : Oui, il faut oser, il faut oser. À partir du moment où tu tombes toutes les croyances limitantes.
Nathalie : Voilà.
Goulwenn : Ben t’avances beaucoup plus vite, tu oses faire des choses que d’autres n’oseraient pas faire.
Nathalie : Exactement.
Goulwenn : Et tu sors de ta zone de confort beaucoup plus facilement parce que t’es focus sur ton projet, et tu essayes, et tu verras.
Nathalie : Et que c’est pas non plus, alors quand effectivement je dis je vais effectivement avoir un loyer de 30.000 euros par mois à payer pour pouvoir avoir le lieu que je veux pour pouvoir l’exploiter, c’est aussi parce que j’ai calculé, je fais pas non plus que du miracle, c’est-à-dire que j’ai effectivement calculé, j’ai compté, j’ai vérifié que à l’arrivée j’aurais une certaine rentabilité ou une rentabilité certaine, pour que les gens ils se disent pas comme ça que il faut y aller sans avoir fait aucun calcul.
Goulwenn : Non, mais c’est super cet échange, moi ce que je retiens c’est une femme qui gagnait 4.000 euros par an et qui est passée de 4.000 euros par an à l’indépendance financière, donc en quelques années.
Nathalie : Ben oui.
Goulwenn : Voilà, je trouve ça super joli, c’est un super beau parcours.
Nathalie : Merci beaucoup.
Goulwenn : Qui peut être très enrichissant pour les internautes qui regardent cette interview, pour ceux qui veulent bien croire que l’impossible est réalisable pour ceux qui veulent bien l’entendre, alors voilà Nathalie Cariou c’est un bel exemple. Avant de finir cette interview, si t’avais un petit message à véhiculer aux internautes, pour ceux qui te regardent, qui nous regardent, qui savent pas comment, qui savent pas comment faire, comment s’y prendre pour se lancer dans l’entreprenariat, qui ont peut-être peur, ou peut-être qui sont tout simplement dans la même situation que toi, qui ont connu une déchéance, qui sont peut-être au fond du trou, voilà un petit message pour les conseiller par rapport à ton expérience.
Nathalie : Alors je pourrais dire ou peut-être qu’il y en a plusieurs, en tout cas il y en a un qui est que c’est pas parce qu’on a peur qu’il faut pas agir hein, moi je pense que c’est le message qui pour moi me tient le plus à cœur. Je vois souvent des personnes qui me disent alors soit je sais pas faire, soit j’ai peur, je sais pas faire étant lié à j’ai peur d’ailleurs, donc ils me disent j’ai peur donc j’y vais pas, et moi je leur dis que c’est pas parce qu’on a peur qu’on a pas le droit d’y aller, et même qu’on aurait pas entre guillemets l’obligation d’y aller, la peur c’est une partie, c’est un petit bout de vous, vous pouvez soit l’écouter, soit ne pas l’écouter, et c’est vous qui avez le choix de l’écouter ou de ne pas l’écouter. Et à chaque fois que je fais une opération bien évidemment que j’ai peur. Il y a pas l’idée, certaines personnes doivent probablement avoir l’idée que aussi bien toi, moi, que toute personne qui a réussi, ben maintenant on a plus peur hein.
Goulwenn : Oui, bien sûr.
Nathalie : C’est tout magique, et donc on a plus peur, eh ben si on a encore peur, en tout cas, moi quand je monte la barre j’ai peur, mais c’est comme ça.
Goulwenn : Il y a une situation qui résume très bien ce que t’es en train de dire, c’est si tes rêves ne te font pas peur, c’est qu’ils sont pas assez grands, tout simplement.
Nathalie : Belle, beau mot de la fin.
Goulwenn : En tout cas, voilà j’ai été content moi en tout cas de vous présenter Nathalie Cariou, vous présenter son état d’esprit, sa philosophie de vie, si vous voulez la retrouver, ton blog ?
Nathalie : Donc « clefsdelareussite.fr », et si vous voulez retrouver le programme Richesse et liberté « richesseetliberte.com ».
Goulwenn : Voilà, moi j’ai été enchanté de te rencontrer, enchanté surtout de connaître ton état d’esprit, ta philosophie de vie. À mon tour, je vais t’offrir mon livre « Comment je me suis constitué un patrimoine de plusieurs millions d’euros avec un salaire de 1.750 euros » aux éditions Maxima, voilà c’est cadeau. Tu y retrouveras aussi mon parcours dans l’entreprenariat, mon état d’esprit, ma philosophie de vie et c’est cadeau, ça me fait plaisir de te l’offrir.
Nathalie : Et ça me fait extrêmement plaisir parce que j’ai très envie de le lire.
Goulwenn : Merci Nathalie.
Nathalie : Merci Goulwenn.
Goulwenn : Merci à vous, si cette interview vous a plu, ce témoignage vous a plu, n’hésitez pas à le partager, à le liker, à le véhiculer autour de vous pour en inspirer d’autres, ou au moins pour donner à réfléchir à d’autres, et moi je vous dis à très vite pour de nouveaux interviews. Bye bye.

16 mai 2018

0

Young European Talent – Day 3

Retour en vidéo sur le troisième et dernier jour des talents European 2017 à Maastricht

 

Jour # 3 – Sports et Culture
Le dernier jour du programme YET débordant axé sur le sport et la culture. Après deux jours de conférences et de rencontres intensives, les participants ont enlevé leurs costumes sur mesure, lacé leurs baskets et se sont dirigés vers des organisations et des institutions à Maastricht. Premier arrêt: Saut d’intérieur Maastricht dans le MECC. Le directeur du tournoi, Frank Kemperman, a été le premier orateur le troisième jour de YET. Grâce à sa vaste expérience dans l’organisation d’événements équestres mondiaux, il a amené les invités dans son monde d’organisation d’événements. L’ancien sélectionneur de l’équipe nationale de football néerlandaise, Bert van Marwijk, a ensuite fait un discours sincère au groupe sur le renforcement de l’esprit d’équipe et l’importance de la communication. Enfin, l’interviewer Sander Kleikers a réalisé une interview entre la star du tir Lia Nooren (jeune cavalière équestre talentueuse du Limbourg) et la championne européenne, olympique et mondiale Jeroen Dubbeldam. C’était agréable de voir le contraste entre le talent et l’ordre établi. La session sportive a été conclue par Christine Majerus, 27 fois championne cycliste luxembourgeoise et coureuse de l’équipe cycliste Boels-Dolmans, basée au Limbourg, la meilleure équipe du monde (classement UCI).

Le programme s’est poursuivi au Musée Bonnefanten, où le directeur Stijn Huijts a prononcé un discours de bienvenue lors du déjeuner. Le groupe a ensuite voyagé en train électrique au cœur de Maastricht vers l’église des Dominicains, où Ester Naomi Perquin, poète lauréate, a récité un poème en anglais et en néerlandais qu’elle avait écrit spécialement pour YET.

De l’église dominicaine, les participants ont ensuite marché le long de Vrijthof vers la Basilique de Saint Servais. Le diacre de Maastricht, John Dautzenberg, a conduit le groupe dans une visite unique de la basilique, qui s’est terminée dans le Keizerzaal (la salle de l’empereur) et la sacristie: des endroits où les groupes ne pouvaient normalement pas entrer. Avec l’aumônier, le diacre a fait appel aux talents pour faire quelque chose avec leur cadeau spécial.

Les remarques de clôture du projet YET ont été faites par le maire de Maastricht. Dans l’ancienne salle du conseil municipal de l’hôtel de ville, Annemarie Penn-te Strake a parlé des talents de l’histoire européenne de sa ville et de l’importance d’une Europe forte pour cette génération de talents en particulier.

Pendant trois jours, avec les consuls honoraires, nous avons eu l’honneur de présenter 50 jeunes au «pouvoir du Limbourg» dans les domaines de la culture, du sport, de la science, des affaires et de l’administration publique. Ce faisant, nous avons montré à un groupe de personnes jeunes et influentes la diversité et la force de notre province. Nous leur avons montré que notre province est résolument engagée dans les contacts transfrontaliers et internationaux. Dans cette vision ouverte d’esprit et internationale, un avenir sain pour la région la plus internationale des Pays-Bas est à l’horizon. Compte tenu des nombreuses réactions positives des participants, des intervenants, des parties impliquées, des institutions et des entreprises après la fin de l’année, ce message a été entendu haut et fort. Nous sommes donc très fiers de ce résultat.

Ensemble, nous mettons le Limbourg sur la carte internationale!

25 novembre 2017

0

Young European Talent – Day 2 – Part 2

Retour en vidéo sur le deuxième jour des talents European 2017 à Maastricht – Partie 2

 

Jour # 2 – Affaires et science
La deuxième journée de YET était entièrement consacrée aux affaires et à la science. La journée a commencé avec une série de quatre conférenciers au VDL Nedcar à Born. Jennifer van der Leegte a donné un aperçu intéressant de la gestion d’une entreprise familiale. L’ancienne ministre Maria van der Hoeven nous a présenté les défis que la transition énergétique nous réserve à tous dans les années à venir. Joachim Hauser, directeur de la mobilité chez BMW, a fait un discours intrigant sur la question de la mobilité au 21ème siècle. La clôture de la session d’affaires a été confiée à Feike Sybesma, CEO de DSM. Sybesma a laissé une impression sur tous les participants avec son discours sur la tension entre la rentabilité et la durabilité. Les participants se penchaient sur chacun de ses mots en faisant appel aux talents pour faire quelque chose de leur vie et faire quelque chose avec leur talent spécial – quelque chose qui leur permettrait de regarder en arrière des années plus tard et de dire sincèrement: « Voilà ce que j’ai VDL a ouvert les portes de son usine et le groupe a fait une tournée dans les halls de montage.

Pour le déjeuner, le groupe s’est ensuite dirigé vers le magnifique Centre Court sur le Campus Chemelot, le cœur battant de la communauté de Brightlands. Les talents ont été accueillis par un grand groupe de chercheurs des campus de Brightlands. Peter Verkoulen (directeur du campus Smart Services) a prononcé un discours de bienvenue, après quoi une dizaine de représentants de la communauté de Brightlands, dont Saskia Goedgeluk (directrice du Brightlands Greenport Campus) et Michael Beerens (PDG de Xilloc), se sont joints au déjeuner. L’ordre du jour de l’après-midi comprenait les dialogues personnels dirigés par le professeur Martin Paul (Université de Maastricht). Trois conférenciers ont donné des conférences passionnantes sur leurs domaines professionnels spécifiques, dont Jo van de Brand (télescope Einstein – Institut Nikhef), Michel Dumontier (Data Science, Université de Maastricht) et Margaretha Merke (PDG de Boostani – AMIBM), jeune et talentueux chercheur. qui a discuté de ses recherches et des solutions pour le recyclage du plastique.

25 novembre 2017

0

Young European Talent – Day 2 – Part 1

Retour en vidéo sur le deuxième jour des talents European 2017 à Maastricht – Partie 1

Jour # 2 – Affaires et science
La deuxième journée de YET était entièrement consacrée aux affaires et à la science. La journée a commencé avec une série de quatre conférenciers au VDL Nedcar à Born. Jennifer van der Leegte a donné un aperçu intéressant de la gestion d’une entreprise familiale. L’ancienne ministre Maria van der Hoeven nous a présenté les défis que la transition énergétique nous réserve à tous dans les années à venir. Joachim Hauser, directeur de la mobilité chez BMW, a fait un discours intrigant sur la question de la mobilité au 21ème siècle. La clôture de la session d’affaires a été confiée à Feike Sybesma, CEO de DSM. Sybesma a laissé une impression sur tous les participants avec son discours sur la tension entre la rentabilité et la durabilité. Les participants se penchaient sur chacun de ses mots en faisant appel aux talents pour faire quelque chose de leur vie et faire quelque chose avec leur talent spécial – quelque chose qui leur permettrait de regarder en arrière des années plus tard et de dire sincèrement: « Voilà ce que j’ai VDL a ouvert les portes de son usine et le groupe a fait une tournée dans les halls de montage.

Pour le déjeuner, le groupe s’est ensuite dirigé vers le magnifique Centre Court sur le Campus Chemelot, le cœur battant de la communauté de Brightlands. Les talents ont été accueillis par un grand groupe de chercheurs des campus de Brightlands. Peter Verkoulen (directeur du campus Smart Services) a prononcé un discours de bienvenue, après quoi une dizaine de représentants de la communauté de Brightlands, dont Saskia Goedgeluk (directrice du Brightlands Greenport Campus) et Michael Beerens (PDG de Xilloc), se sont joints au déjeuner. L’ordre du jour de l’après-midi comprenait les dialogues personnels dirigés par le professeur Martin Paul (Université de Maastricht). Trois conférenciers ont donné des conférences passionnantes sur leurs domaines professionnels spécifiques, dont Jo van de Brand (télescope Einstein – Institut Nikhef), Michel Dumontier (Data Science, Université de Maastricht) et Margaretha Merke (PDG de Boostani – AMIBM), jeune et talentueux chercheur. qui a discuté de ses recherches et des solutions pour le recyclage du plastique.

25 novembre 2017

0

Young European Talen – Day 1

Retour en vidéo sur le premier jour des talents European 2017 à Maastricht.

 

Entre le 8 et le 10 novembre, 50 jeunes talents de 5 pays européens ont visité Limburg pour la première édition du projet Young European Talent (YET). Ces jeunes âgés de 18 à 35 ans ont été sélectionnés individuellement par les ambassades et les ministères concernés en fonction de leurs talents spécifiques. En effet, il n’y a pas de pénurie de talents parmi ces milléniaux (nés après 1982). Beaucoup d’entre eux ont déjà obtenu des résultats remarquables à un jeune âge dans les domaines de la science, des affaires, des sports, de la culture et de l’administration publique.

Objectif du projet

En collaboration avec les consuls honoraires du Luxembourg, de la Belgique, de l’Allemagne et de la France, Connect Limburg a développé un vaste programme avec les meilleurs intervenants des cinq secteurs répartis sur trois jours. Le but du projet est double. Premièrement, nous visons à faciliter structurellement un réseau international de haute qualité et un événement de réseautage pour les décideurs jeunes et futurs en Europe. Et quel meilleur endroit pour le faire que dans le Limbourg, la province la plus internationale des Pays-Bas? Deuxièmement, avec des initiatives telles que YET, nous souhaitons mettre le Limbourg sur la carte comme une région orientée vers l’international qui regarde au-delà des frontières – et même les transcende entièrement – pour fournir un réseau et un cadre inspirant aux meilleurs talents internationaux.

Jour 1 – Administration publique

Le programme YET a fait appel à l’imagination de beaucoup. Au cours des trois jours, les talents ont eu l’occasion d’entendre plus de 22 conférenciers. Ces 22 partis représentent chacun à leur manière la puissance du Limbourg. Ils ont parlé librement de divers sujets qui affectent actuellement tout le monde d’une manière ou d’une autre. YET a été lancé par le gouverneur Bovens. Le discours de bienvenue a donné le ton aux trois intervenants suivants. Le professeur Linda Senden (Université d’Utrecht) a méticuleusement expliqué les choix auxquels l’Europe doit faire face en 2017. L’ambassadeur allemand Dirk Brengelmann a souligné l’importance de l’intégration européenne pour la liberté de tous. Enfin, le général François De la Soujeole (Gendarmerie française) a partagé un aperçu fascinant des dilemmes de sécurité qui ont affecté l’Europe après les différentes attaques terroristes de ces dernières années.

25 novembre 2017

0

Networking Business

Venez découvrir les soirées Networking Business dans un cadre prestigieux sur Paris…

 

Bonjour tout le monde,

Je suis content de vous retrouver pour vous présenter les Networking Business Challenge.

Après la mise en place de différentes évènements avec notamment des  conférences sur l’immobilier et la motivation en soi, qui ont rencontrés un réel succès, avec entre autre « Devenir architecte de sa vie », « Méthode pour investir » ou encore « Accélérateur immobilier », ainsi que des séminaires pour vous permettre de rencontrer et d’échanger avec les plus grands investisseurs, je vous propose également des soirées Networking dans des lieux conviviales et chaleureux autour d’un repas et boisson à volonté pour continuer de discuter et d’avancer sur l’immobilier et l’entreprenariat.

Alors pourquoi ces soirées et qu’est ce qu’elles vont vous apporter de plus par rapport à mes différents évènements déjà existant ?

Les acteurs de ces soirées, se sera vous, avec l’échange et le partage mutuel de vos connaissances pour que chacun continue d’avancer vers ces objectifs respectifs et ainsi, vous constituer chacun un réseau d’entrepreneur.

Mais la grande nouveauté de ces Networking, c’est qu’ils se démarqueront par la présence lors de ces soirées, de tout l’écosystème indispensable à tout investisseur. Vous y retrouverez entre autre, un courtier bancaire, un fiscaliste, un courtier en travaux, pour vous aider à rechercher un professionnel de confiance ou encore une décoratrice ou décorateur d’intérieur pour vous aider à achalander et mettre en valeur votre bien immobilier.

Sans oublier, que pour chaque soirée, nous recevrons un invité VIP lié à l’investissement immobilier, qui viendra nous témoigner de sa réussite et de ces différentes stratégies qu’il a employé pour gagner avec l’immobilier.

Vous l’avez compris, fini les pertes de temps à courir plusieurs corps de métier lié à l’immobilier pour répondre à vos questions. Ils seront tous réunis à cette occasion, lors de cette soirée, pour réponde à vos interrogations et ainsi vous faire gagner un gain de temps, dans la réalisation de vos projets.

Et pour que ces Networking, soi une totale réussite, un repas mange debout sous forme d’apéro, avec boisson à volonté vous seront servi tout au long de la soirée.

Si vous désirez en savoir davantage, je vous laisse consulter la page de vente pour prendre connaissance des prochaines dates, ainsi que des prochains intervenants.

Je vous dis à bientôt.

A votre réussite.

Bye bye.

22 août 2017

0

Retrouvez aussi Goulwenn

champion du monde d'ultra triathlon 2016

Sur son autre blog

Et sur sa chaine youtube

la chaine 100% positive et inspirante

Glossaire immobilier

Trouvez la définition d'un mot technique cité sur ce site