Vous êtes sur :

actualites

Découvrez les témoignages de personnes qui ont franchis le pas. Des conseils pour arriver à votre objectif d'achat, des informations sur différentes méthodes d'approche

👊 19 min de motivation avec moi !

Venez découvrir le Mindset et l’état d’esprit INDISPENSABLE à adopter à tout entrepreneur…

 

Enzo : Tu fais un truc que j’aime beaucoup, si tu veux parler de mindset, tu veux expliquer aux gens que c’est super important de développer un état d’esprit, peu importe la stratégie, peu importe ce qu’ils veulent en faire, je partage à 8.000 % ce point de vue. J’ai un vrai problème aujourd’hui et j’aimerai te le soumettre : comment est-ce qu’on fait comprendre non pas à tout le monde mais aux gens qui veulent démarrer, aux gens qui veulent entreprendre, aux gens qui veulent créer, qui veulent investir, qui veulent devenir un entrepreneur ou qui veulent devenir du moins on va dire même un salarié, mais très successful, comment est-ce qu’on leur fait comprendre que tout est dans l’état d’esprit et pas dans les compétences ou dans les stratégies qu’ils vont développer techniques, comment est-ce qu’on leur fait comprendre ça que c’est l’état d’esprit et pas autre chose ?
Goulwenn : C’est une bonne question, c’est vrai que c’est une très très bonne question, leur faire comprendre, bah leur faire comprendre par de la preuve sociale, par les actions, par une ouverture d’esprit, comment l’avoir cette ouverture d’esprit, comment moi j’ai cette ouverture d’esprit. Quand je rencontre des personnes, quelle est l’expérience xxx maintenant j’ai une certaine expérience dans l’immobilier. Demain, il y a un jeune qui va venir me parler qui aura peut-être uniquement un investissement, je vais me dire, je vais essayer entre guillemets, si je me retrouve avec une personne que j’apprécie pas forcément, avec laquelle j’ai pas envie de me retrouver, je vais essayer de me mettre en mode intelligent et essayer de voir, de creuser en elle ce qu’elle va pouvoir m’apporter. Pour essayer de répondre à ta question, c’est de leur ouvrir l’esprit en leur disant, en leur montrant de la preuve sociale, en leur disant venez à des des événements, venez voir des gens qui ont réussi, venez voir des gens qui ont peut-être pas un dixième de vos connaissances, qui n’ont peut-être pas un dixième de vos facultés, de tout ce que vous pouvez avoir et venez voir ces gens qui ont réussi mieux que vous, parce que pourquoi ces gens ils vont vous faire comprendre justement comment ils ont réussi, comme par rapport au séminaire qu’on a fait aujourd’hui, je leur ai fait comprendre qu’avec peu de moyens, peu de connaissances intellectuelles, j’ai réussi à m’acheter 25 appartements. Peu de connaissances dans le sport j’ai réussi à être champion du monde d’ultra-triathlon, car ce que j’ai pas dit dans le séminaire c’est comment, la question c’est ok Goulwenn il nage vulgairement la brasse, il a pas de vélo, mais il arrive à devenir champion du monde d’ultra-triathlon. Mais comment il est devenu champion du monde d’ultra-triathlon, c’est ça la question qu’il faut se poser. Tout ça, moi je n’ai pas pu le développer parce qu’on avait pas le temps, mais moi c’est la question que je me suis posée par rapport à d’autres, parce que comme je dis oui en 2016 Goulwenn il a été champion du monde d’ultra-triathlon, mais Goulwenn en 2016 c’est pas le meilleur et c’est même loin d’être le meilleur. Sauf que j’ai analysé, j’ai pas juste une réflexion entre guillemets de xxx après vous mettez le mot que vous voudrez, je me suis pas juste dit pour être champion du monde d’ultra-triathlon je vais m’entraîner, entraînement, entraînement, entraînement, entraînement, entraînement et je serai champion et je serai champion du monde. Comme l’être humain a l’habitude de réfléchir entreprenariat, il va se dire connaissances, connaissances, connaissances, connaissances, connaissances intellectuelles et je serai le meilleur. Non, c’est pas du tout ça. Comment je suis devenu champion du monde d’ultra-triathlon ? Il y a eu trois choses : la première, je me suis entraîné, entraînement, entraînement, entraînement. La deuxième chose, j’ai analysé que pour être champion du monde d’ultra-triathlon il fallait faire le circuit complet. Qui dit faire le circuit complet, ça veut dire ne pas prendre de vacances. Pendant deux ans, j’ai pris aucunes vacances, toutes mes vacances ont été consacrées au championnat du monde d’ultra-triathlon. Donc il y a des gens qui sont pas prêts à faire ce sacrifice. Moi j’étais prêt à le faire, moi j’avais analysé que dans mon cahier des charges, pour être champion du monde d’ultra-triathlon, il y avait trois choses : la première, entraînement, la deuxième, pas poser toutes ses vacances pour faire ces championnats du monde d’ultra-triathlon.
Enzo : xxx
Goulwenn : Et la troisième c’est l’aspect financier. Voilà, une saison d’ultra-triathlon c’est 20.000 euros, ben il y en a qui sont pas prêts à faire toutes les étapes parce que ils vont se trouver l’excuse de se dire j’ai pas l’argent, ça coûte trop cher, c’est une belle excuse.
Enzo : T’es pas pro quand tu fais ça, tu gagnes pas grand-chose.
Goulwenn : Non, j’ai gagné 600 euros, j’en ai dépensé 20.000.
Enzo : Donc il faut le faire avec l’envie et l’état d’esprit.
Goulwenn : Voilà et identifier, c’est comme xxx je crois qui a été champion du monde d’un certain art martiaux je crois. Pourquoi il a été champion du monde alors qu’il était entre guillemets beaucoup moins bon que certains, c’est qu’il a fait, il a commencé par le commencement, il a appris les règles et il a vu que dans les règles il y avait une faille, qu’on pouvait faire des choses que d’autres n’avaient jamais faites parce que les autres n’avaient jamais lu le règlement. Ben voilà, moi j’ai identifié le cahier des charges de ma discipline, je mettais quand même 20.000 euros tous les ans pendant deux ans, donc 40.000 euros, donc je voulais savoir où je mettais les pieds, et je me suis dit d’accord je vais mettre 40, 40.000 euros, mais je veux me donner, je veux me mettre toutes les chances de mon côté pour avoir ce titre. Donc je me suis dit je vais m’entraîner, je vais sacrifier toutes mes vacances et je vais y mettre les moyens financiers. Il y a des choses, il y a des gens, ben les gens ils sont pas prêts à mettre ces trois critères-là.
Enzo : Si on fait le parallèle avec l’entreprenariat ou avec l’immobilier, c’est quoi les critères que tu mettrais ?
Goulwenn : L’entreprenariat c’est l’exemple que j’ai cité avec on est une action. On est est une action, aujourd’hui ça c’est pas ce que nous inculque la société. La société à aucun moment elle va te dire mets 10.000 euros sur toi. Il faut déjà faire une école qui coûte 3.000, 5.000 euros, on va te prendre pour un fou, alors que non c’est la meilleure des solutions pour réussir c’est se former, déjà se former, investir sur soi. Plus tu vas mettre d’argent sur toi, plus tu vas réussir, mais avant de faire ça, avant de mettre de l’argent sur soi, il faut déjà apprendre à se connaître, savoir ce qu’on est capable de faire, où on en est. On est pas tous capables de faire la même chose. Dans l’immobilier, tu peux prendre 50 investisseurs, il y en a pas un qui fera la même chose. Il y en a qui vont faire du saisonnier, d’autres de l’immeuble de rapport, d’autres de la colocation, d’autres de l’achat-revente, de la construction et vente. Il n’y en a pas un qui fait la même chose. Chacun prend, fait quelque chose par rapport à sa situation personnelle, professionnelle, financière. Donc déjà, c’est apprendre à se connaître, apprendre à connaître son caractère, ce qu’on est capable de faire ou pas faire, voilà. Derrière toutes les réussites que je peux avoir, ben il y a aussi plein d’échecs, il y a des choses que je montre peut-être pas ou j’ai certaines peurs, mais je me sers pas de mes peurs comme je vais me servir de mes excuses pour avancer. Je réalise mes qualités et c’est mes qualités qui vont me dire ce que je suis capable de faire, mais je vais me servir de mes peurs pour orienter mon chemin sur ce que je suis capable de faire ou non, mais de dire c’est vraiment apprendre à se connaître. Faut pas se mentir, on est capable de reconnaître son talent, il faut être capable de reconnaître ses difficultés, où on est mauvais, et plus vous serez honnête avec vous-même, plus vous allez apprendre à vous connaître et plus le chemin que vous allez tracer sera du sur-mesure.
Enzo : En cohérence, oui.
Goulwenn : Ce sera en cohérence par rapport à ce qu’on est, donc c’est vraiment apprendre à se connaître. Une fois qu’on a appris à se connaître, qu’on a identifié le chemin qu’on voudrait prendre, ben c’est se former, donc investir beaucoup d’argent sur soi, et aujourd’hui xxx je sais même pas comment l’être humain fait pour se trouver des excuses. On est en 2018, il y a Internet, je veux dire dans les années 90 il n’y avait pas Internet. Je prends souvent l’exemple de Gilles Grimm qui a réussi à s’acheter 500 appartements alors qu’il avait pas Internet. Si lui il l’a réussi, on peut le faire quoi. Après, moi tous les gens qui vont dire oui, mais l’immobilier était moins cher, oui mais ceci cela, c’est bon, les excuses, arrête.
Enzo : T’en as plein.
Goulwenn : T’en as plein, tu veux faire ce qu’a fait Gilles Grimm, tu peux le faire. Tu peux faire même ce qu’avait deux fois plus grand, un patrimoine deux fois plus élevé que Gilles Grimm tu peux le faire aussi, voilà. À toi de t’en trouver les moyens, à toi de te trouver des solutions. Aujourd’hui, on est au 21ème siècle, il y a Internet, il y a plus d’excuses. Avec tout ce qu’il y a maintenant dans l’infoprenariat, dans les formations, les mastermind, les formations ça pousse comme des champignons avec YouTube et compagnie, je sais même pas comment on peut faire pour trouver des excuses maintenant.
Enzo : Faire le bilan sur soi, se former en cohérence avec là où on veut aller.
Goulwenn : Voilà, comme je le disais tout à l’heure savoir ce qu’il existe, ce qu’il est possible de faire et ce qu’il existe. Tu vas pas pouvoir investir dans quelque chose dont t’ignores l’existence. Pour en connaître l’existence, il faut te former, il faut partager, il faut que t’aies l’ouverture d’esprit nécessaire pour savoir tout ce qu’il est possible et inimaginable de faire dans ton domaine que tu veux exploiter. Et une fois que t’as pris connaissance de ce qui était possible et inimaginable de faire, bah à toi de cibler ce que tu veux faire, d’en convaincre ton esprit, d’être passionné par ce que tu veux faire, et après c’est le passage à l’action. Mais le passage à l’action c’est très xxx à la fois très compliqué parce qu’il y en a un qui bugge sur le passage à l’action, parce que dès qu’ils vont vouloir passer à l’action il y a les croyances limitantes qui vont arriver, enfin il y a les peurs qui vont arriver, il y a le regard des autres, il y a le fait de pas vouloir prendre ses responsabilités, il y a le risque d’avoir un échec. L’échec ben il est mal perçu en France, l’échec c’est la honte, l’échec ça va être les critiques, donc tu vas peut-être pas vouloir recommencer, enfin c’est tout un engrenage, mais non c’est fuke tout ça et continuer d’avancer. T’as un échec ben sois fier de ton échec. Il y a un exemple que j’aime bien, je sais plus j’avais lu un livre et c’était un agent immobilier. Un agent immobilier qui s’est fait licencier de son agence parce qu’il arrivait pas à vendre. Il arrive dans une deuxième agence et il arrive à son cinquième échec. Cinquième vente qui se fait pas, et là t’as le grand directeur qui vient ce jour-là et il va voir ce mec, il lui fait vas-y expose-moi ton bilan. Et là, le mec il se décompose quoi, avec la peur au ventre il fait j’ai eu cinq échecs, et le grand patron il lui tape sur l’épaule et lui fait je suis fier de toi.
Enzo : C’est bien gamin.
Goulwenn : Non, il a eu quatre échecs, quatre échecs, il lui dit je suis fier de toi, c’est bien gamin, encore un échec et t’auras ta première vente. Et pourquoi, la résultante de tout ça c’est quoi ? parce que dans l’immobilier, enfin les statistiques des ventes c’est qu’il fallait avoir cinq ou six, enfin cinq échecs pour avoir une vente, c’étaient les states. Donc lui il en était à quatre ventes, il avait un état d’esprit qui était complètement différent des autres, t’étais à quatre échecs, eh bien encore un échec.
Enzo : xxx
Goulwenn : Non, mais dépêche-toi d’aller le chercher ton échec xxx
Enzo : Et après, ce qui se passe c’est bon.
Goulwenn : Parce qu’après t’auras la réussite, on en revient encore dans une attitude. Par rapport à ta question de départ dans l’entreprenariat ben le mec c’est qu’il ait une ouverture d’esprit, qu’il se forme, qu’il regarde, qu’il aille voir plus loin que le bout de son nez, qu’il privilégie pas les connaissances en se disant j’ai les connaissances je vais réussir. Non, c’est pas les connaissances c’est bien, maintenant il va falloir que tu les implémentes toutes ces connaissances. Et ça, c’est beaucoup plus compliqué parce qu’implémenter des connaissances c’est prendre ses responsabilités, c’est prendre le risque comme je le disais de perdre de l’argent, d’avoir un échec, qui dit échec dit perdre de l’argent, donc qui dit perdre de l’argent c’est peut-être mettre aussi sa famille en défaut. Il peut y avoir plein de résultantes par rapport à sa situation où on est. T’as des connaissances c’est bien, mais passe à l’action, vois ce que font les autres avec peu de moyens, enrichis-toi des expériences des uns des autres, des plus faibles surtout. Moi je kiffe de voir des petits gamins, des jeunes qui ont 18, 20 ans qui éclatent tout déjà, qui me rappellent xxx l’insolent qui à 24 ans, à 21 ans était déjà indépendant financièrement. Je suis pas animé par la jalousie, je suis pas animé par tout ça, moi je vois un gamin comme ça, c’est bon on se voit souvent, moi je m’inspire de tout ce qu’il a pu faire et je kiffe quoi.
Enzo : Il y a un dernier point que j’aimerai qu’on parle vite fait, qui je pense est au cœur de tes préoccupations et de tes xxx parce que tu en as parlé plusieurs fois aujourd’hui, je dirai du mimétisme, je dirai l’environnement. Aujourd’hui, selon toi il prend quelle place et quand est-ce qu’il faut commencer à se développer un environnement positif dans son développement ?
Goulwenn : C’est sûr que l’environnement aujourd’hui prend une place trop importante à mon goût, après qui est facilement balayable. Déjà, c’est le plus gros média c’est la télévision. La télévision c’est la plus grosse source de pollution qui peut exister. Alors je dis pas de prendre sa télévision et de la casser, moi-même j’ai une télévision chez moi, moi-même je prends du plaisir à regarder certains divertissements, mais encore une fois j’ai appris à regarder la télévision. En tout cas, je sais la regarder la télévision, voilà je moi je regarde jamais les informations, mais même si je regarde les informations je vais pas prendre au pied de la lettre tout ce qu’ils vont me dire, voilà. Je vais pas prendre au pied de la lettre tout ce qu’ils vont dire, donc déjà les médias, la télé c’est des sources vraiment de pollution vraiment négatives et il faut vraiment s’en écarter, et il faut vraiment se rapprocher, moi voilà souvent la chaîne YouTube qui est souvent décriée parce que sur YouTube tu trouves de tout et de rien, mais YouTube c’est super, tu vois des super témoignages, tu vois pour moi c’est la réalité YouTube. Oui, il y a des conneries, mais il y en a pas plus que sur la télévision.
Enzo : Tu as développé un œil quoi.
Goulwenn : Oui voilà, j’ai développé un œil et surtout que je suis curieux. Ma curiosité m’a amené comme l’année dernière quand je me suis lancé dans l’infoprenariat pour la première fois, ça fait un an que j’y suis maintenant, ben j’ai voulu tout connaître de ce métier. L’année dernière, j’ai fait un tour de France, même dans certains pays d’Europe où j’ai été interviewer, j’ai fait pas loin de 100 interviews l’année dernière, surtout les gens qui sont dans l’infoprenariat pour apprendre à connaître les gens qui disent qu’ils font ceci cela et je me suis rendu compte que oui en fait c’est possible. J’ai compris que c’était possible grâce à Internet, grâce à la puissance du Net que j’ignorais totalement.
Enzo : C’est par mimétisme, comprendre comment les gens fonctionnent, pourquoi ils le font, mimétisme.
Goulwenn : Oui, vivre avec son époque. Aujourd’hui, on a Internet, mais personne ne l’utilise, on a un outil Facebook tout le monde s’en sert pour communiquer.
Enzo : Pour espionner son voisin.
Goulwenn : Pour espionner son voisin au lieu de s’en servir comme outil pour vendre. Tout le monde connaît Facebook, mais personne connaît Facebook Pro, Facebook Manager, personne connaît cette plateforme qui est vraiment ultra-puissante. Non, c’est voilà se mettre en retrait des médias, de toute cette pollution. Les médias ne diront jamais qu’avec un smic tu peux acheter 5 appartements, qu’avec un niveau moyen en sport tu peux devenir champion du monde d’ultra-triathlon ou de n’importe quelle autre discipline sportive. Les médias aujourd’hui ils parlent de guerre, ils parlent de pollution, de chômage, de grève, de manifestation, voilà c’est comme les excuses, à quoi ça va te servir pour construire un projet de savoir qu’il y a tant de chômeurs, c’est bon on s’en fout quoi. Tu veux travailler, en plus tu te souviens on est en France, la France c’est je sais pas la 4ème, 5ème ou 6ème puissance mondiale. Donc encore une fois, comment trouver des excuses ? Je veux dire même le SDF qui naît en France, il aura plus d’opportunités et de possibilités que le plus riche qui naît à Haïti ou le mec qui vit dans une bonne famille à Haïti, on est quand même la 5ème puissance mondiale je crois la France, enfin peu importe, comment tu peux trouver des excuses ? Il y a des choses que j’arrive pas à comprendre.
Enzo : Qu’est-ce que tu dirais aujourd’hui à quelqu’un potentiellement de talentueux dans ce qu’il fait en plus techniquement, etc. mais qui te dit que dans le mindset lui il s’en fout, c’est pas ça qui est important, c’est pas ça qui va lui permettre d’exploser ses résultats, tu lui répondrais quoi ?
Goulwenn : Je vais apprendre à connaître cette personne, à connaître ses résultats, voir ce qu’elle a eu comme résultats.
Enzo : Ça fait un an qu’elle s’est lancée, elle fait 100.000 euros par an de vente, peu importe, en prestations de service ou en vente de formations ?
Goulwenn : Et sans avoir forcément si elle fait 100.000 euros de vente, elle a développé un mindset, voilà elle a développé une stratégie.
Enzo : Potentiellement, mais même pas potentiellement consciente tu vois, t’as appris des compétences, tu les as appliquées, t’as des résultats, mais aujourd’hui le mindset j’ai pas le temps de m’en occuper, je dois apprendre la nouvelle stratégie Facebook qui va sortir. Qu’est-ce que tu dirais à ces gens-là ?
Goulwenn : J’en ai côtoyé plein. Moi, une personne qui m’a intrigué c’est Florent Fouque. Florent Fouque, la première fois que je l’ai vu il m’avait invité à venir à son séminaire, c’était il y a deux ans je crois, et je le connaissais pas, je l’ai vu sortir un peu de nulle part. Il avait pas forcément une grande crédibilité dans l’immobilier, pas forcément xxx, par forcément une chaîne YouTube, mais quelqu’un de très intelligent, quelqu’un qui connaît les stratégies, quelqu’un qui est tout simplement doué en informatique et aujourd’hui qui avance beaucoup plus vite que moi, beaucoup plus vite que même beaucoup d’autres, parce qu’il a appliqué certaines stratégies, il a une certaine méthode. Son métier d’informaticien il l’a implémenté, s’en servir parfaitement dans l’infoprenariat et pourtant je pense pas que ce soit quelqu’un qui est un gros mindset, c’est plutôt même quelqu’un que je pense qui est feignant, mais c’est quelqu’un que je respecte énormément parce que il m’a montré une autre vision de l’entreprenariat, de la réussite qui n’est pas forcément liée au mindset, mais lui c’est via une méthodologie.
Enzo : Je vais reformuler ma question du coup. Quelqu’un entre guillemets à qui tu voudrais faire comprendre que le mindset c’est vraiment la clé à toutes ses problématiques, lui est vraiment focus sur un développement technique ou sur le développement de son activité dans cette voie-là, comment grosso modo convertir un mec, à lui faire comprendre en une conversation que s’il bosse son mindset c’est là où il va commencer à toucher du doigt une certaine grâce dans son art, tu lui dirais quoi ? C’est compliqué, mais c’est parce que c’est très pratique, je t’expliquerai après pourquoi et quelle est la vision et les exemples que j’ai par rapport à ma question.
Goulwenn : Volontiers, volontiers. Qu’est-ce que je pourrais dire pour lui dire que le mindset est très important ? Le mindset il va t’aider déjà à te relever dans l’entreprenariat, enfin peu importe dans ce que tu vas faire, que ce soit l’entreprenariat ou le sport tu vas te prendre des gifles, tu vas te prendre des échecs, tu vas tomber, mais la personne, la différence entre deux personnes qui tombent, celle qui va gagner, celle qui va réussir à se relever une fois, deux fois, trois fois, quatre fois, peu importe, moi je me suis cassé la gueule plein de fois, je me suis vautré plein de fois, mais bon voilà c’est pas forcément ce que je mets en avant. Donc le mindset c’est le mindset qui m’a aidé à me relever plusieurs fois, c’est tout ce que j’ai pu développer dans le sport, je sais plus si c’est à toi que je le disais, dans les sports de combat, quand t’es sur un ring. Sur un ring il y a aucune excuse, c’est un ring six mètres par six mètres ou neuf mètres par neuf mètres je sais plus, t’as un adversaire en face de toi, t’as pas d’échappatoire, t’as aucun échappatoire, que tu sois en forme, pas en forme, préparé, pas préparé, il m’est déjà arrivé de me prendre des cuites la veille d’un combat, le jour J t’assumes. T’assumes ta connerie, il y a pas d’échappatoire et en fait, le fait qu’il y ait pas d’échappatoire, indirectement, psychologiquement parlant, ton cerveau il trouve des solutions.
Enzo : Il switch.
Goulwenn : Il switch, t’es obligé de trouver des solutions et il trouve des solutions, des solutions, et en fait toutes les solutions qu’il trouve c’est un exercice intellectuel. En fait, c’est un muscle que tu travailles, et en fait dans l’entreprenariat, enfin quand t’es lié à ces mêmes difficultés, ton cerveau tu l’as déjà tellement entraîné via le sport, je cite le sport parce que pour moi le sport et l’entreprenariat c’est indissociable, mais quand t’es dans l’entreprenariat, t’as tellement été confronté à trouver des solutions pour continuer d’avancer, que ce soit sur un ring de boxe ou quand j’ai fait l’ascension du Mont Blanc en fait je voulais pas de guide avec moi parce que je voulais pas qu’il y ait un guide qui me dise tu mets le pied droit ici, tu mets le pied gauche ici, tu mets la main ici, non je voulais me démerder tout seul, trouver des solutions moi-même. Et en fait, là tu développes une créativité, tu développes plein de choses et tout ce que tu développes ça va te servir dans l’entreprenariat après justement à trouver des solutions quand t’es face au mur, quand t’es dans la galère, quand t’es au plus bas et que t’as plus de solution à toi, ben tout ce que j’ai pu développer dans le sport je m’en sers dans l’entreprenariat pour justement continuer d’avancer. Donc c’est pour ça que le mindset, l’état d’esprit, c’est vraiment quelque chose de très important pour te relever quoi, pour te relever, pour ne pas abandonner, pour ne pas te mettre la corde au cou. Il y en a plein qui se mettent la corde au cou, parce pourquoi ils se mettent la corde au cou, parce que justement à un moment donné dans leur vie il y a eu la goutte d’eau qui a fait déborder le vase et ils ont pas su se relever parce qu’ils avaient peut-être pas ce mindset. Je pense qu’il y en a plein s’ils avaient attendu un jour de plus, une semaine de plus, un mois de plus, si on pouvait les connaître ce serait très intéressant que tous ceux qui se sont mis la corde au cou, qui se sont suicidés, s’ils avaient attendu une semaine de plus ou un mois de plus, j’en suis sûr t’aurais un certain pourcentage aujourd’hui qui aurait explosé.
Enzo : Oui, je vois ce que tu veux dire.
Goulwenn : Mais voilà, c’est un exemple parmi tant d’autres, mais non le mindset est très important justement pour éviter aussi, on peut parler du burn-out. Le burn-out ça c’est quelque chose qui m’intrigue, ça les gens qui font un burn-out moi ça m’intrigue. Honnêtement, ça fait 10 ans que je fais 90 heures par semaine, pendant 11 ans j’ai été pompier dans deux casernes, j’ai fait 90 heures par semaine. À côté de ça, j’ai développé un parc immobilier, à côté de ça j’ai fait du sport, de la compétition à haut niveau. Le burn-out aujourd’hui j’ai l’impression que c’est une mode. Je ne veux pas critiquer, je sais pas, je veux pas critiquer ceux qui sont en burn-out, mais moi c’est quelque chose qui m’intrigue quoi, moi je vois ça comme une chez beaucoup de gens.
Enzo : Dans quel état d’esprit ils sont pour se mettre jusqu’à ce niveau-là.
Goulwenn : Voilà, j’arrive pas à comprendre, pourtant je mets mon corps vraiment dans le rouge par rapport à tout ce que je fais. Les pleurs, j’ai connu les pleurs, des cris j’ai connu des crises, j’ai fait des pétages de plomb par rapport à tout ce que j’ai pu entreprendre quand ça marche pas, quand t’es au bout du rouleau, ça m’est arrivé de pleurer, même encore, mais voilà il faut se dire c’est des moments à passer, là t’as un orage, derrière l’orage il va y avoir un soleil et voilà, tu continues d’avancer. Encore une fois, c’est toujours une attitude, c’est toujours une attitude. Tu peux avoir une catastrophe, t’as la personne négative qui va l’analyser de façon négative et t’as la personne qui va l’analyser de façon positive. Comme hier, j’étais en pleine réflexion avec moi-même, je me disais si mes parents demain ils décèdent ou si demain t’as ton père qui décède, t’as tes parents qui décèdent, c’est une attitude à avoir. T’as la personne comme moi qui va, moi je vais me dire mes parents j’aurais eu la chance de les connaître pendant 37 ans, pendant 36 ans, de vivre des bons moments, bons moments de complicité, mais en fait je vais garder ça. Et t’as l’autre personne, je peux totalement comprendre.
Enzo : Bien sûr.
Goulwenn : Qu’il va péter un câble, qu’il va.
Enzo : Remettre sa vie en question.
Goulwenn : Qui va remettre sa vie en question et tout, mais moi je serais très triste, mais je vais garder tout le positif, toute la chance que j’ai eue. Moi la semaine dernière, j’ai fait, j’étais de garde chez les pompiers et pendant une heure et demie on a massé un mec qu’on a pas réussi à récupérer, 43 ans, qui est mort et qui laisse deux garçons, un de 6 ans et un de 8 ans sur le, enfin voilà qui laisse deux garçons et voilà, et moi je me dis que par rapport à ces garçons, moi mes parents ils sont en bonne santé, je les vois encore, je m’entends super bien avec eux, j’ai 37 ans, j’ai eu des super bons moments avec eux et si demain ils doivent partir, ben je vais garder tout le positif que j’aurais eu.
Enzo : Merci beaucoup Goulwenn.
Goulwenn : Merci Enzo.
Enzo : Du coup, les amis vous ne verrez pas d’image de moi en train de parler car j’ai terminé, mais c’est un plaisir d’avoir pu vous partager ça, d’avoir pu vous partager au fond d’un bus la vision un petit peu de Goulwenn par rapport au mindset. J’espère que vous en avez tiré des informations intéressantes et surtout des actions à mettre en place. À très bientôt pour de prochains épisodes, tchao, tchao.

20 septembre 2018

0

Comment arrêter d’échanger son temps contre de l’argent ?

Venez découvrir comment avec une bonne éducation financière, il est possible d’atteindre la liberté financière !

 

Vous souhaitez vous inspirer de la réussite de Nathalie et rejoindre à votre tour sa formation « Richesse et liberté ? Alors retrouvez-la en cliquant sur ce lien:

http://lp.richesseetliberte.com/go?a_aid=trigou92

 

Goulwenn : Salut les investisseurs, salut les entrepreneurs, c’est Goulwenn Tristant du livre « Comment je me suis constitué un patrimoine de plusieurs millions d’euros avec un salaire de 1.750 euros ». Je suis content de vous retrouver aujourd’hui pour un nouveau témoignage, pour une nouvelle interview, mais cette fois-ci on va parler de la formation « Richesse et Liberté » de Nathalie Cariou. Nathalie Cariou, merci de me recevoir dans tes bureaux à Paris. Bientôt, tu relances ton lancement sur ta formation phare « Richesse et Liberté ».
Nathalie : Absolument.
Goulwenn : J’aurai voulu justement faire profiter un peu tous les internautes, toute la communauté de personnes qui me suivent pour justement on va leur expliquer qu’est-ce que « Richesse et Liberté », à qui s’adresse-t-elle et quel est le contenu de « Richesse et Liberté » et pourquoi richesse et liberté.
Nathalie : Alors richesse et liberté parce que richesse et liberté financière, liberté financière ça veut dire à la fois avoir plus d’argent, mieux le vivre parce que des fois on a pas forcément besoin d’en avoir plus pour mieux le vivre et puis ne pas échanger son temps contre de l’argent. Donc, c’est vraiment à la fois être beaucoup plus à l’aise au niveau financier, pouvoir faire ce qu’on a envie de faire au niveau financier, pour avoir l’argent qu’on a envie d’avoir pour pouvoir faire ce qu’on a envie de faire, mais aussi garder du temps pour soi. Donc forcément, dans cette formation, on démarre sur des choses de base par rapport au mindset parce c’est extrêmement important de changer sa manière de concevoir l’argent pour pouvoir faire autrement que ce qu’on a déjà fait.
Goulwenn : Oui, revoir son éducation financière.
Nathalie : Revoir son éducation financière, on va également passer sur tout ce qui est de l’ordre des croyances, du psychologique, on va travailler sur la gestion de ses finances personnelles, qu’est-ce que ça veut dire gérer ses finances personnelles, et déjà quand les personnes se mettent à bien s’occuper de leur argent et à en prendre la responsabilité, généralement il y a des choses qui se passent dans leur vie qui font que ça devient ben beaucoup plus lumineux, beaucoup plus intéressant. Et puis ensuite la partie, alors une des parties de « Richesse et Liberté » consiste à travailler sur sa stratégie, parce que je vois beaucoup de personnes qui sont déjà plus ou moins investisseurs mais qui en fait foncent dans le tas, c’est-à-dire qu’on leur a vendu une technique, ils se disent ah oui, celle-là elle est bien, c’est super je vais gagner de l’argent. Peut-être qu’elle est pas du tout adaptée à eux, peut-être qu’elle est trop ambitieuse par rapport à ceux qui sont, par rapport à leurs capacités actuelles, et du coup, alors si la stratégie est trop ambitieuse, ben ce qui se passe c’est qu’ils vont jamais démarrer, et c’est aussi pour ça qu’on a plein de gens qui passent pas à l’action parce que tout d’un coup ils mettent la barre trop haut, donc ils ont trop peur, et quand on a trop peur eh ben qu’est-ce qu’on fait ? on bouge plus.
Goulwenn : On s’enferme, on ne fait rien.
Nathalie : On fait en mode crocodile dans sa mare et on attend que ça se passe. Donc effectivement, il vaut mieux ne pas viser trop haut mais viser au bon endroit et puis avoir la bonne stratégie parce que ben une liberté financière ça se construit pas toujours non plus en une étape. Pour certaines personnes, il suffit de faire une chose et ça se passe bien, et puis pour d’autres, il faut voir un peu plus loin. Et donc, on va dans « Richesse et Liberté » construire cette fameuse stratégie pour que tout le monde à la fin sache où il veut aller et puisse y aller avec les moyens qu’il faut pour y arriver.
Goulwenn : C’est une formation que t’as conçue aussi par rapport un peu à ton vécu.
Nathalie : Absolument.
Goulwenn : Par rapport aux galères que t’as rencontrées ou la Nathalie Cariou n’était pas au début, a rencontré beaucoup de difficultés financières.
Nathalie : Absolument, donc ça part de mon expérience, de ce que j’ai vécu comme étant les différentes dimensions sur lesquelles on va travailler, donc effectivement la réflexion, les connaissances parce qu’il y a quand même beaucoup de choses à apprendre sur l’argent, il y a du vocabulaire, il y a savoir calculer une rentabilité, il y a savoir quel est le parcours. Ne serait-ce que le parcours de l’investisseur immobilier par exemple, beaucoup de gens aiment faire de l’immobilier, dans « Richesse et Liberté » on va parler des investissements, on va parler d’immobilier, on va parler de Bourse, on va parler de comment créer de l’argent sur Internet, comment créer de l’argent avec du marketing de réseau, donc c’est des choses que j’ai faites, que j’ai mises en place et puis que j’apprends effectivement aux personnes qui vont suivre la formation à faire. Et donc tout ça, ben par exemple le parcours d’un investisseur immobilier, pour toi qui as fait plein d’investissements immobiliers, tu vas demain signer une promesse de vente à peu près les yeux fermés.
Goulwenn : xxx
Nathalie : Voilà, mais quand on sait pas et quand c’est la première fois qu’on le fait, il y a plein de questions, il y a plein de peurs, il y a plein tout simplement des fois des questions qui sont de l’ordre de comment ça se passe ? C’est-à-dire quels sont les délais entre tel truc et tel truc, est-ce qu’on va acheter en trois jours, est-ce qu’on va acheter en trois mois, est-ce qu’on va acheter en trois ans ? On peut pas savoir.
Goulwenn : xxx
Nathalie : Donc tout ça ben voilà, tout ça c’est du vocabulaire, c’est de la connaissance, donc la connaissance, le côté psychologique, l’état d’esprit, l’énergie de l’argent aussi parce que j’aime bien travailler sur l’abondance dans mes programmes, l’abondance, travailler sur l’abondance, sur la loi de l’attraction, si on ne fait que ça, je suis désolée de le dire mais ça sert à rien. Enfin, ça sert pas à rien, ça sert, un jour quelqu’un m’a demandé c’est quoi la différence entre un programme sur la loi de l’attraction et « Richesse et Liberté » et je vais vous donner la réponse, j’ai répondu que avec un programme sur la loi de l’attraction à la fin la personne serait certainement plus heureuse ou se vivrait plus dans l’abondance, mais c’est pas sûr qu’elle ait un sou en plus sur son porte-monnaie, avec « Richesse et Liberté » elle se vivra plus dans l’abondance et en plus il y a des chances qu’elle ait de l’argent en plus, on choice.
Goulwenn : Faut faire le choix
Nathalie : Exactement, donc c’est vrai que la loi de l’attraction, l’abondance, c’est sympa parce que c’est ce que j’appelle un accélérateur, ça mange pas de pain, ça fait plaisir, c’est plutôt la bonne partie du programme. Mais si on ne fait que ça, il va strictement rien se passer. Donc le programme est un programme complet, justement, pour pouvoir aussi traiter de tout ce qui est passage à l’action, des investissements, de soit comment on place de l’argent, soit comment on crée de l’argent, parce que ben dans certains cas quand on en a pas, il faut juste en fabriquer. Alors on va pas en fabriquer dans sa cave et faire des faux billets, ça je sais pas faire je vous rassure, mais on va développer une activité, créer une entreprise, faire quelque chose sur Internet, faire quelque chose avec du marketing de réseau, faire aussi œuvre de créativité parce que c’est vraiment ça, l’argent c’est vraiment ça aussi que j’essaye de faire découvrir aux personnes qui achètent « Richesse et Liberté » c’est que l’argent ça n’est absolument pas triste, c’est même plutôt très, très gai. C’est très gai, ça permet de faire des choses, donc ça permet de donner du confort, donc ça c’est chouette, mais ça permet aussi vraiment de faire travailler sa tête, de faire preuve de créativité, d’inventivité.
Goulwenn : De se responsabiliser.
Nathalie : De se responsabiliser, et donc tout ça c’est une partie très, très, très fun du programme. Donc, j’ai pas toujours vécu là-dedans, il y a eu une longue période de ma vie pendant laquelle tout ça je ne connaissais pas. Il y a dix ans j’ai commencé à m’intéresser à l’argent, comment on faisait, etc. Donc, j’ai découvert tout ça et c’est pour ça que je le livre dans ce programme « Richesse et Liberté ».
Goulwenn : Tu mets ton savoir, tout ce qu’on ne nous apprend pas à l’école.
Nathalie : Tout ce qu’on ne nous apprend pas à l’école et tout ce qu’on ne nous apprend pas non plus dans nos familles parce que les familles souvent n’ont pas les bases, c’est-à-dire, alors certaines familles savent ou savent faire, et c’est tant mieux, mais beaucoup de familles n’ont pas les bases. Je compare un peu parfois l’argent à la confiance en soi. Je dis la confiance en soi, il y a certaines personnes qui ont l’immense chance de naître en étant confiant, en ayant la confiance en eux parce que dans leur famille on a fait tout ce qu’il fallait pour qu’il l’ait.
Goulwenn : On leur a xxx
Nathalie : Et pour qu’ils la gardent, donc ils la gardent tout le long de leur vie, et si on leur dit t’as confiance en toi, ils te répondent oui et ils disent mais il y a rien à faire quoi c’est inné, c’est en eux, bon. Et ça c’est peut-être une petite minorité, c’est peut-être 5, 10 % de la population. Je n’ai pas de statistiques, mais les 90 % autres eh ben quelque part en chemin entre le bébé et l’adulte ou le jeune adulte, ils ont perdu cette confiance en eux. Et du coup, il va falloir qu’ils bossent dessus.
Goulwenn : La peur du regard des autres, la peur de la société.
Nathalie : Exactement, et donc il va falloir qu’ils travaillent là-dessus, il y a pas 36 solutions, si ils veulent être bien dans leur vie il va falloir qu’ils travaillent là-dessus. L’argent, c’est pareil. L’argent, la richesse, la liberté financière, il y a certaines personnes, 5, 10 % des familles qui spontanément savent faire, puis des fois c’est même pas dans leur famille, c’est vraiment eux, ils ont découvert, ils ont ouvert les yeux, ils ont regardé, ils ont compris, ils ont tout compris.
Goulwenn : L’ouverture d’esprit qui leur a permis justement xxx
Nathalie : Voilà, ils ont tout compris spontanément tout seul, et c’est super. Il y a des personnes qui vont comprendre spontanément tout seul en ayant lu un livre. J’ai écrit effectivement des livres, j’ai eu quelques personnes des fois qui m’écrivent en me disant bon voilà, j’ai lu tes deux livres, 15,80 euros à mon avis les deux et avec, et toi ça t’a peut-être fait la même chose, et donc effectivement avec 15,80 euros j’ai fait ça, ça, ça, ça, ça, ça dans ma vie, ok, super, voilà. Donc c’est prodigieux, c’est génial, sauf que la plupart des gens un livre ça va jamais suffire parce qu’on apprend, on écoute, ça éveille, on se dit ah oui, ça c’est bien, mais pour mettre en pratique on a besoin d’être accompagné un tout petit peu plus.
Goulwenn : Ça donne à réfléchir.
Nathalie : Voilà, et ça c’est un programme en ligne. Donc l’intérêt des programmes en ligne, derrière le sujet dont j’ai parlé, c’est aussi que c’est une manière d’être accompagné dans son cheminement, donc c’est pour ça que c’est un programme qui dure cinq mois. Il y a des vidéos, il y a trois, six, six fois cinq vidéos.
Goulwenn : Une trentaine de vidéos.
Nathalie : Non, il y en a même plus parce qu’à ce moment-là j’ai pas fait du tout bien comme il fallait, ça doit être huit, donc ça doit être huit modules. Donc il y a huit modules fois six vidéos voilà, donc ça fait cinquante vidéos, grosso modo.
Goulwenn : Cinquante vidéos, combien d’heures de formation à peu près ?
Nathalie : Une quarantaine d’heures, voire plus.
Goulwenn : Ah oui, donc c’est une grosse formation.
Nathalie : C’est une grosse formation, il y vraiment, puisqu’on couvre tous les aspects de l’argent, qu’effectivement avec huit modules ça veut dire que alors l’état d’esprit, la gestion, les croyances, la stratégie, l’immobilier, la Bourse, créer son activité et tout ce qui est holding, fiscalité, montage un peu haut de gamme j’allais dire, d’abord parce que ça c’est quelque chose sur lequel là aussi il y a de la créativité, de l’inventivité, j’adore cette partie-là. Et donc pour des personnes qui sont un petit peu plus avancées, ben on va aller jusqu’à tout ce qui est montage de holding, de SCI, etc.
Goulwenn : Le public pour l’instant qui t’a démarchée, qui a pris ta formation, c’est quel type de public ?
Nathalie : C’est une bonne question.
Goulwenn : Quelle moyenne d’âge ? Que recherche le public justement en prenant ta formation ?
Nathalie : Alors moyenne d’âge, on va plutôt être sur des personnes qui vont avoir trente, quarante, cinquante ans ou soixante ans, et ça c’est juste une question de mimétisme, je pense que si j’avais vingt ans j’aurais des personnes qui ont vingt ans, c’est une question de, on ressemble à son formateur. Donc, j’ai un petit peu plus de femmes que dans d’autres formations aussi, deuxième mimétisme évident. Maintenant, je peux avoir des personnes qui sont très débutantes, qui ont jamais touché à l’argent, qui en ont vraiment peur, qui ont besoin justement de restructurer toute cette partie gestion pour le reprendre en main, donc je peux avoir des personnes qui sont très débutantes et puis je peux avoir aussi des personnes qui sont très confirmées, qui ont déjà pas mal avancé, qui ont déjà des investissements mais qui ont envie. Alors les premières, elles ont envie de découvrir l’argent en étant accompagnées avec bienveillance, sans jugement et puis avec aussi une formation qui est structurée, donc ça c’est intéressant pour elles. Elles commencent dans les investissements, donc elles ont besoin d’être prises par la main par rapport à leurs investissements. Et les autres, ceux qui sont un petit peu plus avancés, en fait, ils vont trouver là-aussi de la structure mais c’est pas au même niveau, c’est-à-dire que ça va leur permettre justement de créer une stratégie, donc de voir, de prendre un peu de hauteur, de créer leur stratégie, de regarder comment ils vont faire des montages financiers intelligents, voilà. Je fais aussi profiter de mon expérience qui est que là, aujourd’hui, j’ai cette entreprise, j’ai un certain nombre de biens immobiliers, j’ai à peu près toutes les structures d’entreprise possibles et imaginables, j’ai aussi une formation de conseil en gestion de patrimoine, donc j’en profite.
Goulwenn : En combien tout ça t’as réussi xxx entreprise, t’as monté ta formation, par rapport au point zéro que tu es partie xxx
Nathalie : Je dirais que tout ça, ça va s’être fait en dix ans, c’est-à-dire que grosso modo j’ai commencé mon chemin, alors j’avais des entreprises avant, mais entre-temps j’en ai fermé quelques-unes, donc les entreprises telles que j’ai aujourd’hui, elles ont toutes été créées entre 2009 et 2018. Donc on est vraiment dans cette ouverture-là, dans cette fenêtre-là, et effectivement ben aussi en étant conseil en gestion de patrimoine ça donne un certain nombre de compétences sur aussi bien les structures complexes de société, mais aussi sur les assurances-vie. Alors des assurances-vie, c’est pas toujours la panacée universelle mais ça fait partie des placements et puis ça fait partie des placements dont la plupart des personnes ont entendu parler parce que ça ils savent. Alors après, bon on leur explique qu’il y a d’autres manières d’investir que dans l’assurance-vie mais il y a aussi l’assurance-vie, puis dans certains cas c’est une très bonne option. J’ai la particularité, donc « Richesse et Liberté » par rapport à d’autres programmes qui peuvent exister, si je devais donner trois, quatre particularités, la première particularité c’est donc un chemin complet sur l’argent, donc il y a toutes les facettes de l’argent, c’est pas que de l’investissement immobilier ou que de l’abondance mais c’est effectivement toutes les facettes, ça c’est la première chose. La deuxième chose, c’est que on y traite de tout ce qui est responsabilité par rapport à ses finances, gestion de ses comptes, savoir s’occuper de ses finances personnelles et ça c’est quelque chose qu’on trouve très, très peu dans très peu de programmes, donc c’est vraiment effectivement une chose intéressante. On va aussi avoir comme particularité que je vais rarement dire c’est comme ça qu’il faut faire et c’est pas comme ça qu’il faut faire. Je vais rarement dire les salariés c’est des méchants. Je vais rarement dire l’assurance-vie c’est pour les idiots. Je vais même pas dire que les programmes de défiscalisation c’est fait pour, c’est pas bien. Je vais juste dire les programmes de défiscalisation, c’est parfois bien et souvent pas bien mais parfois bien. Les assurances-vie, ça peut servir aussi et dans le monde réel les assurances-vie ça a du sens, donc on va aussi s’en servir. Si besoin, on va se servir en fait de tout ce qui existe et être salarié, moi je trouve que c’est le truc le plus intelligent du monde parce que, contrairement à ce que certaines personnes vont dire en disant ben oui, non mais c’est il vaut mieux ne pas l’être. En réalité, être salarié c’est quand même une manière vraiment intelligente de fonctionner puisqu’on a un jour négocié avec un client qui s’appelle son employeur, et tant que ça dure on l’a fait une fois. Quand on est entrepreneur, on est beaucoup plus idiot parce que tous les jours on redémarre.
Goulwenn : Oui, mais on vit sa vie.
Nathalie : Mais voilà, alors je fais une grande différence entre l’entrepreneur et l’entrepreneur libre ou celui qui est dans la liberté financière parce qu’effectivement celui-là il vit sa vie, il a déjà un très gros confort qui est de choisir ce qu’il fait, un très gros confort qui est de choisir ses horaires, de choisir son lieu de vie, ce qui est pas tout à fait le cas de tous les entrepreneurs parce qu’il y a énormément d’entrepreneurs qui ont juste choisi leur prison. C’est un sujet mais c’est un choix, et c’est un choix qui est beaucoup moins intéressant, voilà. Donc voilà, ça permet de voir un petit peu, donc débutants oui, mais aussi confirmés. J’ai des personnes qui ont pu témoigner d’ailleurs dans les vidéos puisqu’il y a des vidéos de témoignage.
Goulwenn : Justement, par rapport aux témoignages, par rapport aux retours de celles et ceux qui ont suivi ta formation, c’est quoi généralement le retour ? C’est des gens qui arrivent à avoir une augmentation de salaire via des finances, en gérant son argent plus intelligemment, de l’ordre de deux cents, cinq cents euros en plus par mois, c’est des gens qui ont pu accéder à l’investissement immobilier, chose qu’ils ignoraient, c’est des gens qui ont pu placer leur argent beaucoup plus intelligemment via des plans épargne, des assurances-vie ?
Nathalie : Non, alors c’est rarement des gens qui vont placer leur argent de manière plus intelligente, parce que j’allais dire à la rigueur ça vous allez voir le banquier puis vous avez pas forcément besoin d’investir dans une formation.
Goulwenn : xxx
Nathalie : En fait, on va avoir vraiment deux en fonction des deux niveaux, non, trois retours. Il y a des personnes qui ont comme retour principal que ils ont effectivement changé totalement leur perception de l’argent, ils ont changé complètement leurs finances, peut-être qu’ils sortaient d’une situation catastrophique et ils sont arrivés dans une situation où maintenant ils vont bien. L’autre jour, j’ai une personne qui m’a arrêtée à une conférence en me disant c’est génial, j’ai divorcé, c’était la panique, ben là maintenant, ça y est, je suis en maîtrise de ce qui se passe dans ma vie. Et ça, ça peut être vraiment un premier niveau. Un deuxième niveau, c’est des personnes qui ont fait le premier pas de l’investissement. Donc investissement immobilier ou investissement boursier. Investissement boursier, généralement c’est un peu moins visible ou un peu moins phénoménal que l’investissement immobilier.
Goulwenn : xxx
Nathalie : Voilà, mais l’investissement immobilier, on a quand même effectivement, ben ça peut être assez, ça peut être des choses sympathiques puisqu’ils ne pensaient pas qu’ils allaient pouvoir investir et, tout d’un coup, ils se retrouvent non seulement à investir mais à investir dans un truc qui gagne de l’argent, parce que sans quoi c’est pas la peine, voilà. Donc ça c’est un deuxième profil. Alors le profil qui est forcément le plus visible, le plus intéressant et le plus amusant, c’est des personnes qui, je pense à une personne qui est venue me voir l’année dernière et puis qui me dit bon ben quand j’ai commencé, je voulais acheter un studio, là maintenant, j’en suis, donc huit mois après, à acheter trois apparts, ça c’est marrant, forcément. Donc effectivement, tout d’un coup bah ça a ouvert non seulement ses croyances mais complètement son univers, la pensée.
Goulwenn : Le champ des possibles.
Nathalie : Le champ des possibles, voilà. J’ai une personne à laquelle je pense qui elle était déjà très avancée, mais en me disant quand j’ai démarré la formation « Richesse et Liberté » j’avais trois appartements, je stagnais, je voyais bien que j’avais du mal à enclencher, tout en ayant envie hein, mais à enclencher le niveau suivant, et quand il a fini, ou un an après, il avait vingt apparts.
Goulwenn : Oui, c’est beau.
Nathalie : Voilà, donc là, bon il y a des choses, l’autre jour j’ai une personne dont je voulais le témoignage il m’a dit mais je peux pas, je suis surbooké parce que j’investis tout le temps, tout le temps, voilà, à cause de toi, bon d’accord, ok. Ça peut être des choses comme ça, des personnes aussi qui se sont lancées sur Internet parce que ça a débloqué des choses, elles se sont dit ok, j’ai compris, j’ai besoin d’argent, etc. et qui vont se lancer sur Internet, donc tout ça c’est des jolis témoignages, j’aime bien effectivement, en fait, je fais ça parce que j’aime bien que les gens ouvrent leurs ailes et explosent un petit peu le champ des possibles, et quand c’est le résultat obtenu, je trouve ça chouette.
Goulwenn : Non mais c’est super, en tout cas merci Nathalie pour ce partage de connaissances, pour avoir pris le temps d’avoir mis en place justement cette formation, de toute ton expérience pour justement aider les autres, pour leur ouvrir le champ des possibles, pour leur montrer ce qu’il était possible de faire, pour les aider à réaliser leurs projets, pour participer indirectement à la réalisation de leurs rêves, je trouve ça magnifique. Donc voilà, pour celles et ceux qui seraient intéressés par la formation « Richesse et Liberté » donc il y a le lien juste en dessous, juste au-dessus, de toute façon je vais vous mettre le lien à la fin de la vidéo, donc pour toutes celles et ceux qui seraient vraiment intéressés pour passer un cap, voilà.
Nathalie : Et juste pour ces personnes qui vont regarder, donc de toute façon vous pouvez cliquer sur le lien de manière très sécurisée puisque on va pas vous voler vos coordonnées bancaires et aspirer vos coordonnées bancaires de votre cerveau, petit un. Deuxièmement, vous avez derrière le lien un certain nombre de vidéos qui vont vous rapporter du contenu, c’est-à-dire que même pour ceux qui ne voudraient pas aller plus loin, ça peut arriver, en tout cas profitez de ces vidéos qui vont vous apporter du contenu, qui vont vous apporter de la connaissance, qui vont vous apporter de la prise de recul par rapport à l’argent, la richesse, la liberté financière.
Goulwenn : Donc voilà tout est dit, donc maintenant c’est à vous de prendre la décision de savoir si vous voulez aller plus loin ou non. Comme vous l’a dit Nathalie, n’hésitez pas à aller voir ce qui se cache derrière, d’avoir ce contenu gratuit, de voir ces vidéos de présentation pour présenter cette formation « Richesse et Liberté », et maintenant c’est à vous de jouer, c’est à vous de prendre cette décision, de savoir si oui ou non vous avez envie de changer, si oui ou non vous voulez réaliser vos rêves, si oui ou non vous avez envie de devenir l’être que vous avez envie de devenir. Merci Nathalie pour ce témoignage.
Nathalie : Merci Goulwenn.
Goulwenn : Merci pour cette présentation de « Richesse et Liberté » et on se retrouve de l’autre côté pour les plus motivés. À bientôt, bye, bye.
Nathalie : Au revoir.

1 septembre 2018

2

💥 Quel état d’esprit et attitude adopter pour réussir ses projets ?

Venez découvrir à travers cet interview quel état d’esprit adopter pour réussir ses projets !

 

Mickaël : Bonjour les amis, merci de regarder cette vidéo. Donc aujourd’hui, je vous fais un interview donc avec un sportif de très, très haut niveau qui est également entrepreneur à succès. Donc on va parler du mindset et de l’état d’esprit des personnes qui réussissent. Donc Goulwenn, je te laisse te présenter.
Goulwenn : Oui Salut Mickaël. Donc ben merci à toi, donc moi c’est Goulwenn Tristant, donc pour ceux qui me découvriraient, 36 ans, donc deux casquettes comme l’a dit Mickaël, une casquette sur l’entreprenariat où j’ai plus de dix ans d’investissement derrière moi, 25 appartements, 25 biens en acquisition. De ce parcours d’investisseur, donc j’en ai écrit un livre « Comment je me suis constitué un patrimoine de plusieurs millions d’euros avec un salaire de 1.750 euros », livre best-seller aux éditions Maxima. Et une autre casquette donc voilà de sportif où en 2011 j’ai repris intensivement le sport par l’Ironman de Nice et cinq ans après j’étais champion du monde d’ultra-triathlon.
Mickaël : Ok, donc aujourd’hui en fait, on va surtout parler de l’état d’esprit, donc de mental en fait, et quelles sont les attitudes et les caractéristiques donc des personnes qui ont réussi, que ça soit dans le monde du sport, dans le monde de l’entreprenariat. Donc moi ma question que j’avais à te poser Goulwenn, c’est donc au niveau du sport comment est-ce que tu te préparais mentalement en fait avant tes épreuves qui étaient des épreuves hyper dures, est-ce que tu as peut-être des petites techniques à partager aux personnes qui nous regardent ?
Goulwenn : Alors comment je me prépare ? Une bonne, bonne question, ben par rapport aux plus grosses échéances que j’ai pu faire dans le sport où je suis vraiment parti dans l’inconnu à plusieurs reprises, traversée de la Manche à la nage, ascension du Mont-Blanc en solitaire, l’Ironman de Nice en 2011, puis après les championnats du monde d’ultra-triathlon, ben comment je me prépare ? En fait, c’est une préparation, je fais pas une préparation spécifique, vraiment spécifique par rapport à l’événement, c’est vraiment une préparation vraiment sur la longue durée, c’est vraiment un gros travail sur le mindset, sur l’état d’esprit, je soigne en fait mon, comme tu disais, mon épigénétique, les gens que je vais côtoyer, je vais m’entourer des gens qui vont m’apporter de la valeur, qui vont m’apporter de la motivation justement à réussir ce que j’ai envie d’entreprendre, à réussir le Goulwenn que moi j’ai envie de devenir, mais c’est surtout quelque chose que je fais naturellement. Depuis tout petit déjà, je fais attention à ce que j’entends, je fais attention aux messages qui sont véhiculés parce qu’on devient, ce qu’on entend va faire en sorte qu’on va devenir cette personne, c’est ce qu’on entend qui va faire qu’on va devenir telle ou telle personne. Et par rapport à ça en fait, ben donc voilà j’essaye de m’entourer des bonnes personnes pour me donner un maximum de chance de réaliser mes objectifs, mais surtout voilà j’essaye de couper, de m’éloigner de tout ce qui va être source de pollution, c’est-à-dire ben les médias, les magazines, les journaux. Alors je les regarde, je regarde la télévision, je lis un peu les journaux, mais voilà je prends pas au premier degré tout ce qui va m’être raconté, notamment en 2011 quand j’ai voulu me lancer dans l’Ironman de Nice alors que je nageais que vulgairement la brasse, que je faisais pas de vélo non plus, voilà il y a un magazine qui disait que pour faire un Ironman, il faut déjà avoir une certaine expérience en triathlon, il faut déjà avoir, ça va être six mois, un an de préparation pour faire un Ironman, voilà si j’avais dû écouter ces magazines et compagnie.
Mickaël : Tu l’aurais pas fait.
Goulwenn : Voilà je l’aurais pas fait, je serais jamais passé à l’action. Comment se préparer pour répondre à ta question, c’est déjà ben apprendre à se connaître. Donc déjà, j’ai vraiment appris à me connaître, savoir ce que je pouvais identifier ce que je suis capable de faire, de pas faire. Donc déjà ça, ça va me permettre de bien identifier la direction dans laquelle je veux aller. Une fois que j’aurai identifié cette direction dans laquelle je veux aller, donc il y a l’échéance de la compétition. Comment se préparer mentalement ? Ben déjà, il y a plein de choses que j’ai, comme je te l’ai dit, c’est une préparation vraiment sur, ça fait déjà plusieurs années que je me prépare, donc déjà c’est un refus des excuses, c’est un refus de l’abandon. Donc déjà ça, c’est deux gros points positifs qui me permettent ben d’aller déjà plus loin que les autres, parce que les excuses ben je sais plus ce que c’est. Voilà, demain vous me demandez de trouver une excuse, je vais devoir réfléchir, et comme je n’aime pas réfléchir ça va me fatiguer. Je préfère trouver une solution, intellectuellement parlant j’aurai plus de facilité à trouver une solution qu’une excuse. Donc déjà le fait de trouver que des solutions, d’enlever toutes les excuses, ben déjà il y a le champ des possibles qui s’ouvre à toi déjà. Déjà j’aurai un champ, moi j’ai un champ des possibles qui est beaucoup plus large, beaucoup plus enfin qui oui est beaucoup plus large qu’une personne lambda qui va de temps en temps trouver une excuse. Donc déjà il y a ça, et après moi je suis focus, ma préparation c’est toujours de me mettre focus sur la ligne d’arrivée, ce qui va se passer entre le point A et le point B ça m’intéresse pas.
Mickaël : D’accord.
Goulwenn : Je sais que je vais rencontrer des problèmes, mais mon focus je le mets uniquement sur ce qui va me raccrocher à la victoire, c’est-à-dire les points positifs, traversée de la Manche à la nage, ascension du Mont-Blanc, Ironman 2011, ultra-triathlon, il y a beaucoup de choses où j’avais peut-être 1 % de chance de réussir. Mais ce qui m’intéresse, c’est ce 1 % de chance. Le fait d’avoir 1 % de chance, ben je trouve ça chouette, c’est cool, parce que je me dis que j’ai une chance de le faire, voilà c’est pas impossible, j’ai une chance de le faire, donc je vais me raccrocher à ce 1 % et c’est ce 1 % qui va me permettre de réussir mon échéance, parce que les 99 % qui me donnent perdant, ben ça sert à rien que je m’y intéresse, à part ça va me perturber l’esprit, ça va me dire que je vais, ils vont me dire que je vais pas y arriver, et du coup ça m’intéresse pas, donc je me raccroche à tout ce qui va me permettre de réaliser mon objectif de devenir la personne que je veux devenir, donc ça passe par le refus des excuses, le refus de l’abandon ou savoir réorienter ses voiles différemment, voilà encore une fois il faut être aussi intelligent dans son programme, dans l’être qu’on veut devenir. Donc voilà comment je me prépare mentalement, c’est vraiment quelque chose que je fais maintenant depuis plusieurs années, et le jour de l’échéance, là tu me dirais, là je ne suis pas conditionné à faire un Ironman, ça fait un an que j’ai pas fait de triathlon, là tu me dis au pied levé après l’interview on va faire un Ironman, je te dis ok.
Mickaël : Tu le fais.
Goulwenn : Oui, il y a aucun problème. J’ai pas besoin de me dire attends Mickaël, tu me préviens maintenant, il faut que je me prépare, non encore une fois les excuses je sais pas, je sais plus ce que c’est. Donc oui, si j’ai le temps, si on a le temps d’aller faire un Ironman, si on a 12-14 heures devant nous, tu me dis tiens il y a un Ironman à faire, que j’ai rien à faire, que j’ai rien de prévu, ben écoute vas-y, on va s’éclater.
Mickaël : Mettez un like si vous voulez qu’on fasse un Ironman ensemble, non je rigole.
Goulwenn : Non, non, c’est surtout voilà le truc le plus important, c’est le refus des excuses. Le refus des excuses, c’est le truc number one. Si demain, il y a plus d’excuses dans votre vie, vous allez voir il y a des chemins, au lieu d’avoir peut-être deux ou trois chemins qui vont s’ouvrir à vous, ben il y en a beaucoup plus, il y a beaucoup plus de chemins qui vont s’ouvrir à vous et votre vie elle va s’illuminer et vous verrez vous serez capable de faire beaucoup plus de choses et d’aller au combat beaucoup plus facilement.
Mickaël : Excellent, super. J’ai juste une dernière question à te poser. Donc je pense que dans ton parcours, t’as peut-être connu à des moments des échecs. Je sais qu’il y a des tas de personnes qui vont échouer, au final elles vont abandonner, elles vont baisser les bras, est-ce que t’as une méthode, toi, pour rebondir positivement après un échec, et au final en faire un tremplin pour toi, pour tes futurs succès finalement ?
Goulwenn : En fait l’échec, je suis arrivé à un stade où j’ai tellement prouvé aux gens de ce que j’étais capable de faire en partant de zéro, l’entreprenariat, le sport, que maintenant l’échec, je vais pas dire que je m’en fous, il faut que je fasse attention peut-être justement par rapport à ça de ne pas trop être trop foutiste par rapport à l’échec. Moi l’échec, ça me fait strictement rien du tout, je n’ai plus rien à prouver. Demain, je sais que je peux tenter tout et n’importe quoi, j’ai suffisamment agi, je suis suffisamment passé à l’action, j’ai suffisamment réussi de choses. La personne entre guillemets, la personne lambda, il faudrait au moins, sans vouloir me lancer des fleurs, mais il faudrait au moins trois, quatre, cinq, six personnes pour faire ce que j’ai fait dans l’entreprenariat ou fait dans le sport. Donc du coup aujourd’hui, ben je tente tout et n’importe quoi. Enfin, je tente pas tout et n’importe quoi, je tente des choses qui m’animent, des choses qui me passionnent, des choses que j’ai dans le ventre et je les fais, mais sans me dire si j’échoue, comment ça va se passer ? Et le regard de la société, et le regard de mes proches, et le regard de mes amis, non j’ai envie de faire quelque chose. Et tu vois, ma dernière grosse compétition, enfin l’un des derniers gros challenges que j’ai faits, ben c’était la traversée de la Manche à la nage et j’ai pas réussi. J’ai pas réussi, alors si je suis objectif, il y a une partie c’est de la faute des Anglais qui ont vraiment xxx business là-dessus, mais comme ça m’a demandé de la réflexion de penser à ça, le problème il vient quand même de moi, c’est si je m’étais, si j’avais investi un peu plus d’argent, que j’étais venu avec mon équipe sur le bateau, que je m’étais aussi davantage entraîné, il y aurait pas eu cet échec. Donc on en revient un peu aux 98, à la méthode 98 donc que tu m’as apprise tout à l’heure, mais donc ça a été un échec la traversée de la Manche, mais c’est pas grave. Pour répondre à ta question, au moins j’ai vu ce que c’était, j’ai vu ce qu’était la traversée de la Manche, j’ai vu où j’ai peiné, j’ai vu où j’ai galéré, et en fait ça va me servir dans deux ou trois ans quand je vais le refaire, au moins je vais le refaire mais je sais où j’ai peiné, je sais où j’ai galéré, donc je vais le refaire tout simplement plus intelligemment.
Mickaël : Ok.
Goulwenn : Mais moi, le regard de la société et des gens, ça a vraiment très peu d’impact sur moi par rapport à l’échec.
Mickaël : Tu veux aller de ton point A à ton point B.
Goulwenn : Oui voilà.
Mickaël : Et t’y vas.
Goulwenn : Et j’y vais oui, j’ai suffisamment de recul, moi ce que j’ai vraiment envie de faire, c’est me retourner pour voir tout ce que j’ai entrepris. Moi, à aucun moment je veux me retourner pour me dire ben si j’avais su, je l’aurais fait, ou si j’avais été plus courageux vis-à-vis du regard de certaines personnes, du regard de la société, parce que c’est le regard des gens, c’est la société qui vous empêche de passer à l’action.
Mickaël : Ok, bien sûr. La toute première interview que je fais donc avec un sportif de haut niveau qui est également entrepreneur, j’en ferai d’autres du coup par la suite, donc likez et partagez un maximum pour qu’on puisse véhiculer un message positif et inspirer un maximum de personnes à réussir leurs projets. Tchao.

16 août 2018

0

Conférence gratuite en ligne le jeudi 19 juillet 19 heure

Des envie d’investissements immobiliers ? Alors venez vous inscrire à ma prochaine conférence en ligne…

Inscription à la conférence en ligne : Comment investir et vivre de l’immobilier ?

 

http://www.businesschallenge.fr/conferenceenligne

Un projet dans l’immobilier, envie d’accéder à la propriété, d’investir dans le locatif, d’atteindre son indépendance financière et géographique…ou tout simplement l’envie de se renseigner sur le sujet ?

Alors venez me rejoindre jeudi 24 mai à 20 heure, pour une conférence en ligne sur ces sujets pour vous aider à faire le bon choix et surtout vous aider à passer à l’action !

Lors de cette conférence en ligne gratuite, vous y découvrirez :

– Comment devenir un architecte et un acteur de son projet ?
– Comment emprunter, puis recommencer ?
– Comment orienter vos choix stratégique ?
– Comment dénicher et négocier un bien ?
– Comment trouver et gérer des locataires ?
– Les stratégies à connaitre pour vendre un bien

Donc si toi aussi, tu te reconnais dans l’un de ces besoins et que tu as envie de faire passer tes projets et investissements à un niveau supérieur, alors je t’invite à saisir ta chance pour assister à ma prochaine conférence le jeudi 24 mai à 20 heure.

Comment faire pour s’inscrire ?
C’est simple et ça se passe ici…

 

http://www.businesschallenge.fr/conferenceenligne

A très vite et à ton succès !

10 juillet 2018

0

Conférence gratuite en ligne le mardi 5 juin 20 heure

Des envies d’investissements immobiliers ? Alors venez vous inscrire à ma prochaine conférence en ligne…

 

Inscription à la conférence en ligne : Comment investir et vivre de l’immobilier ?

 

http://formation.businesschallenge.fr/comment-devenir-financierement-libre-avec-l-immobilierdrmhdtza

Un projet dans l’immobilier, envie d’accéder à la propriété, d’investir dans le locatif, d’atteindre son indépendance financière et géographique…ou tout simplement l’envie de se renseigner sur le sujet ?

Alors venez me rejoindre jeudi 24 mai à 20 heure, pour une conférence en ligne sur ces sujets pour vous aider à faire le bon choix et surtout vous aider à passer à l’action !

Lors de cette conférence en ligne gratuite, vous y découvrirez :

– Comment devenir un architecte et un acteur de son projet ?
– Comment emprunter, puis recommencer ?
– Comment orienter vos choix stratégique ?
– Comment dénicher et négocier un bien ?
– Comment trouver et gérer des locataires ?
– Les stratégies à connaitre pour vendre un bien

Donc si toi aussi, tu te reconnais dans l’un de ces besoins et que tu as envie de faire passer tes projets et investissements à un niveau supérieur, alors je t’invite à saisir ta chance pour assister à ma prochaine conférence le jeudi 24 mai à 20 heure.

Comment faire pour s’inscrire ?
C’est simple et ça se passe ici…

 

http://formation.businesschallenge.fr/comment-devenir-financierement-libre-avec-l-immobilierdrmhdtza

A très vite et à ton succès !

4 juin 2018

0

Retrouvez aussi Goulwenn

champion du monde d'ultra triathlon 2016

Sur son autre blog

Et sur sa chaine youtube

Glossaire immobilier

Trouvez la définition d'un mot technique cité sur ce site