Vous êtes sur :

20 septembre 2018

0

👊 19 min de motivation avec moi !

Venez découvrir le Mindset et l’état d’esprit INDISPENSABLE à adopter à tout entrepreneur…

 

Enzo : Tu fais un truc que j’aime beaucoup, si tu veux parler de mindset, tu veux expliquer aux gens que c’est super important de développer un état d’esprit, peu importe la stratégie, peu importe ce qu’ils veulent en faire, je partage à 8.000 % ce point de vue. J’ai un vrai problème aujourd’hui et j’aimerai te le soumettre : comment est-ce qu’on fait comprendre non pas à tout le monde mais aux gens qui veulent démarrer, aux gens qui veulent entreprendre, aux gens qui veulent créer, qui veulent investir, qui veulent devenir un entrepreneur ou qui veulent devenir du moins on va dire même un salarié, mais très successful, comment est-ce qu’on leur fait comprendre que tout est dans l’état d’esprit et pas dans les compétences ou dans les stratégies qu’ils vont développer techniques, comment est-ce qu’on leur fait comprendre ça que c’est l’état d’esprit et pas autre chose ?
Goulwenn : C’est une bonne question, c’est vrai que c’est une très très bonne question, leur faire comprendre, bah leur faire comprendre par de la preuve sociale, par les actions, par une ouverture d’esprit, comment l’avoir cette ouverture d’esprit, comment moi j’ai cette ouverture d’esprit. Quand je rencontre des personnes, quelle est l’expérience xxx maintenant j’ai une certaine expérience dans l’immobilier. Demain, il y a un jeune qui va venir me parler qui aura peut-être uniquement un investissement, je vais me dire, je vais essayer entre guillemets, si je me retrouve avec une personne que j’apprécie pas forcément, avec laquelle j’ai pas envie de me retrouver, je vais essayer de me mettre en mode intelligent et essayer de voir, de creuser en elle ce qu’elle va pouvoir m’apporter. Pour essayer de répondre à ta question, c’est de leur ouvrir l’esprit en leur disant, en leur montrant de la preuve sociale, en leur disant venez à des des événements, venez voir des gens qui ont réussi, venez voir des gens qui ont peut-être pas un dixième de vos connaissances, qui n’ont peut-être pas un dixième de vos facultés, de tout ce que vous pouvez avoir et venez voir ces gens qui ont réussi mieux que vous, parce que pourquoi ces gens ils vont vous faire comprendre justement comment ils ont réussi, comme par rapport au séminaire qu’on a fait aujourd’hui, je leur ai fait comprendre qu’avec peu de moyens, peu de connaissances intellectuelles, j’ai réussi à m’acheter 25 appartements. Peu de connaissances dans le sport j’ai réussi à être champion du monde d’ultra-triathlon, car ce que j’ai pas dit dans le séminaire c’est comment, la question c’est ok Goulwenn il nage vulgairement la brasse, il a pas de vélo, mais il arrive à devenir champion du monde d’ultra-triathlon. Mais comment il est devenu champion du monde d’ultra-triathlon, c’est ça la question qu’il faut se poser. Tout ça, moi je n’ai pas pu le développer parce qu’on avait pas le temps, mais moi c’est la question que je me suis posée par rapport à d’autres, parce que comme je dis oui en 2016 Goulwenn il a été champion du monde d’ultra-triathlon, mais Goulwenn en 2016 c’est pas le meilleur et c’est même loin d’être le meilleur. Sauf que j’ai analysé, j’ai pas juste une réflexion entre guillemets de xxx après vous mettez le mot que vous voudrez, je me suis pas juste dit pour être champion du monde d’ultra-triathlon je vais m’entraîner, entraînement, entraînement, entraînement, entraînement, entraînement et je serai champion et je serai champion du monde. Comme l’être humain a l’habitude de réfléchir entreprenariat, il va se dire connaissances, connaissances, connaissances, connaissances, connaissances intellectuelles et je serai le meilleur. Non, c’est pas du tout ça. Comment je suis devenu champion du monde d’ultra-triathlon ? Il y a eu trois choses : la première, je me suis entraîné, entraînement, entraînement, entraînement. La deuxième chose, j’ai analysé que pour être champion du monde d’ultra-triathlon il fallait faire le circuit complet. Qui dit faire le circuit complet, ça veut dire ne pas prendre de vacances. Pendant deux ans, j’ai pris aucunes vacances, toutes mes vacances ont été consacrées au championnat du monde d’ultra-triathlon. Donc il y a des gens qui sont pas prêts à faire ce sacrifice. Moi j’étais prêt à le faire, moi j’avais analysé que dans mon cahier des charges, pour être champion du monde d’ultra-triathlon, il y avait trois choses : la première, entraînement, la deuxième, pas poser toutes ses vacances pour faire ces championnats du monde d’ultra-triathlon.
Enzo : xxx
Goulwenn : Et la troisième c’est l’aspect financier. Voilà, une saison d’ultra-triathlon c’est 20.000 euros, ben il y en a qui sont pas prêts à faire toutes les étapes parce que ils vont se trouver l’excuse de se dire j’ai pas l’argent, ça coûte trop cher, c’est une belle excuse.
Enzo : T’es pas pro quand tu fais ça, tu gagnes pas grand-chose.
Goulwenn : Non, j’ai gagné 600 euros, j’en ai dépensé 20.000.
Enzo : Donc il faut le faire avec l’envie et l’état d’esprit.
Goulwenn : Voilà et identifier, c’est comme xxx je crois qui a été champion du monde d’un certain art martiaux je crois. Pourquoi il a été champion du monde alors qu’il était entre guillemets beaucoup moins bon que certains, c’est qu’il a fait, il a commencé par le commencement, il a appris les règles et il a vu que dans les règles il y avait une faille, qu’on pouvait faire des choses que d’autres n’avaient jamais faites parce que les autres n’avaient jamais lu le règlement. Ben voilà, moi j’ai identifié le cahier des charges de ma discipline, je mettais quand même 20.000 euros tous les ans pendant deux ans, donc 40.000 euros, donc je voulais savoir où je mettais les pieds, et je me suis dit d’accord je vais mettre 40, 40.000 euros, mais je veux me donner, je veux me mettre toutes les chances de mon côté pour avoir ce titre. Donc je me suis dit je vais m’entraîner, je vais sacrifier toutes mes vacances et je vais y mettre les moyens financiers. Il y a des choses, il y a des gens, ben les gens ils sont pas prêts à mettre ces trois critères-là.
Enzo : Si on fait le parallèle avec l’entreprenariat ou avec l’immobilier, c’est quoi les critères que tu mettrais ?
Goulwenn : L’entreprenariat c’est l’exemple que j’ai cité avec on est une action. On est est une action, aujourd’hui ça c’est pas ce que nous inculque la société. La société à aucun moment elle va te dire mets 10.000 euros sur toi. Il faut déjà faire une école qui coûte 3.000, 5.000 euros, on va te prendre pour un fou, alors que non c’est la meilleure des solutions pour réussir c’est se former, déjà se former, investir sur soi. Plus tu vas mettre d’argent sur toi, plus tu vas réussir, mais avant de faire ça, avant de mettre de l’argent sur soi, il faut déjà apprendre à se connaître, savoir ce qu’on est capable de faire, où on en est. On est pas tous capables de faire la même chose. Dans l’immobilier, tu peux prendre 50 investisseurs, il y en a pas un qui fera la même chose. Il y en a qui vont faire du saisonnier, d’autres de l’immeuble de rapport, d’autres de la colocation, d’autres de l’achat-revente, de la construction et vente. Il n’y en a pas un qui fait la même chose. Chacun prend, fait quelque chose par rapport à sa situation personnelle, professionnelle, financière. Donc déjà, c’est apprendre à se connaître, apprendre à connaître son caractère, ce qu’on est capable de faire ou pas faire, voilà. Derrière toutes les réussites que je peux avoir, ben il y a aussi plein d’échecs, il y a des choses que je montre peut-être pas ou j’ai certaines peurs, mais je me sers pas de mes peurs comme je vais me servir de mes excuses pour avancer. Je réalise mes qualités et c’est mes qualités qui vont me dire ce que je suis capable de faire, mais je vais me servir de mes peurs pour orienter mon chemin sur ce que je suis capable de faire ou non, mais de dire c’est vraiment apprendre à se connaître. Faut pas se mentir, on est capable de reconnaître son talent, il faut être capable de reconnaître ses difficultés, où on est mauvais, et plus vous serez honnête avec vous-même, plus vous allez apprendre à vous connaître et plus le chemin que vous allez tracer sera du sur-mesure.
Enzo : En cohérence, oui.
Goulwenn : Ce sera en cohérence par rapport à ce qu’on est, donc c’est vraiment apprendre à se connaître. Une fois qu’on a appris à se connaître, qu’on a identifié le chemin qu’on voudrait prendre, ben c’est se former, donc investir beaucoup d’argent sur soi, et aujourd’hui xxx je sais même pas comment l’être humain fait pour se trouver des excuses. On est en 2018, il y a Internet, je veux dire dans les années 90 il n’y avait pas Internet. Je prends souvent l’exemple de Gilles Grimm qui a réussi à s’acheter 500 appartements alors qu’il avait pas Internet. Si lui il l’a réussi, on peut le faire quoi. Après, moi tous les gens qui vont dire oui, mais l’immobilier était moins cher, oui mais ceci cela, c’est bon, les excuses, arrête.
Enzo : T’en as plein.
Goulwenn : T’en as plein, tu veux faire ce qu’a fait Gilles Grimm, tu peux le faire. Tu peux faire même ce qu’avait deux fois plus grand, un patrimoine deux fois plus élevé que Gilles Grimm tu peux le faire aussi, voilà. À toi de t’en trouver les moyens, à toi de te trouver des solutions. Aujourd’hui, on est au 21ème siècle, il y a Internet, il y a plus d’excuses. Avec tout ce qu’il y a maintenant dans l’infoprenariat, dans les formations, les mastermind, les formations ça pousse comme des champignons avec YouTube et compagnie, je sais même pas comment on peut faire pour trouver des excuses maintenant.
Enzo : Faire le bilan sur soi, se former en cohérence avec là où on veut aller.
Goulwenn : Voilà, comme je le disais tout à l’heure savoir ce qu’il existe, ce qu’il est possible de faire et ce qu’il existe. Tu vas pas pouvoir investir dans quelque chose dont t’ignores l’existence. Pour en connaître l’existence, il faut te former, il faut partager, il faut que t’aies l’ouverture d’esprit nécessaire pour savoir tout ce qu’il est possible et inimaginable de faire dans ton domaine que tu veux exploiter. Et une fois que t’as pris connaissance de ce qui était possible et inimaginable de faire, bah à toi de cibler ce que tu veux faire, d’en convaincre ton esprit, d’être passionné par ce que tu veux faire, et après c’est le passage à l’action. Mais le passage à l’action c’est très xxx à la fois très compliqué parce qu’il y en a un qui bugge sur le passage à l’action, parce que dès qu’ils vont vouloir passer à l’action il y a les croyances limitantes qui vont arriver, enfin il y a les peurs qui vont arriver, il y a le regard des autres, il y a le fait de pas vouloir prendre ses responsabilités, il y a le risque d’avoir un échec. L’échec ben il est mal perçu en France, l’échec c’est la honte, l’échec ça va être les critiques, donc tu vas peut-être pas vouloir recommencer, enfin c’est tout un engrenage, mais non c’est fuke tout ça et continuer d’avancer. T’as un échec ben sois fier de ton échec. Il y a un exemple que j’aime bien, je sais plus j’avais lu un livre et c’était un agent immobilier. Un agent immobilier qui s’est fait licencier de son agence parce qu’il arrivait pas à vendre. Il arrive dans une deuxième agence et il arrive à son cinquième échec. Cinquième vente qui se fait pas, et là t’as le grand directeur qui vient ce jour-là et il va voir ce mec, il lui fait vas-y expose-moi ton bilan. Et là, le mec il se décompose quoi, avec la peur au ventre il fait j’ai eu cinq échecs, et le grand patron il lui tape sur l’épaule et lui fait je suis fier de toi.
Enzo : C’est bien gamin.
Goulwenn : Non, il a eu quatre échecs, quatre échecs, il lui dit je suis fier de toi, c’est bien gamin, encore un échec et t’auras ta première vente. Et pourquoi, la résultante de tout ça c’est quoi ? parce que dans l’immobilier, enfin les statistiques des ventes c’est qu’il fallait avoir cinq ou six, enfin cinq échecs pour avoir une vente, c’étaient les states. Donc lui il en était à quatre ventes, il avait un état d’esprit qui était complètement différent des autres, t’étais à quatre échecs, eh bien encore un échec.
Enzo : xxx
Goulwenn : Non, mais dépêche-toi d’aller le chercher ton échec xxx
Enzo : Et après, ce qui se passe c’est bon.
Goulwenn : Parce qu’après t’auras la réussite, on en revient encore dans une attitude. Par rapport à ta question de départ dans l’entreprenariat ben le mec c’est qu’il ait une ouverture d’esprit, qu’il se forme, qu’il regarde, qu’il aille voir plus loin que le bout de son nez, qu’il privilégie pas les connaissances en se disant j’ai les connaissances je vais réussir. Non, c’est pas les connaissances c’est bien, maintenant il va falloir que tu les implémentes toutes ces connaissances. Et ça, c’est beaucoup plus compliqué parce qu’implémenter des connaissances c’est prendre ses responsabilités, c’est prendre le risque comme je le disais de perdre de l’argent, d’avoir un échec, qui dit échec dit perdre de l’argent, donc qui dit perdre de l’argent c’est peut-être mettre aussi sa famille en défaut. Il peut y avoir plein de résultantes par rapport à sa situation où on est. T’as des connaissances c’est bien, mais passe à l’action, vois ce que font les autres avec peu de moyens, enrichis-toi des expériences des uns des autres, des plus faibles surtout. Moi je kiffe de voir des petits gamins, des jeunes qui ont 18, 20 ans qui éclatent tout déjà, qui me rappellent xxx l’insolent qui à 24 ans, à 21 ans était déjà indépendant financièrement. Je suis pas animé par la jalousie, je suis pas animé par tout ça, moi je vois un gamin comme ça, c’est bon on se voit souvent, moi je m’inspire de tout ce qu’il a pu faire et je kiffe quoi.
Enzo : Il y a un dernier point que j’aimerai qu’on parle vite fait, qui je pense est au cœur de tes préoccupations et de tes xxx parce que tu en as parlé plusieurs fois aujourd’hui, je dirai du mimétisme, je dirai l’environnement. Aujourd’hui, selon toi il prend quelle place et quand est-ce qu’il faut commencer à se développer un environnement positif dans son développement ?
Goulwenn : C’est sûr que l’environnement aujourd’hui prend une place trop importante à mon goût, après qui est facilement balayable. Déjà, c’est le plus gros média c’est la télévision. La télévision c’est la plus grosse source de pollution qui peut exister. Alors je dis pas de prendre sa télévision et de la casser, moi-même j’ai une télévision chez moi, moi-même je prends du plaisir à regarder certains divertissements, mais encore une fois j’ai appris à regarder la télévision. En tout cas, je sais la regarder la télévision, voilà je moi je regarde jamais les informations, mais même si je regarde les informations je vais pas prendre au pied de la lettre tout ce qu’ils vont me dire, voilà. Je vais pas prendre au pied de la lettre tout ce qu’ils vont dire, donc déjà les médias, la télé c’est des sources vraiment de pollution vraiment négatives et il faut vraiment s’en écarter, et il faut vraiment se rapprocher, moi voilà souvent la chaîne YouTube qui est souvent décriée parce que sur YouTube tu trouves de tout et de rien, mais YouTube c’est super, tu vois des super témoignages, tu vois pour moi c’est la réalité YouTube. Oui, il y a des conneries, mais il y en a pas plus que sur la télévision.
Enzo : Tu as développé un œil quoi.
Goulwenn : Oui voilà, j’ai développé un œil et surtout que je suis curieux. Ma curiosité m’a amené comme l’année dernière quand je me suis lancé dans l’infoprenariat pour la première fois, ça fait un an que j’y suis maintenant, ben j’ai voulu tout connaître de ce métier. L’année dernière, j’ai fait un tour de France, même dans certains pays d’Europe où j’ai été interviewer, j’ai fait pas loin de 100 interviews l’année dernière, surtout les gens qui sont dans l’infoprenariat pour apprendre à connaître les gens qui disent qu’ils font ceci cela et je me suis rendu compte que oui en fait c’est possible. J’ai compris que c’était possible grâce à Internet, grâce à la puissance du Net que j’ignorais totalement.
Enzo : C’est par mimétisme, comprendre comment les gens fonctionnent, pourquoi ils le font, mimétisme.
Goulwenn : Oui, vivre avec son époque. Aujourd’hui, on a Internet, mais personne ne l’utilise, on a un outil Facebook tout le monde s’en sert pour communiquer.
Enzo : Pour espionner son voisin.
Goulwenn : Pour espionner son voisin au lieu de s’en servir comme outil pour vendre. Tout le monde connaît Facebook, mais personne connaît Facebook Pro, Facebook Manager, personne connaît cette plateforme qui est vraiment ultra-puissante. Non, c’est voilà se mettre en retrait des médias, de toute cette pollution. Les médias ne diront jamais qu’avec un smic tu peux acheter 5 appartements, qu’avec un niveau moyen en sport tu peux devenir champion du monde d’ultra-triathlon ou de n’importe quelle autre discipline sportive. Les médias aujourd’hui ils parlent de guerre, ils parlent de pollution, de chômage, de grève, de manifestation, voilà c’est comme les excuses, à quoi ça va te servir pour construire un projet de savoir qu’il y a tant de chômeurs, c’est bon on s’en fout quoi. Tu veux travailler, en plus tu te souviens on est en France, la France c’est je sais pas la 4ème, 5ème ou 6ème puissance mondiale. Donc encore une fois, comment trouver des excuses ? Je veux dire même le SDF qui naît en France, il aura plus d’opportunités et de possibilités que le plus riche qui naît à Haïti ou le mec qui vit dans une bonne famille à Haïti, on est quand même la 5ème puissance mondiale je crois la France, enfin peu importe, comment tu peux trouver des excuses ? Il y a des choses que j’arrive pas à comprendre.
Enzo : Qu’est-ce que tu dirais aujourd’hui à quelqu’un potentiellement de talentueux dans ce qu’il fait en plus techniquement, etc. mais qui te dit que dans le mindset lui il s’en fout, c’est pas ça qui est important, c’est pas ça qui va lui permettre d’exploser ses résultats, tu lui répondrais quoi ?
Goulwenn : Je vais apprendre à connaître cette personne, à connaître ses résultats, voir ce qu’elle a eu comme résultats.
Enzo : Ça fait un an qu’elle s’est lancée, elle fait 100.000 euros par an de vente, peu importe, en prestations de service ou en vente de formations ?
Goulwenn : Et sans avoir forcément si elle fait 100.000 euros de vente, elle a développé un mindset, voilà elle a développé une stratégie.
Enzo : Potentiellement, mais même pas potentiellement consciente tu vois, t’as appris des compétences, tu les as appliquées, t’as des résultats, mais aujourd’hui le mindset j’ai pas le temps de m’en occuper, je dois apprendre la nouvelle stratégie Facebook qui va sortir. Qu’est-ce que tu dirais à ces gens-là ?
Goulwenn : J’en ai côtoyé plein. Moi, une personne qui m’a intrigué c’est Florent Fouque. Florent Fouque, la première fois que je l’ai vu il m’avait invité à venir à son séminaire, c’était il y a deux ans je crois, et je le connaissais pas, je l’ai vu sortir un peu de nulle part. Il avait pas forcément une grande crédibilité dans l’immobilier, pas forcément xxx, par forcément une chaîne YouTube, mais quelqu’un de très intelligent, quelqu’un qui connaît les stratégies, quelqu’un qui est tout simplement doué en informatique et aujourd’hui qui avance beaucoup plus vite que moi, beaucoup plus vite que même beaucoup d’autres, parce qu’il a appliqué certaines stratégies, il a une certaine méthode. Son métier d’informaticien il l’a implémenté, s’en servir parfaitement dans l’infoprenariat et pourtant je pense pas que ce soit quelqu’un qui est un gros mindset, c’est plutôt même quelqu’un que je pense qui est feignant, mais c’est quelqu’un que je respecte énormément parce que il m’a montré une autre vision de l’entreprenariat, de la réussite qui n’est pas forcément liée au mindset, mais lui c’est via une méthodologie.
Enzo : Je vais reformuler ma question du coup. Quelqu’un entre guillemets à qui tu voudrais faire comprendre que le mindset c’est vraiment la clé à toutes ses problématiques, lui est vraiment focus sur un développement technique ou sur le développement de son activité dans cette voie-là, comment grosso modo convertir un mec, à lui faire comprendre en une conversation que s’il bosse son mindset c’est là où il va commencer à toucher du doigt une certaine grâce dans son art, tu lui dirais quoi ? C’est compliqué, mais c’est parce que c’est très pratique, je t’expliquerai après pourquoi et quelle est la vision et les exemples que j’ai par rapport à ma question.
Goulwenn : Volontiers, volontiers. Qu’est-ce que je pourrais dire pour lui dire que le mindset est très important ? Le mindset il va t’aider déjà à te relever dans l’entreprenariat, enfin peu importe dans ce que tu vas faire, que ce soit l’entreprenariat ou le sport tu vas te prendre des gifles, tu vas te prendre des échecs, tu vas tomber, mais la personne, la différence entre deux personnes qui tombent, celle qui va gagner, celle qui va réussir à se relever une fois, deux fois, trois fois, quatre fois, peu importe, moi je me suis cassé la gueule plein de fois, je me suis vautré plein de fois, mais bon voilà c’est pas forcément ce que je mets en avant. Donc le mindset c’est le mindset qui m’a aidé à me relever plusieurs fois, c’est tout ce que j’ai pu développer dans le sport, je sais plus si c’est à toi que je le disais, dans les sports de combat, quand t’es sur un ring. Sur un ring il y a aucune excuse, c’est un ring six mètres par six mètres ou neuf mètres par neuf mètres je sais plus, t’as un adversaire en face de toi, t’as pas d’échappatoire, t’as aucun échappatoire, que tu sois en forme, pas en forme, préparé, pas préparé, il m’est déjà arrivé de me prendre des cuites la veille d’un combat, le jour J t’assumes. T’assumes ta connerie, il y a pas d’échappatoire et en fait, le fait qu’il y ait pas d’échappatoire, indirectement, psychologiquement parlant, ton cerveau il trouve des solutions.
Enzo : Il switch.
Goulwenn : Il switch, t’es obligé de trouver des solutions et il trouve des solutions, des solutions, et en fait toutes les solutions qu’il trouve c’est un exercice intellectuel. En fait, c’est un muscle que tu travailles, et en fait dans l’entreprenariat, enfin quand t’es lié à ces mêmes difficultés, ton cerveau tu l’as déjà tellement entraîné via le sport, je cite le sport parce que pour moi le sport et l’entreprenariat c’est indissociable, mais quand t’es dans l’entreprenariat, t’as tellement été confronté à trouver des solutions pour continuer d’avancer, que ce soit sur un ring de boxe ou quand j’ai fait l’ascension du Mont Blanc en fait je voulais pas de guide avec moi parce que je voulais pas qu’il y ait un guide qui me dise tu mets le pied droit ici, tu mets le pied gauche ici, tu mets la main ici, non je voulais me démerder tout seul, trouver des solutions moi-même. Et en fait, là tu développes une créativité, tu développes plein de choses et tout ce que tu développes ça va te servir dans l’entreprenariat après justement à trouver des solutions quand t’es face au mur, quand t’es dans la galère, quand t’es au plus bas et que t’as plus de solution à toi, ben tout ce que j’ai pu développer dans le sport je m’en sers dans l’entreprenariat pour justement continuer d’avancer. Donc c’est pour ça que le mindset, l’état d’esprit, c’est vraiment quelque chose de très important pour te relever quoi, pour te relever, pour ne pas abandonner, pour ne pas te mettre la corde au cou. Il y en a plein qui se mettent la corde au cou, parce pourquoi ils se mettent la corde au cou, parce que justement à un moment donné dans leur vie il y a eu la goutte d’eau qui a fait déborder le vase et ils ont pas su se relever parce qu’ils avaient peut-être pas ce mindset. Je pense qu’il y en a plein s’ils avaient attendu un jour de plus, une semaine de plus, un mois de plus, si on pouvait les connaître ce serait très intéressant que tous ceux qui se sont mis la corde au cou, qui se sont suicidés, s’ils avaient attendu une semaine de plus ou un mois de plus, j’en suis sûr t’aurais un certain pourcentage aujourd’hui qui aurait explosé.
Enzo : Oui, je vois ce que tu veux dire.
Goulwenn : Mais voilà, c’est un exemple parmi tant d’autres, mais non le mindset est très important justement pour éviter aussi, on peut parler du burn-out. Le burn-out ça c’est quelque chose qui m’intrigue, ça les gens qui font un burn-out moi ça m’intrigue. Honnêtement, ça fait 10 ans que je fais 90 heures par semaine, pendant 11 ans j’ai été pompier dans deux casernes, j’ai fait 90 heures par semaine. À côté de ça, j’ai développé un parc immobilier, à côté de ça j’ai fait du sport, de la compétition à haut niveau. Le burn-out aujourd’hui j’ai l’impression que c’est une mode. Je ne veux pas critiquer, je sais pas, je veux pas critiquer ceux qui sont en burn-out, mais moi c’est quelque chose qui m’intrigue quoi, moi je vois ça comme une chez beaucoup de gens.
Enzo : Dans quel état d’esprit ils sont pour se mettre jusqu’à ce niveau-là.
Goulwenn : Voilà, j’arrive pas à comprendre, pourtant je mets mon corps vraiment dans le rouge par rapport à tout ce que je fais. Les pleurs, j’ai connu les pleurs, des cris j’ai connu des crises, j’ai fait des pétages de plomb par rapport à tout ce que j’ai pu entreprendre quand ça marche pas, quand t’es au bout du rouleau, ça m’est arrivé de pleurer, même encore, mais voilà il faut se dire c’est des moments à passer, là t’as un orage, derrière l’orage il va y avoir un soleil et voilà, tu continues d’avancer. Encore une fois, c’est toujours une attitude, c’est toujours une attitude. Tu peux avoir une catastrophe, t’as la personne négative qui va l’analyser de façon négative et t’as la personne qui va l’analyser de façon positive. Comme hier, j’étais en pleine réflexion avec moi-même, je me disais si mes parents demain ils décèdent ou si demain t’as ton père qui décède, t’as tes parents qui décèdent, c’est une attitude à avoir. T’as la personne comme moi qui va, moi je vais me dire mes parents j’aurais eu la chance de les connaître pendant 37 ans, pendant 36 ans, de vivre des bons moments, bons moments de complicité, mais en fait je vais garder ça. Et t’as l’autre personne, je peux totalement comprendre.
Enzo : Bien sûr.
Goulwenn : Qu’il va péter un câble, qu’il va.
Enzo : Remettre sa vie en question.
Goulwenn : Qui va remettre sa vie en question et tout, mais moi je serais très triste, mais je vais garder tout le positif, toute la chance que j’ai eue. Moi la semaine dernière, j’ai fait, j’étais de garde chez les pompiers et pendant une heure et demie on a massé un mec qu’on a pas réussi à récupérer, 43 ans, qui est mort et qui laisse deux garçons, un de 6 ans et un de 8 ans sur le, enfin voilà qui laisse deux garçons et voilà, et moi je me dis que par rapport à ces garçons, moi mes parents ils sont en bonne santé, je les vois encore, je m’entends super bien avec eux, j’ai 37 ans, j’ai eu des super bons moments avec eux et si demain ils doivent partir, ben je vais garder tout le positif que j’aurais eu.
Enzo : Merci beaucoup Goulwenn.
Goulwenn : Merci Enzo.
Enzo : Du coup, les amis vous ne verrez pas d’image de moi en train de parler car j’ai terminé, mais c’est un plaisir d’avoir pu vous partager ça, d’avoir pu vous partager au fond d’un bus la vision un petit peu de Goulwenn par rapport au mindset. J’espère que vous en avez tiré des informations intéressantes et surtout des actions à mettre en place. À très bientôt pour de prochains épisodes, tchao, tchao.

Écrit par : Goulwenn Tristant

N'hésitez pas à réagir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

commentaires
Vous avez déjà vécu cette expérience ? Comment avez-vous procédé ? Quelle leçon en tirez-vous ?

Contactez-moi afin de partager votre expérience avec tous les internautes !

Retrouvez aussi Goulwenn

champion du monde d'ultra triathlon 2016

Sur son autre blog

Et sur sa chaine youtube

Glossaire immobilier

Trouvez la définition d'un mot technique cité sur ce site