Vous êtes sur :

2 juillet 2018

0

Comment investir dans 4 biens en seulement 12 mois ?

Venez découvrir le témoignage de Cyril qui vous expliquera comment il a réussi à investir dans 4 biens en seulement un an !

 

Goulwenn : Bonjour tout le monde. Je suis content de vous retrouver aujourd’hui pour une nouvelle vidéo, pour un nouvel interview des gens qui investissent, des gens qui sortent de leur zone de confort. Aujourd’hui, j’accueille Cyril. Cyril, enchanté.
Cyril : Salut.
Goulwenn : On est à Toulouse au Jardin des Plantes. Alors Cyril, je vais te demander de te présenter un peu à la caméra rapidement. D’où viens-tu, que fais-tu dans la vie ?
Cyril : Alors je m’appelle Cyril xxx donc je suis l’auteur d’un blog « jarretede travailler.fr » où j’explique mon parcours d’investisseur, voilà. Donc moi, ma stratégie c’est de faire des achats d’appartements pour faire de la colocation, voilà. Et d’où je viens, ben je suis un pur produit toulousain, et donc j’investis également à Toulouse. Donc moi, ma stratégie c’est d’acheter des T4, de mettre des colocataires à l’intérieur.
Goulwenn : Tout ça on va y revenir, donc vous l’avez compris Cyril il fait de la colocation. Il m’a aussi confié par rapport à son accent, il est pas du Nord.
Cyril : Oui, effectivement.
Goulwenn : Donc un pur produit toulousain.
Cyril : C’est ça, c’est ça.
Goulwenn : Donc voilà, pour en revenir à ton parcours, moi ce que j’aime bien, moi je me mets toujours à la place de l’internaute, des internautes qui sont un peu bloqués par les investissements, ils savent pas comment s’y prendre pour commencer, donc quel a été, toi, l’état d’esprit, la philosophie de vie qui a fait que t’es passé à l’investissement immobilier ? Quel a été le déclic, qu’est-ce que tu t’es dis, je me lance dans les investissements immobiliers ?
Cyril : Alors en fait, ça a été, je peux pas dire que ça a été, ça a été un petit peu compliqué. On va dire que il y a de ça 12 ans de ça, même 12, 13 ans, j’ai eu l’opportunité d’avoir un bien que mon oncle aurait pu me donner et faire, le rénover, faire des appartements, le mettre en location, c’était pas sur Toulouse, c’était à 50 kms d’ici, finalement ben j’ai pas eu le soutien de ma famille, mes parents m’ont découragé, et au final je suis pas passé à l’action. Donc mais voilà, ça a été un petit échec. Après, donc je suis allé à Londres, à Londres ben la colocation c’était quelque chose de monnaie courante aujourd’hui, donc je suis allé à Londres en 2007, j’ai découvert ce type de location et je me suis dis mais, donc on était en 2007, il y avait pas de blog, il y avait rien du tout en France actuellement, et donc je me suis dis mais pourquoi pas faire ça en France ? C’est vraiment quelque chose de génial la colocation. En plus, surtout que j’avais vécu vraiment des expériences géniales quoi parce qu’on était avec des amis, enfin voilà c’était vraiment, pour moi c’était évident, surtout que j’aime vraiment pas du tout vivre seul, donc je me disais.
Goulwenn : Ta première expérience tu l’as eue à Londres, où à Londres t’as découvert la colocation.
Cyril : Exactement, j’ai aimé en tant que locataire.
Goulwenn : En tant que locataire, déjà ça t’as ouvert l’esprit sur la colocation, ça existe.
Cyril : Voilà, exact.
Goulwenn : T’as fait le rapprochement un peu par rapport à Londres par rapport à la France, t’as vu qu’en France ça n’existait pas ou c’était très peu développé en tout cas t’en avais jamais eu connaissance. Donc après tu reviens en France, combien de temps après ?
Cyril : Je reviens en France.
Goulwenn : xxx
Cyril : Oui, donc le problème c’est que je reviens en France 2008, parce qu’il faut savoir qu’en 2008 ben c’était au plus haut de la bulle immobilière, sachant qu’on ne le savait pas que c’était le plus haut de la bulle immobilière en 2008. Donc en 2008, je me mets à chercher, sachant que je suis toulousain donc je me mets à chercher des appartements bien situés à Toulouse pour pouvoir faire de la colocation. J’avais même visité en 2008 une maison, mais au final lorsque je faisais mes calculs de rentabilité, j’obtenais pas, j’arrivais pas à obtenir la rentabilité qui m’intéressait pour pouvoir me lancer concrètement dans cette activité-là. Et sachant qu’en 2008, j’avais vu les prix progresser par rapport à 2000, donc voilà, il faut savoir que de 2000 jusqu’à 2008 ça prenait 15 % tous les ans. Donc on était à 2,5 trois fois le prix de 8 ans avant, donc c’est vrai que je me suis dit mais, alors peut-être que j’ai pas assez cherché, peut-être que j’avais pas assez d’expérience, je sais pas quoi, mais j’ai rien trouvé qui a fait que je me suis dit waouh il faut que j’y aille, il faut que je me lance.
Goulwenn : Donc ton premier investissement, il arrive en quelle année ?
Cyril : Alors ben le premier investissement c’est simple, il arrive juste l’année dernière, c’était en mai.
Goulwenn : 2016.
Cyril : Voilà mai, donc mars 2016 je signe mon xxx
Goulwenn : Donc pendant dix ans où t’as découvert la colocation, où t’as voulu investir, tu t’es un peu perdu, t’as un peu cherché.
Cyril : Non, non, dix ans, honnêtement j’ai pas recherché, pendant dix ans j’ai pas cherché. Après 2015, après je me suis remis à chercher à partir de 2015, vraiment 2015 j’ai refait un tour de ce qui arrive sur le marché à Toulouse, et là en 2015, là j’ai trouvé des xxx
Goulwenn : Et 2016, tu passes à l’action.
Cyril : Et 2016 voilà, et 2016 je passe à l’action, sachant qu’en 2015 je m’étais quand même bien, bien formé. Il y avait déjà beaucoup plus de vidéos sur la toile en 2015, voilà là j’étais vraiment, j’étais reboosté à bloc.
Goulwenn : 2016 tu te lances dans l’investissement, alors quel a été ton premier type d’investissement ?
Cyril : Donc mon premier type d’investissement, j’ai acheté un T4 voilà, un T4 où tout était à refaire, donc ben ça a été très énergivore puisqu’il a fallu refaire tous les travaux entièrement, et je l’ai loué à partir d’octobre 2016.
Goulwenn : Alors pourquoi un T4 ? C’est par rapport à ton expérience que t’as eue à Londres où t’as vu de la colocation et tu t’es dit à ce moment-là ça y est, j’investis, je me lance dans l’immobilier, je me lance dans les investissements immobiliers, donc avec ce T4, pourquoi ne pas faire de la colocation ?
Cyril : Alors pourquoi un T4 ? C’est parce que ben il y avait une opportunité au niveau des prix. Après je sais que certains voilà achètent des maisons, mettent 9 voire plus de locataires, mais disons que par rapport à la somme que c’était, donc moi c’est un bien qui m’a coûté 70.000 euros, c’était.
Goulwenn : Pas cher.
Cyril : Entre guillemets voilà une petite, une petite somme et j’y allais on va dire tranquillement. Donc voilà, c’était à ma portée et j’ai voulu faire ça.
Goulwenn : Aujourd’hui, t’as combien de rentabilité, t’as combien, t’as 4 locataires dans ce T4 ?
Cyril : Alors oui, j’ai 4 locataires dans ce T4 parce qu’en fait dans le T4 je l’ai transformé en T5, donc j’ai fait une chambre de plus.
Goulwenn : Supplémentaire.
Cyril : Voilà, pour avoir.
Goulwenn : Combien de loyers à peu près ça génère ce bien ?
Cyril : Alors ce bien me génère environ 1.460 euros de revenus par mois.
Goulwenn : Très, très forte rentabilité.
Cyril : Oui, voilà.
Goulwenn : T’as pris 20 % de rentabilité.
Cyril : Un tout petit peu moins, en brut je dois être à 18 parce qu’il y a eu beaucoup, beaucoup de travaux, je dois être à 18 % de brut, et avant impôt je dois être voilà aux alentours de 14 après impôt.
Goulwenn : D’accord.
Cyril : Donc ensuite, ben quand on a commencé on y prend goût, je pense que tu sais ce que c’est.
Goulwenn : Tout à fait.
Cyril : Voilà, donc une fois qu’on a commencé on y prend goût, de là je me dis ben il faut pas s’arrêter en si bon chemin, donc de là je re-signe pour tout de suite dans la foulée je re-signe pour un T4 et un T3.
Goulwenn : Par le même organisme bancaire tu passes ?
Cyril : Oui, je passe par la même banque voilà, donc.
Goulwenn : T’as pas eu de problèmes pour qu’elle te finance un deuxième, un troisième ?
Cyril : Non, vraiment non parce que ça a été, alors là ça a été vraiment un coup de bol parce j’ai pas fait plusieurs banques, sur ces biens-là j’ai pas fait plusieurs banques, j’ai pris une banque, je leur ai dit voilà, est-ce que je dois aller voir d’autres banques ou est-ce que vous voulez vraiment me financer ?
Goulwenn : Rappelle-nous un peu ta situation professionnelle au moment où tu fais des investissements.
Cyril : D’accord, donc voilà.
Goulwenn : Tu gagnes combien à peu près, t’es en CDI, CDD ?
Cyril : Oui j’ai un CDI, donc je suis à 2.100 euros par mois, sachant que j’ai aussi une petite affaire à côté de baby-foot, voilà donc je suis pas non plus parmi les plus riches.
Goulwenn : Oui, sans aller chercher xxx
Cyril : Voilà, je gagne bien, je gagne très, très bien ma vie, mais voilà je sais qu’il y a pas mal de gens qui arrivent à des niveaux de revenus comme ça, donc c’est vraiment possible, mais même si j’avais gagné, même si j’avais gagné moins.
Goulwenn : xxx euros, ça t’aurait pas empêché d’investir xxx
Cyril : Oui, par exemple si j’avais gagné 1.500 euros, c’était également possible, enfin je pense que ça aurait été également possible xxx d’investir surtout pour le premier. Et donc le deuxième et le troisième, pareil, ça se passe très facilement.
Goulwenn : Donc tu les finances en combien de temps ? Tu les finances en 2016 ceux-là, 2017 ?
Cyril : Alors, je les achète en 2016 et donc j’obtiens le crédit en 2017.
Goulwenn : D’accord.
Cyril : Alors c’était en février 2017.
Goulwenn : Et là pour ton deuxième et troisième bien, quelle stratégie tu mets en place ?
Cyril : C’est la même, c’est-à-dire que je fais également de la colocation.
Goulwenn : D’accord, tu rachètes des biens F3, F4 ?
Cyril : Voilà, T3 et T3, T4.
Goulwenn : D’accord, toujours de la colocation ?
Cyril : Toujours de la colocation.
Goulwenn : T’es rassuré de ton premier investissement ?
Cyril : Bien sûr, oui voilà.
Goulwenn : La colocation, ça t’a plu, t’as vu que c’est une bonne opportunité, qu’il y avait des belles choses à faire avec la colocation et c’est pour ça, c’est ce qui t’as amené à prendre le deuxième et le troisième bien, à vouloir continuer.
Cyril : Exactement, mais c’est surtout par rapport à mon expérience de Londres en 2007, c’est ça qui m’a dit, moi j’ai vu ce moyen, enfin pour moi c’était vraiment une expérience de vie un peu « à la Friends », voilà donc c’était, c’est une expérience à vivre même pour les jeunes qui viennent d’une autre ville, même pour les jeunes qui sont de la ville, c’est exceptionnel de vivre en communauté avec d’autres personnes qu’on connaît pas forcément, parce que ça apporte, c’est très, très enrichissant. Voilà personnellement, humainement, c’est génial de vivre en colocation plutôt que dans un studio, un studio vraiment, moi j’ai vécu un studio à Paris, ben j’ai mal, très, très mal vécu mon expérience de vivre seul en studio, quoi voilà, donc pour moi, c’était.
Goulwenn : En tout cas, cette expérience à Londres t’auras au moins, t’auras été profitable pour t’ouvrir les yeux sur le chemin à prendre sur tes investissements immobiliers.
Cyril : Exactement.
Goulwenn : Donc là, ton deuxième et troisième bien, combien à peu près tu les as payés les deux biens ?
Cyril : Alors j’ai payé, le T3 je l’ai payé 56.000 euros, voilà avec beaucoup de travaux à faire.
Goulwenn : Toi ta stratégie aussi, c’est dès le début quand tu cherches un bien, quand tu achètes un bien, c’est des biens avec énormément de travaux.
Cyril : Exactement. Exactement parce que ben moi je sais exactement ce que je veux faire, et puis avec travaux c’est généralement moins cher, voilà, on peut négocier. Puis surtout au niveau fiscal, on peut déduire tous les travaux.
Goulwenn : Bien sûr.
Cyril : Au niveau fiscalité, c’est vraiment avantageux, et puis à la fin on a quelque chose de neuf.
Goulwenn : Voilà, t’as du neuf, avec une belle bascule à faire dans le futur si tu veux les vendre, tes locataires que tu vas mettre auront un logement, un appartement tout neuf.
Cyril : Exactement.
Goulwenn : C’est plus facile aussi de rechercher les locataires, tout est plus facile à partir xxx ça a que des avantages. Le seul inconvénient que les travaux peuvent avoir, c’est ton expérience comme tu l’as dit tout à l’heure par rapport à ton premier investissement, c’est que se lancer dans les travaux, vous ne pouvez pas maîtriser. Si toi t’as connu beaucoup de galères par rapport à ton premier investissement, ça t’a forgé aussi, tu m’as raconté hors caméra que c’était très, qu’il y avait eu des périodes très compliquées parce, que d’une part, t’étais pas forcément du métier, t’avais pas forcément un entourage qui était du métier non plus, ou les personnes que t’as embauchées.
Cyril : C’est ça xxx
Goulwenn : T’as eu quelques mésaventures.
Cyril : Oui ça, beaucoup de mésaventures.
Goulwenn : Voilà, c’était la petite parenthèse que je vais faire par rapport aux travaux, comme le disait Cyril, c’est vrai qu’acheter un bien avec travaux, ben c’est déjà à la base un prix qui va être plus facilement négociable, t’auras un appartement à neuf xxx ce sera plus facile par la suite de mettre des locataires en place, une future plus-value à la clé, donc il y a plein de choses intéressantes. Les chiffres sont très intéressants par rapport à ça, mais aussi il faut voir ça aussi par rapport à votre compétence. Voilà, si vous n’avez absolument pas les compétences de faire les travaux, c’est pas dans vos compétences, si dans votre entourage il y a personne qui est bricoleur, faites attention avant de vous aventurer sur ce chemin-là. Ou alors si vous décidez de le faire, ben ayez les épaules solides. Voilà, Cyril a eu beaucoup de mésaventures par rapport à son premier logement, il aurait pu tout abandonner, voilà mais je pense qu’il a eu les épaules assez solides pour continuer, ça t’as forgé un mental, t’as appris aussi beaucoup de cette expérience.
Cyril : Oui, énormément.
Goulwenn : Ça t’a permis aussi pour ton troisième, ton deuxième et troisième bien de constituer après une équipe sur Toulouse, t’as fait plein de rencontres, il y a des artisans qui sont venus, que t’as pas gardés, t’as fait connaissance d’autres artisans, donc voilà ça t’a permis de te constituer une équipe, ça t’a été au final bénéfique, mais ça t’a été bénéfique parce que t’as eu les épaules solides. T’aurais peut-être pas eu les épaules suffisamment solides, t’aurais peut-être tout abandonné, t’aurais peut-être laissé le chantier à l’abandon ou tu l’aurais laissé finir, tu aurais laissé ce chantier se faire par des artisans qui n’étaient pas forcément compétents.
Cyril : Oui, ça aurait été une catastrophe.
Goulwenn : Le résultat aurait peut-être été une catastrophe, avec des locataires mis en place, par la suite des travaux à refaire xxx
Cyril : Exactement.
Goulwenn : Après les travaux, là ça xxx donc voilà, faites attention encore une fois si vous vous lancez dans ce domaine des travaux, mais c’est absolument pas un domaine qu’il faut exclure, faut juste faire attention par rapport à ses compétences. C’était la petite parenthèse. Donc là pour en revenir à nos moutons, il y a ton deuxième, troisième bien. T’es en plein travaux je crois actuellement, donc tu vas commencer les travaux actuellement, comment ça se passe ?
Cyril : Oui, oui, bien sûr, donc je suis en plein travaux actuellement, donc je termine, alors le quatrième bien parce que j’en ai acheté un autre, mais cette fois-ci ça a été beaucoup plus compliqué en termes de financement, puisque c’est un petit peu particulier puisque je n’ai pas réussi à avoir le financement sur le quatrième bien.
Goulwenn : Donc là, on parle du quatrième, d’accord.
Cyril : On parle du quatrième.
Goulwenn : Le deuxième et le troisième sont xxx le deuxième les travaux sont presque finis tu m’as dit.
Cyril : Alors non, non. Le deuxième et le troisième les travaux ne sont pas commencés.
Goulwenn : Ils ne sont pas commencés.
Cyril : C’est le quatrième que les travaux ça se termine la semaine prochaine, voilà c’est terminé. Et après, une fois que j’ai fini ça, j’attaque les travaux du deuxième et du troisième.
Goulwenn : T’as pas le temps d’attendre.
Cyril : Non, non.
Goulwenn : T’as acheté un deuxième, un troisième, t’as pas encore commencé les travaux que t’es déjà sur un quatrième.
Cyril : Voilà, c’est ça. Donc là, c’est vrai que ça a été au niveau de la banque ça a été beaucoup plus compliqué, c’est-à-dire que là je suis en plein financement pour, en fait pour le quatrième et parce que j’en ai encore un autre, un cinquième.
Goulwenn : On va revenir sur le quatrième. C’est vrai que tu m’as fait découvrir quelque chose. En fait le quatrième, donc t’as eu du mal à te le faire financer.
Cyril : Exactement.
Goulwenn : D’ailleurs, t’as même pas réussi à te le faire financer.
Cyril : Non, j’ai pas réussi.
Goulwenn : Aucun organisme.
Cyril : Pour le moment.
Goulwenn : Qui t’a financé xxx t’avais de l’épargne, toi tu l’as joué différemment. Donc t’avais de l’épargne de côté, donc tu l’as acheté cash.
Cyril : Exactement, parce que je le voulais vraiment ce bien-là.
Goulwenn : Un bien à 70, je te coupe excuse-moi.
Cyril : Oui, 72.
Goulwenn : Alors Cyril, tu peux expliquer aux internautes qui nous regardent comment tu t’y es pris. Donc tu l’as acheté cash, mais la suite comment tu vas t’y prendre ?
Cyril : Alors voilà, donc en fait ce bien-là, je le voulais absolument, voilà parce que il avait un bon emplacement.
Goulwenn : Toulouse ?
Cyril : Toulouse bien sûr, moi tous mes investissements sont toulousains. Il avait un très, très bon emplacement, donc je le voulais absolument. Le vendeur était ultra pressé parce que c’était un divorce. Donc en gros, et j’ai fait l’erreur entre guillemets de faire confiance à ma banquière qui elle, puisqu’elle elle m’avait dit pour le quatrième et le cinquième bien qu’il n’y avait aucun problème et que cela être, qu’elle allait me financer le quatrième et le cinquième bien, sans problème. Je lui ai demandé si je devais aller voir d’autres banques, elle m’a dit non, non non, il n’y a pas de problème on vous finance. Elle avait l’accord du directeur de l’agence, donc il n’y a pas eu de souci, mais l’immobilier ce n’est pas un long fleuve tranquille.
Goulwenn : Non, absolument pas.
Cyril : Je pense que tu sais de quoi je parle. Du coup, lorsque.
Goulwenn : xxx
Cyril : Lorsqu’ils ont appelé l’organisme de caution, ils ont vu que j’en avais déjà acheté trois par le passé, ils se sont dit stop, ce monsieur-là il en a déjà trop pour nous, on arrête, fini. Donc ben finalement, la banque elle a dit non. Donc la banque était d’accord, il n’y avait pas de problème pour me financer, tout était bon, sauf que j’ai pas eu l’accord de l’organisme de caution. Et donc au final, terminé, elle n’a plus du tout voulu me financer.
Goulwenn : T’as pas voulu prendre une hypothèque non plus ?
Cyril : Alors là maintenant, au final, donc là je suis en cours de financement, donc parce que j’essaye bien sûr de trouver un financement pour un bien que j’ai acheté cash.
Goulwenn : Donc voilà, c’est le truc sur lequel je voulais rebondir. En fait, ton bien tu l’as acheté cash.
Cyril : Je l’ai acheté cash.
Goulwenn : Mais voilà, chose que je savais pas c’est qu’on peut, t’en es à six mois c’est ça ?
Cyril : Alors c’est une banque qui m’a dit qu’on avait six mois, mais peut-être qu’on a plus, peut-être qu’on a moins xxx mais il y a une banque qui m’a dit qu’on avait six mois.
Goulwenn : T’as acheté ton bien cash, en fait maintenant le bien que t’as acheté cash, t’essayes de te le faire financer.
Cyril : Exactement, voilà.
Goulwenn : Pour récupérer.
Cyril : Les sous que j’ai mis dedans.
Goulwenn : Les sous que t’as mis dedans pour pouvoir investir ailleurs.
Cyril : Exactement, voilà. Donc au final, la banque veut bien que je passe par une hypothèque, mais comme j’ai mis énormément d’apport, ils sont prêts à me financer, eux, 45 % du bien. Donc il faudrait que j’apporte 55 % puisque je l’ai déjà fait, donc sur les.
Goulwenn : Tu récupérerais presque la moitié.
Cyril : Voilà c’est ça, je récupère presque la moitié des investissements.
Goulwenn : C’est mieux que rien déjà.
Cyril : Exactement, c’est mieux que rien et puis voilà moi, au final, je suis très content.
Goulwenn : Voilà, ça peut être une astuce parmi tant d’autres. S’il y a un bien qui, comme pour Cyril, un bien sur lequel vous voulez pas passer à côté, il vous le faut absolument, parce que c’est vraiment une super affaire, si vous ne trouvez pas de financement, si par chance si avec vos économies vous avez la possibilité de l’acheter cash, renseignez-vous bien, n’hésitez pas à le payer cash et comme pour Cyril après recherchez un financement pour récupérer l’argent que vous aurez mis dans ce bien, ou en tout cas pour en récupérer une partie. Ça peut être une solution parmi tant d’autres, donc une solution à étudier si vous êtes dans ce cas. Donc là, c’est ce que t’as fait, tu ne voulais pas que ce bien t’échappe, tu l’as payé cash, maintenant t’essayes de le faire financer. Pour l’instant, t’as trouvé une banque qui pourrait éventuellement te financer mais à 55 %, donc ça permettrait quand même de récupérer une partie.
Cyril : 45.
Goulwenn : 45 %, donc récupérer une partie de ton cash. Et maintenant, t’es sur un cinquième investissement, encore sur un cinquième bien. Donc tu t’es dit, on a pas voulu te financer un quatrième mais c’est pas grave, t’essaies quand même d’en faire financer un cinquième.
Cyril : Oui, en fait, on a pas voulu parce que lorsque j’ai déposé un dossier c’était le quatrième et le cinquième, c’étaient les deux en même temps, mais j’ai acheté cash le quatrième.
Goulwenn : D’accord, donc peut-être que un seul ça passerait, t’as un supplémentaire, vous en présentez deux.
Cyril : Ah non, j’en ai présenté deux, mais ils sont d’accord pour me financer les deux à 45 %.
Goulwenn : D’accord.
Cyril : Les deux à 45, 45 sur le quatrième et 45 sur l’autre également.
Goulwenn : D’accord, et là ça en est où maintenant ? Ton cinquième, ça a avancé ?
Cyril : Ben, on attend.
Goulwenn : C’est toujours pour faire de la colocation ?
Cyril : Oui, exactement. Voilà moi c’est ma stratégie, je reste sur cette stratégie que je maîtrise, donc voilà je préfère rester sur cette stratégie-là.
Goulwenn : Tu peux nous rappeler, t’as commencé l’immobilier, à investir à quel âge et combien de temps ?
Cyril : Ben, il y a à peine, le xxx en mars 2016, donc l’acte définitif mai, douze mois.
Goulwenn : Voilà, douze mois qu’il a commencé à investir, en douze mois t’as acheté cinq appartements, enfin en tout cas le cinquième il est en cours de financement. Sur les cinq, t’as combien de locataires à peu près ?
Cyril : Alors pour le moment, j’en ai que quatre puisque je suis en travaux.
Goulwenn : Et au final, t’auras combien de locataires une fois que tous les travaux seront terminés ?
Cyril : Donc il faut compter.
Goulwenn : Une dizaine de locataires.
Cyril : Plus, douze et six, dix-huit.
Goulwenn : Dix-huit locataires.
Cyril : Voilà.
Goulwenn : Dix-huit locataires. Voilà, comme je vous l’ai dit, donc Cyril, ça fait un an qu’il s’est lancé dans l’immobilier. En un an, il est passé de zéro à cinq biens, de zéro locataire à dix-huit locataires que tu t’es autorisés.
Cyril : Que je me suis autorisés.
Goulwenn. Mais t’as pas.
Cyril : Oui voilà, j’ai jamais vraiment.
Goulwenn : T’as jamais gagné des mille et des cents, voilà t’as jamais excédé 2.500 euros avec peut-être la boîte que t’as à côté de l’immobilier qui te rapporte un peu d’argent. 2.500 euros, voilà c’est pas le salaire non plus de monsieur tout le monde, mais bon il y a énormément de personnes qui gagnent 2.500 euros par mois.
Cyril : 2.100.
Goulwenn : 2.100 euros, voilà c’est pas xxx personnes aujourd’hui qui gagnent, qui ont ces mêmes revenus, donc voilà ne soyez pas, encore une fois ne soyez pas bloqué par rapport à vos revenus, ce qui va vous bloquer c’est votre croyance limitante, c’est ça qui va vous bloquer, c’est pas vos revenus. Pour avoir envie il faut se l’autoriser, il faut vous autoriser à vous construire un projet. Alors ça peut être un projet autre que l’investissement immobilier, mais sachez que si vous avez envie xxx déjà autorisez-vous à vous construire ce projet et comme Franck, euh comme Cyril, ben vous y arriverez, il n’y a pas de raison, il faut s’en donner les moyens, il faut s’en donner la peine, ça va vous demander du travail, de vous retrousser les manches, de savoir gérer l’humain, de gérer les problèmes, de gérer de l’imprévu. Et voilà, si vous le voulez ce projet, ben vous l’aurez. Toi, t’en es la preuve, t’en as la preuve même, c’est pour ça que je fais ces interviews, je vais au devant de ce que j’appelle la preuve sociale, toi t’es la preuve parmi tant d’autres que quand on peut on peut.
Cyril : Bien sûr.
Goulwenn : Quand on se donne les moyens, on y arrive, donc voilà c’était un interview pour vous montrer.
Cyril : C’est les aléas des vidéos.
Goulwenn : C’était un nouveau témoignage donc pour vous montrer le parcours de Cyril qui est passé de zéro à cinq biens, à cinq appartements en un an, comme quoi tout est possible. En tout cas, moi j’ai été ravi d’échanger avec toi, de discuter avec toi pendant cet interview, hors caméra également. Et pour te remercier, je vais t’offrir mon livre où tu vas y retrouver, je sais que tu l’as lu.
Cyril : Oui.
Goulwenn : Tu vas y retrouver tous mon parcours. Voilà, moi j’ai appris de ton parcours, je sais que t’as appris pas mal de mon parcours, de mes différentes stratégies, c’est « Comment je me suis constitué un patrimoine de plusieurs millions d’euros avec un salaire de 1.750 euros » aux éditions Maxima. Donc c’est cadeau, en plus t’as un blog d’immobilier qui est tout beau, tout neuf, tu vas pouvoir le faire gagner à l’un de tes internautes, à l’une des personnes qui te suivent.
Cyril : Exactement.
Goulwenn : Tu vas rappeler le nom de ton blog.
Cyril : Donc moi, j’ai un blog qui s’appelle « j’arretedetravailler.fr » mais également toutes mes vidéos sur YouTube où je parle de l’immobilier, de mon parcours et des astuces qui permettent de se lancer et d’éviter quelques erreurs dans l’immobilier.
Goulwenn : À toi, c’est cadeau.
Cyril : Et merci.
Goulwenn : À vous chers internautes, je vous remercie d’avoir suivi cet nouvel interview, merci de l’avoir regardée jusqu’au bout. N’hésitez pas à la liker, à mettre un petit pouce vers le haut, à la partager, à la véhiculer autour de vous, pour ceux qui seraient dans, peut-être, la même problématique que vous qui voudraient investir, voilà n’hésitez pas à la partager à un large public, à faire une large diffusion pour en inspirer d’autres, ou en tout cas pour en faire réfléchir beaucoup d’autres. Moi je vous dis en tout cas à très vite pour d’autres interviews, pour d’autres reportages, et à bientôt, bye bye.
Cyril : Tchao.

Écrit par : Goulwenn Tristant

N'hésitez pas à réagir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

commentaires
Vous avez déjà vécu cette expérience ? Comment avez-vous procédé ? Quelle leçon en tirez-vous ?

Contactez-moi afin de partager votre expérience avec tous les internautes !

Retrouvez aussi Goulwenn

champion du monde d'ultra triathlon 2016

Sur son autre blog

Et sur sa chaine youtube

Glossaire immobilier

Trouvez la définition d'un mot technique cité sur ce site